Garoo

Bienvenue ! Vous vous rappelez les blogs ? A une époque, ce site en était un. Maintenant, c’est surtout une archive de mes multiples comptes Twitter.

 

Twitter Twitter Work Contact

2 mars 2002

L’homosexualité pour les nuls médias

Buffy et Angel comme toutes les semaines, l’homosexualité vue par E=M6 et Le droit de savoir, et Zazie est-elle vraiment Zazie sans les cheveux de Zazie ?

[lire la suite]

9 mars

Elle aime bien ça, les stratagèmes…

Un appel au vote (c’est de saison) sur l’évolution du journal, Angel, Buffy, la fin finale de Daria, et côté films Amélie Poulain, Chicken Run et Final Fantasy.

[lire la suite]

11 mars

Welcome to the blog

Et voilà, j’avais prévenu dans le journal précédent, et je n’ai pas attendu d’avoir des réponses (vu que je ne pense pas que j’en aurais reçu, ça vaut mieux). Merci donc à Télérama pour son article de cette semaine sur les blogs, qui m’a inspiré pour changer mon journal.

Je me dis qu’avec ce système, il devrait y avoir des mises à jour plus régulières : une bonne partie des notes que je prenais au cours de la semaine étaient zappées au moment de passer au propre, parce qu’elles n’avaient plus tellement d’intérêt trois jours plus tard. Avec ce nouveau système, ces pensées totalement inintéressantess seront gravées sur le papier… euh… enfin, seront publiées sur google, plutôt que de disparaître définitivement dans les méandres de la touche Del.

Sauf, bien sûr, si Online désintègre ma base de données. Mais la création passe par ce genre d’aléas. Pas d’art sans mise en danger. Faut pas que j’écrive à 3h du mat, je m’y crois trop.

C’est terrible, je m’aperçois que le site est intégralement fait avec des polices web Microsoft. Même les images de titres. Ah, pour le coup, il risque pas d’y avoir de dilemme sur la licence des fontes.

Bon, j’uploade la nouvelle version, ou j’attends l’éventualité de découvrir des bugs demain ? Ah, c’est vrai qu’avec les modifications, le journal de garoo.net est cassé, donc autant uploader, tant que j’y suis.

Ah, c’est émouvant… Le garooweb va devenir un site vraiment axé sur le contenu, le texte, les choses que je dis. Ce site n’aura jamais été aussi égocentré. J’en ai la larme à l’oeil. Snif. Ou alors, ça, c’est juste parce que j’ai sommeil.

L’équipe vous souhaite donc officiellement la bienvenue dans un nouveau monde plein de texte.

Et, oui, l’équipe, c’est juste moi. Faut bien que je m’habitue à la mégalomanie, si je veux que le nouveau concept fonctionne.

Et le pire, c’est que j’aime pas cette couleur.

D’après Actustar (je ne sais pas si c’est une source fiable), Lara Fabian serait à deux doigts de faire un duo avec Mylène Farmer. On imagine que, si ça marche, Céline Dion sortira un duo avec Françoise Hardy l’année prochaine. Forcément, ça se vendra bien dans le Marais, mais, quand même, j’ai hâte de voir ce que ça pourrait donner. Et le plus compliqué, ce ne sera pas pour les voix, mais pour la production : le style Rick Allison contre le style Laurent Boutonnat, elles vont avoir du mal à se mettre d’accord…

In other news, un nouveau système intéressant de marquage des voitures. Enfin, c’est pas comme si j’avais une BMW à protéger, personnellement.

Ok, c’est donc clair, le paragraphe “revue de web” va disparaître de la colonne de gauche.

Dernier article à l’ancienne

C’est pas tout ça, mais il faut aussi que j’expédie les dernières notes qu’il me reste de l’ancien système. Donc, + clair et le Cours Florent de la semaine, et les deux épisodes de Buffy.

[lire la suite]

12 mars

C’était très.

On est loin du teasing à la + clair, Pascale Clark ne garde pas Obispo pour la fin d’En aparté pour faire de l’audience, mais commence directement. L’intéressé apparaîtrait presque sympathique… à part cette petite manie de penser que, si certains ne l’aiment pas, c’est parce que le succès dérange. Ah, mais c’est qu’on ne se refait pas, hein. Pour Agnès B., vous m’excuserez de ne rien avoir à dire, mais je ne suis pas du tout mode, moi. A une époque on m’appelait “le grisâtre” (et, non, je crois bien que ce n’était pas méchant) et je mérite encore plus ce surnom en ce moment, donc pas grand chose à dire sur ce domaine. Promis, je m’habillerai en Gaultier dès que j’aurai le corps qui va avec.

