Bienvenue ! Vous vous rappelez les blogs ? A une époque, ce site en était un. Maintenant, c’est surtout une archive de mes multiples comptes Twitter.

1 juillet 2002

Ca y est : je suis déjà repris dans ma routine quotidienne, j’ai l’impression que j’ai dû rêver tout ce week-end, c’est pas possible autrement. Bon, je suis quand même en train de laver tout mon linge (qui sentait le renfermé, à force de pas servir) au cas où j’en aurais besoin.

Il n’est jamais trop tard pour apprendre à me servir de mon scanner à négatifs à 4000 F… Je note donc, pour les prochaines fois, qu’il faut d’abord pré-scanner avant de scanner, si je ne veux pas que la moitié des photos sortent en bleu ou en vert. Si vous avez vu la galerie “Lycée” dans le portfolio, ben, s’il y a une quinzaine de photos complètement bleues, en fait, c’est parce que je ne savais pas me servir du scanner :o)

Hmm. Il n’est pas loin de me convaincre d’abandonner le target=blank

Ils sont mal foutus, les présentoirs d’essai du Crips : c’est rare que ça reste tout dur comme du plastique, quand on met la capote, surtout les premières fois. Du coup, forcément, ils vont pas y arriver quand ils passeront à, euh, en vrai, quoi.

Hein ? Non, non, je ne regarde pas David contre Goliath, j’ai juste mis la télé, sans le son, en attendant Urgences (que je n’ai pas envie de regarder non plus, mais en même temps je peux pas faire grand chose d’autre pendant que je scanne les photos).

2 juillet

Coming soon

J’en ai encore pour un ou deux mois à scanner les photos de samedi, mais ça vient, ça vient…

Est-ce que mon scanner est de plus en plus lent, va finir par faire “pschitt” ou “cre cre cre gahhhh” et rendre l’âme (les scanners ont une âme ? pourquoi ils ont une âme et pas moi ?! salauds de scanners !) (4000 F l’âme en plus, ça fait cher, je peux pas me le permettre, qu’il la rende, son âme), ou est-ce que c’est juste que j’en ai super-marre d’avoir déjà passé, à vue de nez, dix heures à scanner mes photos et d’en avoir encore un quart à faire ?

J’espère que c’est la deuxième solution. Parce que, dans ce cas, mes nerfs iront beaucoup mieux quand j’aurai fini, d’ici quatre heures du mat. Alors que, si le scanner est en panne, je suis bon pour l’internement.

Est-ce que j’ai dit qu’il m’avait coûté une fortune, ce scanner ? Enfin, une fortune à mon échelle, quoi.

C’est marrant : en postant le texte qui parle de la Gay Pride (qui ne s’appelle pas Gay Pride, mais ils peuvent aller se faire voir s’ils attendent que j’écrive le nouveau nom, ils n’avaient qu’à ne pas vendre le trademark à une boîte commerciale, ces couillons) (on dirait que j’aime bien le mot “couillon”, je sais pas pourquoi, c’est sexuel ?) je trouvais qu’il y avait quelque chose de bizarre, qu’il ne s’intégrait pas, qu’il n’allait pas, qu’il fallait que je l’efface (mais je ne pouvais pas, vu que je n’avais pas mon portable et que je n’étais pas rentré chez moi, il fallait bien que je laisse une trace pour montrer que j’étais en vie), que ça n’allait pas du tout.

Et, là, j’ai compris pourquoi : ça manquait d’humour et de parenthèses. Pas que je me trouve hyper drôle (manquerait plus que j’éclate de rire en lisant mes propres posts) (enfin, honnêtement, je préfèrerais être complètement narcissique et imbu de ma personne, c’est plus confortable, même si ça énerve les autres) mais, d’habitude, quand je ne suis pas à la fois crevé et déprimé, j’écris moins sérieusement. Et, quant aux parenthèses, ben, vous aviez déjà remarqué que ça faisait partie de mon style, non ? :o)

Conclusion : ça me réussit pas d’écrire quand je ne suis pas chez moi et que j’ai mal aux jambes et à la vie. Mais ça ne m’empêchera pas de recommencer si ça se présente, ne serait-ce que pour avoir à nouveau l’occasion d’un réveil, euh… euh… à deux, quoi. (Ou plus ?)

Ah, mais, vérification faite, tout ce que je viens d’écrire est faux. Le style n’est pas si différent, en fait. C’est juste que ça me faisait bizarre d’écrire sur un autre clavier que le mien, dans une autre chambre, et sur un écran LCD (ouais, mais plus petit que mon 17”, donc pas forcément enviable).

Une chose prévisible : en mettant un lien mystérieux, sans précisions, dans ce post, j’ai envoyé plus de monde chez dive into mark que la fois précédente, où j’avais fait un article détaillé.

Un truc étonnant : je suis en deuxième position des referers sur son article. Avec seulement 8 personnes. Alors que son site est quand même un classique, référencé partout, et tout et tout. Il y a des fois, j’ai l’impression que, avec nos blogs, on croit s’adresser au monde entier, alors qu’au final même les blogs les plus connus n’ont pas tellement plus de lecteurs que s’ils racontaient leur vie sur un chan IRC.

