6 mai 2002

On aura même échappé à Sarkozy premier ministre (était-ce un choix sérieusement envisagé au cas où Le Pen ferait un gros score ?). Remarquez, l’avantage de Sarkozy, c’est qu’il avait un minimum de charisme, enfin, de présence. Là, euh… Hier, les analystes disaient que la nomination de Raffarin serait le signe d’un recentrage des pouvoirs vers l’Elysée (alors qu’il est DL et pas RPR ? drôle de choix), on va dire que c’est probablement vrai.