Curse of the were-car

Dans la sélection Praktica de la semaine, je recommande metaphorical.net, juste pour l’excellente interface du menu principal. C’est quand même beau, ce que la programmation de Flash permet quand on a l’esprit inventif. Ouais, moi, je maîtrisais à l’époque de Flash 1 et 2, quand on pouvait juste faire des animations avec des boutons, mais maintenant ça a trop évolué pour un vieux comme moi… Enfin, bon, c’est surtout que j’ai la flemme, quoi.

Et dans un autre style, Jansen & Jansen, encore mieux… J’ai même envie de piquer l’idée pour mon portfolio, tiens - heureusement que je suis trop flemmard pour programmer un truc comme ça, ça m’évite de plagier.

Puisqu’on parle de Flash, Macromedia a dévoilé plusieurs nouveautés du futur Flash MX.

La plus notable, la plus importante, celle que j’attends depuis longtemps : apparemment, une animation Flash va enfin pouvoir charger un fichier .jpg au moment de l’exécution. C’est important, parce que je vais enfin pouvoir faire mon portfolio (et même gayattitude) entièrement en Flash, sans difficulté.

L’autre principal ajout est évidemment l’apparition de contrôles prédéfinis (boutons, radios, scrollbars…) qui vont enfin permettre de faire simplement des sites à contenu (en espérant qu’ils soient skinnables, mais je suppose que ce sera bien le cas).

Et bien sûr, il y a une demi-douzaine d’autres nouveautés intéressantes, la principale étant bien sûr que ça ne s’appelle pas Flash 6, mais Flash MX, parce que… euh… parce que… Parce que MX, ça fait plus humain, c’est comme Fuego plutôt que R6 ? Oui, enfin, pour frimer, j’imagine.

Sinon, aucun rapport, mais je vous rappelle que depuis lundi la diffusion de Futurama a repris sur Canal +, et qu’il ne faut rater ça sous aucun prétexte.

13 mars

A cause d’un garçon…

Déjà, le titre… Bon. A l’origine je pensais écrire plein de trucs, sympas, sur ce téléfilm. Même si, après que France 2 a programmé avec succès Juste une question d’amour (qui doit se vendre comme des petits pains en DVD sur les sites gays), on ne pouvait plus tellement parler de courage lorsque M6 diffusait un téléfilm gay, ça restait quand même une bonne nouvelle.

Mais mes bonnes dispositions n’auront duré que 120 minutes. Sur 140. Ouais, c’est vraiment con de gâcher tout ça vingt minutes avant la fin… A croire que le réalisateur, pour s’excuser d’avoir fait supporter à son public cette terrible chose qu’est l’homosexualité d’un adolescent, veut se faire pardonner en donnant aux hétéros ce qu’ils veulent.

Dans le lot, je ne sais pas ce qui est pire… Le passage dans le Marais, avec tous les clichés possibles et inimaginables, la scène de coming out du professeur de français, ou la crise du grand frère exclu et aigri de voir le petit plus soutenu que lui… Et j’aurais tendance à dire que c’était bien ça le pire passage. Parce que des homos qui détestent le Marais, on peut facilement en trouver et, si ça ne rend pas la diffusion de ces clchés idiots plus excusable, ça la rend compréhensible. Alors que la scène du frère, euh, vraiment… pas du tout compris où ils voulaient en venir. Pas moyen de voir ce que cette scène est censée exprimer, si ce n’est pas “oh ben c’est vrai que c’est injuste, la tapette est favorisée par rapport au boxeur.” Encore heureux qu’il y avait un happy end après, parce qu’on était vraiment à deux doigts de ne considérer les homos que comme des bêtes de sexe (non, je vous assure, ce ne serait pas une vision juste).

Il restera donc que, contrairement au téléfilm de France 2, celui-ci ne deviendra probablement pas un classique gay en vidéo. Et, plus positif, qu’on a un nouvel acteur acceptant les rôles gay, sur lequel fantasmer. Moins lisse et parfait que Cyrille Thouvenin, mais Julien Baumgartner* a quand même des atouts, et en particulier un sourire craquant (j’adore la petite fossette dans la joue quand il sourit) (si vous avez la même, vous avez gagné le droit de m’écrire).