(Evidemment, pour les blogueurs francophones, c’est même pas la peine d’en parler, le public est forcément plus limité :))

Moi, je vois deux trucs : Farrugia est à la tête de Canal+, et on va avoir tout l’été des séries comiques en VO, dont South Park. Alors, je n’ai qu’une seule chose à dire : merci Messier. Ca sera présenté à ta décharge.

Ils ont quand même de l’humour, chez Microsoft :

In ancient Troy stood the Palladium, a statue of the goddess Athena. Legend has it that the safety of the city depended on that icon’s preservation.

Le système que Microsoft veut créer pour assurer notre sécurité, cette plateforme clés-en-mains (les mains de qui, hein ?) où on ne pourrai rien trafiquer, et dont les utilisateurs croiront être protégés parce qu’on les empêchera de s’apercevoir qu’ils sont hackés, cette tentative ultime de mettre la main sur tout ce qu’on a de plus précieux, personnel et intime… tire son nom de la mythologie de Troie.

Là, on n’a que l’embarras du choix : est-ce que le département marketing de Microsoft se reconnaît dans le Cheval de Troie, en préparant un ordinateur d’apparence gentille qui prendra le pouvoir ? (C’est pas gagné, il y a quand même de moins en moins de gens qui ont confiance en ce que fabrique Bill Gates.) Ou, au contraire, dans cette ville qui est tellement sûre de son système de défense qu’elle laisse entrer un joli cadeau (lire : virus auto-exécutable par Outlook) qui va entraîner sa chute ?

How do you want to be destroyed today?

High Fidelity : bon film, en VO.

Réorganiser ma chambre : ça fait du bien.

Bon, on ne voit pas beaucoup plus le sol qu’avant, mais j’ai à nouveau accès à plein d’endroits qui étaient enfouis avant, des étagères, des trucs, tout est bien organisé. La télé est juste un peu trop loin, pas très pratique, mais c’est pas fini, de toute façon.

3 juillet

Je connais pas beaucoup d’activités plus déprimantes (j’ai dit activités, pas événements, c’est une autre catégorie, ça n’a rien à voir) que de passer des heures à effacer les traces de poussières et les rayures sur des négatifs scannés. Et, comme si ça ne suffisait pas, je me suis arraché un doigt avec le rebord de mon nouveau bureau. Et j’ai tiré trop près avec le Derma-Spray, ça brûle, j’ai l’impression que le Diable est en train de dévorer la première phalange de mon majeur droit.

Je ne sais pas pourquoi le générique de Capitaine Flam est autant ancré dans ma mémoire. Je ne suis pas sûr d’avoir regardé ce dessin animé plus que les autres (j’ai même l’impression de ne pas en avoir vu beaucoup), et pourtant, dès les premières mesures ça me fait un effet qu’aucun autre générique de l’époque ne déclenche.

Je suis déjà limite crise de nerfs à photoshoper des taches blanches sur des photos floues et mal cadrées (à défaut de numérique, il me faut au moins un autofocus, bordel !), alors, en plus, Capitaine Flam… Heureusement, le dessin animé lui-même n’a rien de génial…

4 juillet

J’ai rien à dire, mais je l’dis quand même. A moins que, non, je vais rien dire, vu que j’ai rien à dire et même la flemme d’inventer un truc ou sortir des mots au hasard, anticonstitutionnellement, pour remplir, avec un coup de fer à cheval dans la mâchoire du troll vert qui joue du tam-tam sur les épaules d’un pompier ?

Bilan final de la Gay Pride : trois jours à scanner, éditer, cadrer, corriger des photos, et c’est même pas fini (demain, faut que je code les fichiers de la galerie, parce que, là, sur mon disque dur, elles servent pas à grand chose, les photos) ; déménagé tout dans ma chambre, ce qui, certes, fait du bien sur le moment, mais, au final, ne change rien de rien à rien (si ce n’est que le nouveau bureau en veut à mort à la peau qui recouvre toutes les articulations des parties de mon corps du haut (traduction consciemment erronée de upper body parts, c’est de la licence poétique, je fais ce que je veux avec mes body parts, surtout celles du haut)) ; passé la nuit pas-seul pour la première fois depuis pfou-tellement-longtemps que si je vous le disais vous commenceriez par ne pas me croire, puis vous auriez pitié et vous vous marreriez (quoique ces deux réactions paraissent contradictoires) et vous ne reviendriez plus jamais ici (on voit pas le lien, mais tant pis, c’est qu’il n’y en a pas), ce qui (le “ce qui” s’applique au fait de ne pas avoir dormi seul, je pense que ça peut aider de le rappeler), au final, est plus déprimant qu’autre chose quand on considère que je passe les nuits suivantes seul et qu’aucune prévision à court terme (ou moyen) (ou long) (ou jamais) (ouais, là, je sais, j’exagère, mais en même temps, y’a des trucs qui font que machin) ne prévisoit que ça se reproduise (aucun rapport avec la reproduction, hein, puisque, je vous le rappelle, ça parlait de Gay Pride, au tout début du post).

Tout ça pour dire que, comme prévu, je ressors de ce weekend plus déprimé qu’avant.

