19 March 2002

Hollow Man

Tiens, j’ai oublié de poster hier après la diffusion du film sur Canal. Faut dire qu’il n’y a, en fait, pas grand chose à dire dessus : la partie action est tout à fait efficace, les effets spéciaux n’ont pas le moindre défaut (et c’est vrai qu’ils sont impressionnants) mais, pour du Verhoeven, il manque quelque chose.

Il me semble bien que, lors de la sortie, les interviews du cinéaste expliquaient que tout l’intérêt du film - ou plutôt tout ce qui l’intéressait dans le film - était de voir comment le fait de devenir invisible influerait sur le comportement d’un individu et, en particulier, comment l’invisibilité le pousserait à moins se soucier du Bien et du Mal.

Mais voilà que, à peine le film commencé, les dialogues sabordent cette idée, en précisant que la nature humaine et la nature de Sebastian n’ont rien à voir. Exit, donc, une éventuelle réflexion sur ce que peut entraîner le fait de ne plus avoir à se regarder dans un miroir : le personnage de Kevin Bacon est à la limite du psychopathe bien avant de devenir invisible.

Résultat, on se retrouve probablement avec le film le moins subversif de toute la carrière de Verhoeven. Bien fait, bien réalisé, on ne s’ennuie pas, mais ce n’est qu’un film d’action comme il y en a des milliers.