Alors, là, par exemple, c’est le genre d’observation fondamentale qui serait sûrement passée à la trappe dans l’ancienne formule du journal… du coup, je me demande si le changement était une bonne chose.

14 mars

Dans la série “je sais pas quoi faire alors j’écume la réserve de DVD,” je vous présente le Dinosaure de Disney. Je ne m’attendais à rien de spécial, donc je n’ai pas été déçu, mais j’ai quand même été déçu : les images de synthèse, et surtout leur intégration dans les prises de vue réelles, sont plutôt limite, voire ratées dans certaines scènes. Plutôt décevant par rapport, en particulier, à la série documentaire de la BBC (je crois ?) qui a été diffusée sur France 3. Le design des dinosaures est assez surprenant, puisqu’on se retrouve avec des tyrannosaures rouges avec des cornes - vérification faite (rapidement) sur google, il semblerait que les carnotaures existent réellement. Mais, tout de même, ça surprend après s’être habitués aux dinosaures grisouille de Jurassic Park.

Pour le film lui-même, euh… ben c’est une histoire écrite pour des personnages dont chaque neurone correspond directement au mouvement d’un muscle ou d’une écaille. Ce que je veux dire, c’est que c’est simple : boy meets girl, boy loses girl, boy gets cute girl back. On ajoute le girl’s bully brother, et, pour remplir les 80 minutes, on reprend l’histoire de Moïse, pour embêter Dreamworks.

Non mais, bon… ça a pas l’air, comme je le raconte, mais c’est regardable, quand même. C’est juste que, normalement, même dans les moins bons Disney, le scénario est un peu plus élaboré.

It’s a rock that — bleeds.

Bon, alors tant que j’y suis, maintenant, c’est Evolution, d’Ivan Reitman, avec Duchovny et Julianne Moore… On n’en a pas tellement parlé à la sortie en France, soit que les acteurs étaient trop occupés ailleurs pour faire la promo, soit que le film n’avait pas eu de succès aux Etats-Unis, je ne sais pas. En tout cas, ça se regarde, les effets spéciaux sont vraiment réussis et le bestiaire assez inventif ; c’est juste dommage que le scénario et les dialogues ne soient pas plus travaillés. Peut-être que l’époque n’est plus propice aux Ghostbusters ? En tout cas, ça reste plus intéressant qu’un n-ième Jurassic Park, il y a quelques scènes vraiment drôles, et on pourrait juste se passer de l’obsession proctologique…

Hmm, vérification faire dans un dictionnaire, ça n’a pas l’air d’être un vrai mot, mais tant pis, parce que je n’ai pas envie de passer dix minutes à 4 heures du matin à chercher quel mot pourrait bien aller dans cette phrase.

Ah, au fait, pour ceux qui se posent la question : non, je n’achète pas des tonnes de DVD en stock sans discrimination pour meubler ma médiathèque. Plus précisément, ce n’est pas moi qui les achète : je ne fais que me servir dedans. Et non, ils ne sont pas non plus tombés d’un camion ou autre, ce ne sont même pas des imports (les distributeurs avaient réussi à empêcher l’importation de DVD, à un moment, non ?), je n’ai même pas de lecteur dézoné, enfin, que je sache.

Décidément, Microsoft a dû engager de bons créatifs pour la promotion de la XBox. Après la pub “la vie est courte” (très bien faite, assez osée - une pub qui se termine par la mort du consommateur, ça se fait pas), voilà celle du moustique… J’attends de la revoir avant d’en dire plus, mais en tout cas la pub est belle et vraiment bien réalisée… et surprenante.

15 mars

En attendant le gecko

Ca se confirme : AOL distribue des bétas de son interface basées sur Mozilla. Et ça a un double intérêt : d’abord, ça va pousser Mozilla (et donc Netscape) à afficher les pages le plus possible comme Explorer (youpi pour les designers HTML) et, ensuite, ça motivera les développeurs de sites à se calmer sur les “vous ne pouvez voir ce site que sous Explorer.” Et ça, c’est youpi contre Microsoft.

16 mars

Angel

Ca nous fait des vacances, Kate la schizophrène est dans sa semaine je fais confiance à Angel. L’épisode, parfait, aura réservé des scènes superbes à Drusilla et Darla (qui n’est pas gâtée côté maquillage - c’est l’âge ?) et même aux avocats de W&H… Et nous laisse en créant le suspense, puisque W&H auront fini par réussir à faire vaciller l’éthique d’Angel. Vive Dru, vive Darla, et vive Joss Whedon.