The bottomline being: (1) j’ai besoin d’un salaire pour bouger d’ici  (2) j’ai déjà essayé d’avoir un salaire et c’est du pot (voire…) que j’y aie survécu ; (0) la bottomline, c’est la ligne qui est en bas, c’est logique ; (3) compte tenu du 1, du 2, et pourquoi pas du zéro si on veut mais en même temps j’en vois pas la nécessité, ben, on est pas dans la merde. Si, justement, on y est, enfin, surtout moi, parce que, vous, vous pouvez zapper quand vous voulez (sauf que, comme tous mes lecteurs sont des blogueurs, qui se ressemble s’assemble, donc je vous plains — ouais, là, y’a ellipse). Ah, et, 4-mais-avant-le-3, le libraire était fermé aujourd’hui, j’ai pas pu acheter de Tac-o-tac TV pour gagner une rente sur dix ans. Et Elizabeth Teissier a menti, j’ai pas gagné au Loto le 29.

Voilà. Ceux qui ont lu et compris tout ce post ont gagné une migraine. Et l’admission à Mensa en prime. Pas que je me considère tellement intelligent qu’il faille avoir 250 de QI pour me comprendre (en tout cas, pas ce soir, je suis un maniaco-dépressif de l’ego, comme tout le monde ici), mais que je suis tellement pas-clair qu’il faut être intelligent pour arriver à tout démêler. Et, en même temps, un peu con pour passer du temps à tout classer ce que je dis sur des morceaux de papier pour les remettre dans l’ordre. Ouais, moi aussi j’insulte mes lecteurs les plus fidèles (Lassie chien fidèle, et justement je préfère ces salopards de chats), ça fait genre. Genre staïle vegra.

Ah, et puis, Capitaine Flam, c’est vraiment complètement idiot. Plus idiot que les Digimon.

Et en plus, on me signale qu’on est en juillet. Et que, si on est en juillet, alors sûrement moi aussi, c’est-à-dire que c’est l’été (ça se voit pas, notez, mais je vais pas parler de la pluie et du beau temps ici, faut pas pousser), que c’est la moitié de l’année, que j’ai rien foutu de ma vie, que je vais mourir vieille fille, puceau, pauvre, vieux, seul, malade, d’une septicémie des dents. Ok, pas puceau, et y’a peu de chances que je devienne une fille d’ici là, ça coûte trop cher. Mais bon.

Pfuu, encore le genre de trucs qui m’énerve : trop de talent au pixel carré. Les versions Bill Gates, Big Brother et je sais pas, Real World ? de la campagne Switch d’Apple (qu’aux dernières nouvelles on n’a pas en France, mais qui a l’air d’être culte aux Etats-Unis). C’est bien fait, trop bien fait, c’est énervant — le pire n’étant pas les animations elles-mêmes, mais la petite animation façon jingle de producteur ciné, inspirée de celle de Pixar, et qui en prime doit être super légère vu la vitesse à laquelle elle s’affiche. Trop de talent, je vous dis. J’veux faire pareil. Quand je pense qu’à un moment je connaissais un dessinateur/animateur vraiment doué, j’ai même pas pensé à l’exploiter sans vergogne, parce que je suis pas du genre à exploiter les gens, ou juste parce qu’à l’époque je n’y ai pas pensé, et maintenant il est connu dans la France entière parce qu’il fait des burgers qui chantent.

Voilà, pour ceux que ça intéresserait, mes photos de la gay pride sont en ligne. Là, tout de suite, j’ai la flemme de faire toute la mise en forme pour les mettre sur mes propres galeries, donc elles sont pour l’instant sur gayattitude, et on verra après.

Attention, il y a des frames, et des bandeaux de pub de cul :o)

C’est sérieux ? L’existence des cyber-cafés en Grèce est mencées à cause d’une loi qui… interdit les jeux d’arcade. Pac Man, les courses de voitures, tout ça, interdit, parce que ça fait gaspiller l’argent des gens, c’est mal. L’histoire ne dit pas s’ils ont prévu d’interdire aussi la cigarette, le téléphone, les fêtes foraines, la télévision électrique, les capotes et les Kitkat chunky.

C’est naze, Pokémon 2. Dans le premier, la première partie était mignonne avec son dragon, et la deuxième était niaise mais supportable. Là, ben, non, supportable ça n’est pas. Oui, on s’en fout, mais en même temps je n’ai rien d’autre à dire. Il me faut une carte orange…

5 juillet

Excellent ! Génial ! J’adore ! Dans la série “je massacre mon ordinateur pour y mettre des LED et des Lego” voici la souris-tube cryogénique. J’adore, j’adore, j’adore, je peux même pas le faire parce que, d’une, je suis pas bricoleur, de deux, j’ai pas de scie, de trois, j’ai pas de LED et je serais prêt à tout pour ne pas devoir souder quoi que ce soit à quoi que ce soit d’autres et, de quatre, j’ai pas de souris, j’utilise un trackball, donc ça a moins d’intérêt (et ça vaut plus cher, surtout !).

Rha, ça y est, j’ai envie de faire tout le décor de mon bureau avec des LED et des Lego. Mais, heureusement, j’ai pas de Lego et, comme je disais, je préfèrerais mourir que de souder des LED. Je dis “heureusement” parce que je sais que je m’en lasserais au bout d’une semaine et que je ne saurais pas quoi en faire.