17 mars

She’s a god

Encore deux épisodes géniaux de Buffy. Si seulement il y avait plus de choses aussi bien faites à la télé…

Faut que j’arrête de lire fsh, je me sens comme Amélie…

Eh oui, l’intérêt du nouveau format du journal, c’est aussi que je peux écrire des choses au moment où elles me passent par la tête, en sachant que 99,9% des lecteurs ne comprendront pas ce que je dis. Euh, j’espère.

The truth is… whatever

Je n’ai pas d’avis sur ce qu’a dit Thierry Meyssan hier dans Tout le monde en parle (je ne suis pas employé de la CIA), mais il y a bien une chose sur laquelle j’ai un avis… Je trouve ça intéressant qu’Ardisson ait tellement aimé la publicité que lui avait faite l’affaire Karen Mulder, qu’il se soit mis en tête de trouver un scandale par émission. Et, bien sûr, ça marche, à lire fr.rec.tv.programmes. L’inconvénient, avec Ardisson, c’est que sa seule qualité est bien d’être efficace.

19 mars

Pfff, quelle programmation, Ombre et lumière avec Zazie face à la version longue d’En aparté… c’est pratique, pour suivre.

Bon, ça tombe bien, je zappe juste au moment où Darmon entame son gâteau au chocolat, c’est vraiment pas le moment que je regarde ça.

Hollow Man

Tiens, j’ai oublié de poster hier après la diffusion du film sur Canal. Faut dire qu’il n’y a, en fait, pas grand chose à dire dessus : la partie action est tout à fait efficace, les effets spéciaux n’ont pas le moindre défaut (et c’est vrai qu’ils sont impressionnants) mais, pour du Verhoeven, il manque quelque chose.

Il me semble bien que, lors de la sortie, les interviews du cinéaste expliquaient que tout l’intérêt du film - ou plutôt tout ce qui l’intéressait dans le film - était de voir comment le fait de devenir invisible influerait sur le comportement d’un individu et, en particulier, comment l’invisibilité le pousserait à moins se soucier du Bien et du Mal.

Mais voilà que, à peine le film commencé, les dialogues sabordent cette idée, en précisant que la nature humaine et la nature de Sebastian n’ont rien à voir. Exit, donc, une éventuelle réflexion sur ce que peut entraîner le fait de ne plus avoir à se regarder dans un miroir : le personnage de Kevin Bacon est à la limite du psychopathe bien avant de devenir invisible.

Résultat, on se retrouve probablement avec le film le moins subversif de toute la carrière de Verhoeven. Bien fait, bien réalisé, on ne s’ennuie pas, mais ce n’est qu’un film d’action comme il y en a des milliers.

Dung-eating robotic probes from outer space

Depuis plusieurs jours, je me fais la saison 3 de X-Files en DVD… Je me suis dit que, maintenant que j’ai abandonné tout espoir que la série s’arrange sur la fin (et maintenant que la fin approche, puisque la saison en cours est officiellement la dernière), je pouvais me permettre de regarder les anciens épisodes en VO, au risque de gâcher les futures diffusions sur M6.

Finalement, la différence est moins frappante que je ne pensais. Il faut dire que ça fait déjà plusieurs mois que je n’ai pas vu X-Files en VF… Tiens, la prochaine nuit où je regarde un DVD (il y en a 7 dans le coffret, j’en ai encore pour une semaine) il faudra que j’essaie d’en revoir un en français, pour voir ce que ça donne. Enfin, évidemment, en VO, c’est mieux joué, il n’y a pas d’erreurs de traduction, et, enfin, voilà, c’est globalement mieux, quoi. Mais pas aussi spectaculaire que ça le serait pour une série comme Friends.

Au passage, je sais enfin pourquoi War of the coprophages est un des épisodes-culte de la saison. Il faut dire que je crois bien avoir zappé à chaque fois qu’il a été diffusé, pour cause de cafards : je me souviens vaguement d’avoir vu le prégénérique et je me rappelle clairement avoir déjà vu la toute dernière séquence, et ne rien y avoir compris parce que je débarquais. Visiblement, j’ai évité cet épisode à chaque fois qu’il a été diffusé, alors que c’est effectivement un des meilleurs. On pourrait se repasser en boucle sans se lasser certains dialogues - si je n’étais pas trop flemmard pour le faire, j’enregistrerais quelques extraits sur mon disque. Oh et puis, bon, je ne suis pas un vrai fan, d’abord, alors je ne vois pas pourquoi je ferais des extraits.