J’en ai marre de faire de la pub à Lego alors qu’ils ne me payent pas :o)

Un article vraiment intéressant, documenté, qui répond point par point à tout ce qu’on reproche aux clones de Napster. En prime, écrit par une auteuse-compositeuse. Courtney Love avait déjà publié un article du même style (sur Salon, je crois), mais là c’est encore plus complet et précis. Et, au passage, la partie sur la façon dont les artistes sont traités par les maisons de disques américaines est effrayante — il me semble que c’est moins pire en France, à ce niveau-là.

6 juillet

Je ne comprendrai jamais comment la même marque peut avoir les meilleurs produits de sa catégorie et les pires publicitaires de la planète. Non ? Il n’y a pas que le Nutella, il y a les oeufs surprise, les barres de chocolat fourrées au truc blanc, les mini-oeufs de Pâques, et même les rochers, malgré la bêtise des publicités, sont bons. Alors, pourquoi se faire connaître sous un jour aussi défavorable ? Est-ce que la qualité d’une pub est tellement peu importante, qu’il suffise de faire parler du produit sans se soucier de la façon dont on le présente ?

Apparences

Bon sang, mais qu’est allé faire Zemeckis dans cette galère ? Il a accepté le film juste pour le plaisir de faire des plans compliqués avec des miroirs ? Michelle Pfeiffer, on sait pourquoi elle y est allée : pour avoir l’occasion de montrer qu’elle est encore sexy (on lui aurait proposé Romance, elle aurait sûrement accepté aussi, tant qu’elle y était ?). Mais, franchement, un nanar pareil (et trop long d’une heure et demie)… lamentable.

Le pire, de tous les multiples et obligés et laborieux rebondissements, c’est quand même le coup du suspense [pas-]final, dans la baignoire. Faire une scène, qui se veut “à couper le souffle”, aussi ridicule, quelle honte ! On est quand même censés être dans un film vaguement de fantômes, pas dans “Cousteau à domicile”, je vous signale !

Oh, un épisode de South Park inédit. Enfin, que je n’avais pas vu. Ou inédit. Chais pas, on s’en fiche. Je ne sais même pas pourquoi j’en parle ici, vu que c’était plutôt moins drôle que d’habitude (d’autant que je connaissais déjà l’histoire pour l’avoir vue dans un film, miam, Ethan Hawke), mais rien que pour le plaisir de voir Malcolm McDowell raconter l’histoire (en live, je veux dire, en vrai en chair et en os et cheveux blancs) sans dire son nom une seule fois, ça valait le coup (dommage qu’ils aient craqué et mis son nom au générique de fin, j’aurais préféré devoir vérifier sur l’IMDB que c’était bien lui).

I’m a British person. Good night.

Friday Five :

1.Where are you right now? Dans ma chambre, mal assis, tapant sur un clavier trop bas, et regardant un écran trop haut et trop près.

2.What have you lost recently? My illusions. Non, ça c’est pas récent. Quoique. Mais ça a été progressif. En fait, je les perds régulièrement, mais elles repoussent, ces connes.

3.What was the first CD you ever purchased? Does that embarrass you now? Boah… A l’époque, j’achetais des compilations pourries. Donc rien de précis d’embarrassant. Ah, j’ai quand même les quatre ou cinq premiers Synthétiseur, les plus grands thèmes, qui se classent pas mal, au niveau du tout-pourri.

4.What is your favorite kind of writing pen? Tiens, ils ont lu le post stylophile de Gabuzomeuh. J’aime bien les plumes, mais je suis gaucher, donc… disons feutre à séchage rapide. Les Stabilo S’move (ceux qui ont fait une pub ridicule à base de dessinateur de bandes dessinées parce que ça fait branché) sont pas mal, par exemple.

5.What is your favorite ice cream flavor? Un truc Ben & Jerry’s à base de vanille, caramel et chocolat, mais je ne me souviens plus du nom. En fait, n’importe quelle Ben & Jerry’s, ça marche.

7 juillet

On est le 7 juillet, et j’ai déjà la certitude que je vais complètement passer à côté de cet été. Ca fera qu’un de plus, notez, je n’arrive même plus à compter les années. En plus, va falloir que je réduise le nombre de déplacements au Monoprix, pour raisons économiques. Si je pouvais tuer quelqu’un pour récupérer plein d’argent, je le ferais. (Note : ceci n’est pas une petite annonce de tueur à gages. Je n’ai aucune expérience dans le domaine, et je ne cherche pas vraiment de boulot dans cette branche, j’envisage juste une éventualité, hein. En plus, si ça se trouve, je serais pas doué.)

Si j’avais jamais eu Internet, je serais sous Prozac à hautes doses mais, au moins, j’aurais une vie normale.

Ca faisait quelque temps que je voyais des articles parlant de warchalking sans avoir le courage de chercher ce que ça voulait dire. Alors, voilà une bonne explication, et aussi des exemples pratiques.

Donc, tout ce que je voudrais, c’est que quelqu’un fasse la même chose ici, au Perreux, juste à côté de chez moi de préférence, là, dans une petite maison dans la rue, avec une puissance suffisante pour que je puisse y accéder. Et qu’on m’offre un Airport ou équivalent, bien sûr.

Bien sûr, j’imagine que ce genre de choses ne marchera pas très longtemps — les opérateurs télécom ont beaucoup trop à y perdre. Alors dépêchez-vous.