He’s hung like a club-tailed dragonfly. Excuse me.

Au fait, je ne saurais trop vous recommander les nouvelles Danette “chocolat saveur noisette” (enfin, je crois bien que c’est nouveau - en tout cas, c’est apparu cette semaine à Monoprix). Imaginez un rocher des réceptions toujours réussies de l’ambassadeur, mais liquide.

The Truman Show

C’est marrant, j’étais persuadé de l’avoir déjà vu. Soit le film n’est pas passé sur Canal+, soit je l’ai raté, ça arrive, certains mois. Eh oui, croyez-le, ne le croyez pas, ou foutez-vous en, mais il y a des mois que je ne passe pas devant la télé. Enfin, à une époque, c’est arrivé, je crois, je ne me souviens pas bien en fait.

Ah, oui, le film, donc : excellent - ce qui étonne moins quand on voit la signature d’Andrew Niccol*. Par moments, on se demande si Loft Story n’en est pas inspiré : “tout ce que vous voyez à l’écran peut être commandé sur catalogue.” Zut alors, je n’ai pas vu de machine à pain.

20 mars

Ils nous font quoi, ce mois-ci, sur Canal+ ? La programmation est partagée à 50/50 entre les collections “téléfilms allemands insupportables” et “les pires téléfilms que Luke Perry a été obligé de tourner pour payer sa caravane”. C’est vraiment comme ça qu’ils comptent nous convaincre qu’ils ne font pas des économies de bouts de chandelle sur les programmes cryptés ? Trouvez n’importe quoi à nous diffuser, sauf ça, par pitié !

Il semble que Morpheus ait décidé de ne plus être digne de confiance : c’est nouveau dans le genre, il modifie automatiquement les adresses que vous visitez dans Explorer pour toucher des commissions sur ce que vous dépensez.

Ah, c’est le printemps. Ca se voit pas.

Ok, plus poncif, c’est difficile.

21 mars

Tiens, vous saviez qu’un clic droit sur les ascenseurs dans Internet Explorer (en tout cas, dans la version 6) faisait apparaître un menu ? Les développeurs de chez Microsoft ne savent vraiment plus quoi inventer… dans la prochaine version, il y aura sûrement un menu quand on clique sur un bouton, pour dire “cliquer ici”.

22 mars

Ah, tiens… ils ont fini par payer un décor à Nathalie Cuman pour Encore + de cinéma, ou c’est le plateau spécial Oscars ? C’est joli et assez chaleureux, mais le côté “je reçois dans mon bureau” avait quand même son charme… ça faisait trop cheap, peut-être, trop “tout l’argent est parti dans le tiercé” sans doute.

Bon, ceci dit, l’avantage, c’est que ce n’est plus filmé à la main, les caméras sont posées, ça ne fait plus mal à la tête. Et mention spéciale aux écrans du duplex, façon prompteurs de metting politique : vraiment très classe.

Rha et puis c’est pas sympa de nous narguer sur fond de palmiers et de ciel bleu…

Les morsures de l’aube

Franchement bien réalisé, surtout pour un premier film (même si le choix des couleurs froides n’aide pas à rentrer dans le film)… il manque sûrement juste un scénario intéressant. Ou des dialogues. Enfin, un truc pour remplir, quoi.

Par contre… un trucage tout simple comme une fille projetée en arrière par une balle de fusil, ils ont trouvé le moyen de le rater ?! Ils se sont débrouillés comment ?

23 mars

Angel

Pas grand chose à dire - on va considérer que c’était un épisode d’exposition de la deuxième partie de la saison. Angel qui met le feu à Darla et Drusilla, c’est joli ; Cordelia, Wesley et Gunn qui se saoulent en groupe et finissent par massacrer une chanson, c’est sympathique (même si j’ai la nette impression que la chanson en question a été doublée, les voix ressemblaient trop aux voix françaises) mais, dans l’ensemble, il n’y a pas rien à en retirer. DOmmage, même Drusilla n’était pas très intéressante aujourd’hui - le comble.

Allons bon… D’après Europe 2, le casting de Loft Story 2 prévoirait “deux homos, une lesbienne et un bisexuel”. C’est terrible, si c’est vrai, cette fois encore on ne va pas pouvoir ne pas regarder… Surtout quand on considère quels homos (et quels hétéros aussi, mais, eux, on s’en fiche) sont capables de s’inscrire à une émission célèbre pour sa séquence de piscine. M’est avis que le CDROM de connexion aux flux live va bien se vendre vers Châtelet.

Buffy (1)

Non ! Non ! NOOOOOOOON ! Pas tuer Drusilla ! Ah, ouf…

Sinon, de très jolies scènes comme toujours : la fraternisation entre Dawn et Spike, ou toutes les scènes de Drusilla, comme toujours. Et à part ça, le nouveau style vestimentaire de Spike, le côté “je m’habille à la Riley”, lui va très bien. J’en veux bien un, de Spike comme ça.

24 mars

Buffy : I Was Made To Love You

Quelle façon de conclure un épisode de Saint-Valentin… Forcément, avec un épisode qui se termine par Joyce étendue les yeux grands ouverts, on se soucie peu que Buffy ait manqué sortir avec un garçon dont le hobby est de se morpher en Glory, ou que Spike ait décidé de faire fabriquer un double robotique de Buffy… Comme d’habitude, les dernières scènes de l’épisode sont déterminantes, mais, là, c’est sévère.

Magnolia

Wow. C’est pas le genre de chose qu’on s’attend à voir au cinéma - pas étonnant que ce film ait fait parler de lui à sa sortie. Ce qui est étonnant là-dedans, c’est surtout que des producteurs américains aient financé ça : plus de 180 minutes (ça fait trois heures, pour ceux qui ont du mal avec les euros) dont la première moitié ne semble aller nulle part… heureusement qu’il y avait les stars, sinon le film était atomisé. Heureusement, donc, qu’il y a des acteurs (et quels acteurs !) à Hollywood qui aiment assez leur métier pour s’intéresser à ce film.

Côté spectateur, donc… Les 90 premières minutes sont longues : on ne va nulle part, on présente la routine de vie des personnages, quelques maladies, mais rien qui nous prenne vraiment : une heure et demie d’exposition des personnages. Oui, vraiment, il faut oser. Mais le plus beau, c’est que c’est une bonne idée : l’histoire est tellement dense (bien qu’il ne se passe pas tant de choses - tout le film se déroule sur une journée) qu’on n’aurait pas eu l’occasion de s’attacher aux personnages s’il n’y avait pas eu cette exposition. Un luxe bien utilisé, qu’on ne peut vraiment se permettre qu’avec le talent d’Anderson, mais aussi le talent et la célébrité des acteurs.

Une audace qui vaut le coup, donc, pour l’effet qui arrive à la moitié du film : d’un seul coup, le film bascule entièrement. Dans chacune de ces petites vies qu’on nous a présentées, les choses se nouent, les sentiments se dévoilent, l’enjeu de l’histoire (qui deviendra clair dans le monologue final) se révèle. Et le film réserve alors à chaque personnage, et à chaque acteur, une scène mémorable et poignante, qui nous montre pourquoi on a attendu, pourquoi on a traversé toute la première partie du film, pourquoi on a bien fait de s’intéresser à ces personnages.

Le film ne se résume pas à des numéros d’acteurs - c’est vrai qu’un film qui commence avec Tom Cruise déclamant “Respect the cock !”, ça commence fort - mais réussit à rendre les personnages réels, humains et poignants. Justement grâce au temps passé dans l’interminable introduction. Tout ça pour dire (c’est drôle comme ça me pousse, moi aussi, à écrire des tartines) que, si vous avez l’occasion de voir le film, il ne faut pas se laisser rebuter par le début : ça vaut le coup. On ne dirait pas, comme ça, mais ça vaut vraiment le coup. Et pour une fois qu’un cinéaste est vraiment ambitieux, et a le talent de ses ambitions, ce serait dommage de ne pas l’en féliciter.

Pour le reste, je vous laisserai découvrir le dénouement. Une vraie surprise, à la limite du grotesque (certains diront au-delà), qui permet en même temps de relâcher la pression émotionnelle instaurée par tout ce qui précèdait. Une très belle façon, en fait, de clore cette histoire. Vous verrez. On pourrait se passer, bien sûr, de l’énorme référence biblique qu’elle représente, et qui confirme une tendance un poil trop moralisatrice que j’avais ressentie au long du film. Comme par hasard, le personnage qui est le plus en dehors de l’histoire, celui qui s’apparente le plus à un narrateur, est un fervent chrétien. Mais bon, que voulez-vous, c’est un film américain ; on ne va pas bouder le plaisir d’un monument du cinéma parce qu’il cite la Bible.