Quand je vois comment tout est mort sur Internet et les blogs en particulier (et je sais que je ne suis pas très productif non plus, mais moi je sais pourquoi)… je me dis que je ne vais pas survivre à août, qui devrait selon toute logique être encore plus pire.

Encore heureux que #gayfr ait atteint le stade de mort cérébrale pendant que je n’y allais plus, ça m’évite la tentation d’y retourner pour meubler mes longues journées d’été pleines de soleil qui fait mal aux yeux et d’hormones qui font que tout le monde fait des choses sauf moi et ça c’est super énervant.

Mais y’a pas que ça qui soit déprimant, loin de là.

Faich… Même dans Capital c’est plein d’hommes nus. Je déteste l’été.

Y a-t-il une limite au nombre de fois qu’on peut recharger un même blog dans la journée pour voir qu’il n’y a pas eu de mise à jour, sans devenir fou ? Est-elle inversement proportionnelle au nombre de blogs qu’on a dans ses bookmarks, ou est-elle fixe ? Je vous tiendrai au courant, et désolé pour les logs qui gonflent sans raison :o)

8 juillet

Sympa, cette idée : un ordinateur portable qui, au lieu de se plier en deux, se plie en quatre. Bien sûr, l’écran coupé en deux, ça a des avantages et des inconvénients (l’avantage, c’est que c’est plus grand, l’inconvénient, qu’il y a une grosse bordure en plein milieu) mais le résultat est pas mal.

Frightening thought : avec la blog-mania, je suis en train de recréer mes habitudes d’IRC. Dans ma liste de bloggers, il y en a déjà trois que je connais d’IRC (et qui bloggent maintenant par ma faute) et je passe mes journées à faire la tournée des sites, commenter, lire les réponses à mes commentaires…

Faut que je trouve un moyen de me convaincre que ce que je fais ici est plus constructif que quand je passais des heures sur IRC parce que, sinon, ça va pas être possible.

Bon, déjà, il y a le fait que je mets des accents, des ponctuations, et que je relis les textes avant de les enregistrer. C’est toujours ça, ça me fait travailler un peu.

Tiens, je viens de découvrir un truc complètement idiot, sur Mozilla. Quand il n’arrive pas à charger une image, et que celle-ci a un attribut alt (destiné à afficher du texte sur les browsers en mode texte), il n’affiche pas d’image “cassée”, mais seulement le contenu de l’attribut, comme s’il n’y avait jamais eu d’image.

Résultat, s’il y a une image importante sur le site, mais que son alt est vide ou peu représentatif, on n’a aucune idée qu’il devrait y avoir une image, là. Ca faisait plusieurs fois que j’allais sur inktank.com* et que le comics ne s’affichait pas, et était complètement effacé de la page. Maintenant, je sais pourquoi : parce que le moteur de rendu de Mozilla est idiot.

Si j’ai configuré Mozilla pour afficher les images, c’est que je veux les afficher — et donc on peut supposer que c’est une information importante, de savoir qu’il y a une image qui n’est pas chargée !

Vous savez quoi ? C’est encore un coup des intégristes. Un jour, je me documenterai un peu pour vous parler des frames, aussi.

Le miyon, le miyon, le miyon !

Nan, sérieusement, un million, j’ai du mal à me représenter :)

Ah ben. Hier, je disais que les opérateurs télécom risquaient fort de ne pas rester inactifs bien longtemps devant le partage gratuit de connexion par wi-fi, warchalking et tout le reste. Ben voilà.

Time Warner Cable, à New York, est en train d’envoyer des messages aux clients du câble Internet haut-débit les avertissant de ne pas partager leur bande passante en wi-fi.

Oh ben quelle surprise.

J’aimerais penser que, si les courbes bleue et surtout noire du moodlog sont descendues aujourd’hui, ce n’est pas que parce qu’il a fait super beau…

Et voilà, j’en suis réduit à revoir une biographie de Ladi Di que j’ai déjà vue. Et, autant ça m’intéressait un peu la première fois, autant, là, euh, bon, m’en fiche, quoi. Et puis il y a ce côté déprimant, cette envie de protester quand on voit une jolie jeune fille avec un vieux moche et con. Qui ne l’aime pas, en plus. Enfin, bon, on est pas chez Stéphane Bern, ici, et puis c’est trop tard, elle est morte.

C’est marrant (…), j’ai du mal à cliquer sur le bouton “Enregistrer” après avoir tapé un post qui se termine par “elle est morte”. C’est trop fort. Alors c’est pour ça que je rajoute un paragraphe sans intérêt juste après :o)

9 juillet

Jean-Paul Belmondo, jeune, en prêtre, “ça le fait”.

Où l’on apprend notamment que le fameux Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? ne serait que le début d’une prière juive. C’est vrai, ça ?

Some of what we’ve put on the internet will almost certainly survive us. But will *it* still be readable when all the links are long dead?

C’est vrai : la plupart d’entre nous allons faire des backups des textes qu’on aura postés sur le web (enfin, je suppose — non ?). Mais la moitié (ou plus, ou moins, selon les cas) des textes font référence à des liens externes qui, eux, auront disparu.

Même à plus court terme : parcourez les archives d’un blog d’il y a six mois, et vous avez des chances que la moitié des liens ne marchent plus, et que donc vous n’ayez plus aucun moyen de savoir de quoi on parle.