Ca fait drôle de se remettre à écrire de longs textes, j’aime bien. Je devrais regarder des films intelligents plus souvent.

C’est drôle. Hier, une pub AOL spéciale “Fête de l’Internet” disait que le plus important, dans une connexion Internet, c’était la fiabilité, et que, justement, AOL avait super bossé la fiabilité de son réseau… et depuis hier je n’arrête pas d’être déconnecté et d’avoir du mal à me reconnecter. Euh, j’ai dit que c’était drôle ? Non, en fait, c’est pas “drôle”, que je pensais.

En relisant les transcripts des Buffy d’hier, je m’aperçois que, pour les scénaristes, au final, un vampire avec une âme et un vampire avec une puce à électrochocs dans la tête reviennent exactement au même… Et dire que certains traitaient la série de moralisatrice dans les premières saisons !

Pas d’humeur à regarder Saving Private Ryan, donc je me contenterai de dire que la photographie est très belle. J’ai un peu de mal à trouver ce qu’elle a précisément de particulier… peut-être juste désaturé à part les verts et marrons. Faudra que j’essaie, la prochaine fois que je fais des photos.

25 mars

Les Oscars sur Canal+, insupportables à regarder, comme tous les ans. Et j’imagine que, comme tous les ans, ils ne prendront pas la peine de refaire le doublage ou de faire un sous-titrage pour le best-of de demain, qui sera donc tout aussi irregardable.

Si je me souviens bien, France 2 avait réussi à diffuser l’épisode live d’Urgences en VO non sous-titrée… alors, pourquoi Canal+ n’est pas fichu de faire la même chose pour les Oscars ? Plutôt que de rendre la cérémonie crispante pour tout le monde, ils pourraient réserver la VF pour la rediffusion du lendemain.

Tant pis pour les Oscars, et tant pis pour le plateau en duplex, je craque, je coupe. On croirait le doublage pakistanais de Derrick, sauf que les pakistanais, eux, y sont habitués.

Tiens, il me semblait bien que la version d’Adam et Yves (de Zazie, ignares) qui passait à la radio me déplaisait moins que celle que j’avais entendue… Visiblement, c’est un remix. C’est marrant qu’ils aient fait un remix radio plus “techno” de Rue de la paix et l’inverse pour Adam et Yves - peut-être que je n’étais pas le seul à apprécier la version album ?

Le truc que je viens d’entendre à la radio est donc bien le nouveau single de Saez. Normalement, je dirais que la sortie, annoncée pour le 26, de son nouvel album est une bonne nouvelle, mais, avec ce que je viens d’entendre, j’ai comme un doute. Heureusement, d’après ce que j’ai lu, l’ensemble du disque ne devrait pas être dans le même genre. Manquerait plus que ça. Mais bon, surprendre l’auditeur pour se faire remarquer, c’est bien gentil, mais pour vendre des albums ça peut aussi être intéressant de mettre une bonne chanson en radio, des fois.

C’est bien ce que je craignais, revoir Magnolia, en VF, c’est crispant. J’ai beau avoir très envie de le regarder, pour revoir tous les détails que j’ai ratés dans la première partie, je ne crois pas que je tiendrai (le pire, c’est quand même la voix française habituelle de Tom Cruise, qui n’est pas du tout appropriée). Par contre, je profite de l’occasion pour parler de la bande originale, que je n’avais pas mentionnée. Une visite sur le site de la fnac semble indiquer qu’elle est constituée de chansons originales et quelques reprises par une seule et même chanteuse - belle façon de concevoir une bande originale. Ca marche pour Ally McBeal, ça marche bien aussi pour Magnolia.

26 mars

En aparté

J’aime quand, en voyant quelqu’un s’exprimer en “profondeur”, je m’aperçois qu’il confirme les sentiments qu’il m’insipirait avant sans que je puisse les argumenter.

Sinon, Emmanuelle Devos, intéressante, sans plus.

Bon sang… je ne sais pas combien de kits de connexion AOL a distribué pour la fête de l’Internet, mais là, ils font fort - on se croirait presque au bon (?) vieux temps du lancement de l’offre illimitée, avec une demi-douzaine de déconnexions par heure, et vingt essais avant d’arriver à se reconnecter.