D’un côté c’est triste, de l’autre, c’est grisant, voire libérateur, de se dire qu’on écrit pour l’instant présent, et que de toute façon tout ça n’aura plus aucune relevance dans un mois.

C’est vraiment comme IRC, le blog. Le fait que ce soit archivé pour la postérité n’y change pas grand chose, finalement.

Et hop ! Normalement, vous devriez avoir la liste des commentaires ajoutés depuis votre dernière visite qui s’affiche en haut de la page d’accueil. (Quand il y en a, bien sûr.) Reste à vérifier que ça marche, donc tenez-moi au courant si vous trouvez que ça a du mal :o)

Ils sont forts, M6 : je vais pas pouvoir décrocher du prime-time spécial LS1 / LS2. Mais le contraste est sacrément frappant, entre le premier rang de petits jeunes naïfs (qui n’ont pas changé d’un pouce, à part les maquillages), et derrière eux les nouveaux aux dents longues… Au moins, cette émission met bien en valeur ce qu’on aimait de LS1 et qui a disparu de la deuxième saison.

Ah la la, les gens de 2001, ils savaient s’amuser, eux…

10 juillet

La conclusion, donc : ce n’était pas une illusion, il y avait bien une ambiance géniale dans le Loft 1, et merdique dans le Loft 2. Si LS2 m’a aussi peu captivé, ce n’est pas parce que j’avais déjà tout vu, que j’étais lassé du concept, qu’il n’avait plus rien de neuf à apporter : c’était bien parce que le casting était foiré de bout en bout, et qu’il n’y avait pas un seul lofteur attachant.

S’ils étaient repartis pour trois mois avec l’équipe qui a passé la nuit dernière dans le loft, je regardais tous les soirs, moi.

C’est marrant, avant de commencer ce blog, je croyais que j’écrivais beaucoup, que j’avais tendance à faire de longs paragraphes pour ne rien dire, que ma plus grande caractéristique était d’écrire des phrases interminables pleines de circonvolutions sans intérêt qui ne font que remplir la page. Bon, ça, c’est vrai.

Mais je me suis aperçu qu’en fait il y a plein d’autres blogueurs qui écrivent beaucoup plus que moi. En lisant la prose de certains, je réalise que je ne suis pas du tout si prolifique que je croyais. J’écris en grosses lettres, les lignes sont courtes, alors ça remplit bien le site, mais si je passe en Tahoma 12px comme tout le monde, je vais être tout petit.

Darnziak :

Je ne crois pas aux actes complètement gratuits. À moins d’être un peu illuminé. À moins d’être Bouddha, Jésus, ou Amélie Poulain.

Je la trouve effrayante, cette juxtaposition. Amélie Poulain, nouveau messie ? (Remarquez, pour une fois que le messie serait une femme, c’est déjà ça.) C’est pour ça que c’est un des plus gros (ou le plus gros) succès du cinéma français en 2001 ? Parce que les spectateurs sont mûrs pour recevoir un nouveau messie ? Le messie sera-t-il le personnage d’un film ?

Bon, d’une part, ça n’a rien de si original, cette idée, et, d’autre part, à parler de messie comme si c’était un concept avec lequel je suis familier, je vais finir par paraître religieux. Mais c’était juste pour dire que ça m’a fait bizarre, ce Bouddha, Jésus, ou Amélie Poulain.

Ca manquait de considérations philosophiques, aujourd’hui, alors je fais dans le cliché, pour remplir. J’aurais dû rajouter un tag <chemise couleur=”blanche” option=”entrouverte”> autour de ce texte, il paraîtrait beaucoup plus intéressant, d’un coup.

Super, la nouvelle fonctionnalité AOL : “Vous vous déconnecterez quand on l’aura décidé”.

Je clique tranquillement sur Quitter, puis sur Déconnexion (ça se fait en deux fois, parce que ça donne l’occasion de mettre deux fois plus de pub, ’voyez) et… rien. Au bout d’un moment, un message d’erreur : Délai de réponse du serveur dépassé, ou quelque chose comme ça. AOL, le même provider qui me déconnecte deux fois par jour, a décidé que, cette fois, il ne voulait pas couper. Avouez que ça serait trop simple, trop évident, de simplement déconnecter le modem, quand on veut se déconnecter : non, il faut prévenir le serveur, afficher des pubs, tout ça…

Et encore, j’ai l’abonnement illimité, donc je m’en fiche. Mais imaginez la tête de quelqu’un qui paye son accès à l’heure (sachant qu’il paye la communication plus le privilège d’accéder au “service” AOL), clique sur Déconnexion, et ne peut pas se déconnecter. (Moi, le Ctrl-Alt-Suppr, je connais, mais le client lambda de l’accès AOL à l’heure, ça m’étonnerait qu’il sache faire ça.) Va falloir prévenir la DGCCRF, moi, j’vous dis :o)

Excusez-moi, j’ai un doute : je vous l’ai dit, que je m’ennuie ? Non, parce que, si jamais j’avais oublié, autant le préciser : je m’emmerde, vegra. En plus, quand bien même je voudrais sortir (ce qui serait possible) (mais, en même temps, très hypothétique) (quoique, ne serait-ce que pour acheter des tomates, y’en a plus depuis ce week-end) (c’est dingue comme on peut se remettre facilement à bouffer n’importe quoi), ben je pourrais pas (sortir, disais-je), pour des raisons indépendantes de ma volonté et simplement liées à l’intendance de la maison et au fait que la baignoire fait bassin de décantation, comme deuxième boulot.

Une image pour dire… quoi, que l’animal l’emportera toujours sur la connerie humaine ? Ca serait bien si c’était vrai, mais ça l’est pas. Alors je vais juste citer brunmarde, parce que je trouve cette phrase jolie :

You mess with the bull, you get the horns.

Oui, mais…

Ca fait bizarre, de voir Cyrille Thouvenin en lycéen, après l’avoir vu comme presqu’adulte dans des films très sexués… (sans compter bien sûr la frustration de le voir, pour changer, dans un rôle hétéro, surtout dans une piscine, ou dans une chambre, avec un gros plan sur ses fesses en pleine action, pfuiii, mais, bon, il a bien le droit, c’est pas bon pour la carrière, de se spécialiser, même si, là, c’est du gâchis, zut, je suis beaucoup mieux qu’Emilie Dequenne, moi, d’abord, alors, appelle-moi). Lycéen crédible alors qu’il n’a qu’un an de moins que moi… je suis pas si vieux, finalement ! (C’est beau, la magie d’Hollywood.)

Bon, mais je suis là pour parler d’un film, pas fantasmer sur un acteur. Dommage, ça serait plus intéressant. Remarquez, je finis de taper ça, et je repars sur mon fantasme, tranquille, dans ma chamb… euh… non, n’imaginez pas des trucs, hein.

Bref. J’étais parti pour en dire du bien, du film, mais je ne sais plus trop : quelques scènes niaises, d’autres énervantes, une fin à la fois niaise et un peu énervante, tout ça, ça perturbe le bilan.

Ca démarre bien, avec le narrateur qui expose des concepts basiques de psycho, c’est un sujet qui m’intéresse toujours, et la présentation de la situation et des personnages, certes un peu stéréotypés, mais quand même bien écrits. Emilie Dequenne, évidemment parfaite, et Gérard Jugnot, surprenamment sympathique en psy surdoué, forcément surdoué (pas parce que c’est Jugnot, mais parce que c’est un film). Là où ça se gâte, c’est quand on passe d’un film sur la psychanalyse à un film pour la psychanalyse. Quand on veut faire du prosélytisme, ça peut aider, d’être un peu subtil. Là, le concept de la subtilité, ils l’ont un peu perdu de vue en cours de route.

Le pire, c’est que je suis loin d’être réfractaire à ce sujet : je “crois” à la psychanalyse, comme on dit, de la même façon qu’on peut “croire” au darwinisme. Cette fumisterie, alors qu’on sait bien que l’univers a été créé par Neo. Mais je m’égare. Je voulais donc dire que si, moi, je suis choqué par le côté publi-reportage du scénario, j’imagine à quel point les anti-psy doivent détester. Et qu’ils devraient éviter le film. De toute façon, si vous ne croyez pas à la psy, vous ne croyez pas au Kiri. Non, je vous rassure, ça veut strictement rien dire. Nan nan, y’a même pas de sens caché.

Bon, c’est confus, tout ça, mais je ne trouve pas comment mieux ordonner, parce que le film lui-même est confus : y’a plein de morceaux de trucs intelligents et bien écrits et bien vus, mais y’a aussi des gros machins qui dépassent dans les coins et qui font pas propre. Quoiqu’on s’en fiche, vu qu’il y a Cyrille Thouvenin à poil, quand même. (Notez, il l’était déjà dans La confusion des genres, avec l’avantage qu’il prenait son bain avec Pascal Greggory, pas avec Rosetta. Remarquez, comme c’est une fille, je suis moins jaloux, en même temps. Bon, il me faut un mec. Ouais, je sais, ça s’était vu.) (Je me rends bien compte que parler de “gros machins qui dépassent” et de “Cyrille Thouvenin à poil” à une ligne d’écart peut… donner à penser que… ben… c’est ptet bien un lapsus ?)

Ah, au fait, est-ce que j’ai précisé que c’était écrit et réalisé par un psy ? Non, mais c’est pas la peine, ça se voit.

11 juillet

Bien sûr, ça a déjà été posté partout, mais c’est pas grave, je le mets aussi : une bataille navale en Flash, bien faite :o) Bien sûr, jouer à la bataille navale contre une intelligence artificielle, ça a un potentiel d’amusement assez faible, sur le long terme. Mais c’est toujours marrant de faire deux ou trois parties en passant.

Many critics are convinced that copy-protection technologies are doomed to failure. No system is perfectly secure, and anything that works too well is bound to annoy consumers. Veterans of the consumer industry recall the late 1980s, when many software manufacturers abandoned various copy-protection schemes as bad for business. That cycle, they argue, is set to repeat itself.

Voilà. La question importante, c’est de savoir combien de temps ça va leur prendre, de se rendre compte que les CD inviolables ne sont en définitive pas bons pour le business.

En attendant, on va avoir partout des technologies Intel et Microsoft de protection de copyright, et votre baladeur MP3 voudra se connecter à Internet régulièrement pour vérifier que vous avez le droit de lui faire jouer votre musique.