27 mars

Euh, dites… c’est moi, ou le single de l’année des Enfoirés est une catastrophe ?

28 mars

Je ne m’en étais pas aperçu la première fois, mais en revoyant Hollow Man… c’est incroyable : incohérence sur incohérence, il doit bien y avoir une vingtane de trous au total dans le scénario. Normalement, avec un budget pareil, ils n’ont pas quinze personnes qui relisent le script dix fois pour régler les erreurs ? Ah, non, je suis bête, je parle d’Hollywood, là…

Normalement, j’attends d’avoir testé un logiciel pour en parler, mais là, si celui-ci fonctionne bien, je ne devrais jamais m’en apercevoir. Si vous avez des problèmes avec le cache d’Internet Explorer (il m’arrive régulièrement, lorsque j’enregistre une image affichée, qu’il m’impose de l’enregistrer en .bmp, et que le problème soit réglé en vidant le cache - ce qui met trois heures vu la taille qu’il fait) ce programme devrait les faire disparaître : CacheSentry.

Je m’apprêtais à dire que, dans Félix et Lola, ça serait bien s’il se passait un peu plus de choses, s’il y avait une histoire un peu plus construite… et puis la fin du film est arrivée. Et… sans vouloir gâcher la fin du film (?) pour ceux qui ne l’ont pas vu, je me contenterai de dire que, en fait, ça serait bien s’il se passait quoi que ce soit dans ce film, s’il y avait la moindre histoire. La fille sur le pont avait une belle histoire, une parenté revendiquée et réussie avec les aventures rocambolesques des années 30, avec en prime un côté poétique. Là, par contre… Charlotte Gainsbourg et Philippe Torreton sont forcément très bien, mais il manque un film autour, quoi.

29 mars

Passionnant Benoît Poelvoorde (il a fallu que je vérifie l’orthographe, là) dans Encore + de cinéma. Et puis, à force que tout le monde dise que Gérard Lanvin est symathique, je vais finir par le croire. Et j’attends toujours qu’un spécialise me dise si le retour image du plateau fonctionne sur le mode du prompteur ou de l’écran LCD (c’est possible, un écran transparent ?).

Galaxy Quest

Excellent, tout simplement excellent. Le miracle, c’est que le film arrive à concilier le second degré (on rit du début à la fin) au premier degré (même si on se doute que ça va bien se terminer pour tout le monde, l’histoire “réelle” de SF se tient parfaitement). Vraiment, rien à redire.

Au passage, j’aimerais bien savoir comment sont réalisés les grands méchants : que ce soit de la 3D ou du latex, c’est très impressionnant (contrairement, par exemple, au sanglier de la planète extra-terrestre, qui a dû être fait sur une fin de budget).

30 mars

Et allez, encore un patch pour Internet Explorer. Ils en ont pas marre, à force ?

+ clair

Ca fait plaisir de voir Pascal Sevran en forme et souriant - marrant, cette façon dont il ne peut pas s’empêcher de regarder la caméra quand on l’interviewe, après avoir présenté ses millions de Chance aux chansons.

Au passage, ça fait plaisir aussi de l’entendre de dire, au sujet de Pivot, “ce n’est pas un gentil, et pour moi c’est très grave, ça.” Comme je le disais dans un post précédent, ça me fait toujours plaisir quand les feelings que je peux avoir sur certains se confirment.

31 mars

Buffy : The Body / Forever

Euh.

Voilà.

Bon.

Je sais pas.

Curieusement, je trouve un certain nombre de défauts à ces deux épisodes - peut-être parce que je devrais être sur le coup de la surprise de la mort de Joyce, alors que je savais avant le début de la saison (pour cause de saleté de programme télé qui publie des interviews sans se soucier de ce qu’on a vu ou non) qu’elle allait mourir.

[lire la suite]

N’empêche, défauts ou pas, ils étaient déprimants, ces deux épisodes. Je suis tout déprimanté.

C’est malin. Je regardais la sélection web praktica de la semaine, je suis tombé sur ça, et maintenant j’ai envie de refaire mon site. Sauf que, depuis qu’il est entièrement axé sur le contenu texte, c’est beaucoup plus difficile de faire quelque chose de spectaculaire.

Archives

2001 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2002 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2003 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2004 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2005 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2006 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2007 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2008 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2009 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2010 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2011 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2012 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2013 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2014 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12