Entre ça et le retour des discussions sur les taxes SACEM sur les disques durs (eh ouais, on n’y a peut-être échappé que temporairement), ça donne envie de bloquer le monde en 2000. Sauf que c’est trop tard. Et que, si j’avais à choisir, je le bloquerais en 1999, quand j’avais une vie sexuelle.

Non mais là, ça se voit grave trop, que je ne pense qu’à ça :)

Au passage : je n’en veux pas à Zazie d’avoir pris la parole, une fois, dans une cérémonie, contre les MP3 et Napster, c’est parce qu’elle était mal informée. Mais tout artiste qui oserait prendre position pour la taxe sur les disques durs devrait affronter les conséquences de ses actes et accepter l’idée de ne plus jamais me vendre de disque. (Je sais, je suis pauvre, j’ai pas acheté de disque depuis des années, mais faut pas le dire.) (Et, non, j’ai pas fait du Napster pour remplacer : j’écoute majoritairement des mp3 de CD que j’ai achetés y’a des années.)

Ca n’aura pas duré longtemps : alors que la semaine dernière le Nouvel Ordre Moral façon PS préconisait la pénalisation de la prostitution (via les clients des prostituées, parce que, bien sûr, donner des amendes directement aux prostituées, ça serait du proxénétisme, même si le résultat final est le même, mais on s’en fiche, du résultat, c’est pas ce qui intéresse, en politique, si ?).

Et, donc, la semaine dernière, une vague lueur d’espoir venait de Françoise de Panafieu qui, face à la Ségolène-Royalisation de la Mairie de Paris, avait le courage de se prononcer en faveur des maisons closes. Histoire d’empêcher la prositution forcée ou des mineur(e)s, et ça permet même de faire de la prévention des MST.

Mais c’était la semaine dernière.

Depuis, il semblerait que les électeurs et/ou les chefs de la si sympathique et moderne et médiatique Panaf’ se soient manifestés. Du coup, elle est perdue, et dit dans la même interview tout et son contraire.

Dans certains pays, en Allemagne et en Hollande, on différencie la prostitution forcée de la prostitution dite “volontaire”

Et c’est vrai qu’on se demande comment nos instances gouvernantes ont pu oser autoriser, pendant toutes ces années, la prostitution forcée ! Tiens, mais, j’y pense, on devrait peut-être aussi abolir l’esclavage, comme les Etats-Unis, non ?

En France, nous avons beaucoup de mal à considérer que les prostitution puisse constituer un choix. On estime qu’à un moment de sa vie, la femme a été forcée d’une manière ou d’une autre. […] Ma position est claire : il faut interdire la prostitution.

Là, j’ai juste un poil de mal à comprendre la logique. La seule façon dont j’arrive à interpréter ça, c’est : “A l’étranger, on comprend bien que la prostitution peut être un choix ; mes électeurs, eux, n’y arrivent pas, alors je veux qu’on interdise la prostitution, c’est pas joli sur les cartes postales, et d’ailleurs ce n’est pas du tout ce que les touristes viennent voir à Pigalle.”

Si quelqu’un peut me trouver une interprétation qui ne fait pas de Panafieu une lâche, et qui rend tout son discours cohérent, je suis preneur.

Je parle de courage au sujet d’un discours en faveur des maisons closes, et je réalise seulement quelques heures après, en allant me coucher, pourquoi ça m’a valu un spèce de facho, va :) (amical, quand même, il me connaît) sur ICQ.

Alors on va préciser un peu ma pensée : quand je pense maison close, je pense Amsterdam, vitrines (je devrais pas parler de vitrine, les Chiennes de Garde ont une histoire avec les filles dans les vitrines) et prostitution visible et assumée. Ce qui, en même temps, est le contraire de l’expression “maison close”, mais j’ai le défaut (ou non, je sais pas) de ne pas faire attention aux mots mais surtout à leur sens (au cas où vous n’auriez pas remarqué que je ne faisais pas souvent de jeux de mots).

Donc, si jamais, en prônant la réouverture des maisons closes, Panafieu pensait bicoques pourries, dans un coin reculé, pour entreposer les prostituées derrière des portes à double-métallage pour qu’on ne les voie plus, ça ne correspond plus trop à une position dont je dirais du bien. Evidemment.

En fait, ça ne m’était même pas venu à l’esprit, parce que ce n’est pas comme ça que j’avais compris ce qu’elle disait, parce que ça ne correspond pas à l’image que j’ai d’elle, et parce que je suis un petit garçon naïf et idéaliste (et qui parle de prostitution pendant des pages sur son blog, go figure). Je me faisais peut-être des idées sur elle, ou pas, mais toujours est-il que ça explique, peut-être, des choses que d’aucuns n’auraient pas comprises dans mon texte.

Ceci dit, sur le mot “courage”, je maintiens que ça devait en être, puisqu’il l’a quittée après coup et qu’elle est revenue sur ses dires. Comme quoi, les électeurs de droite, ça ne leur suffirait même pas, qu’on enlève les prostituées des trottoirs, faudrait qu’on les lobotomise et qu’on les reformate, en plus.

Un post sans intérêt, suivi d’un deuxième aussi long pour corriger un truc de vocabulaire pas clair qui fait que mon post d’origine avait encore moins d’intérêt… c’est bien la preuve que c’est pas une bonne idée, de parler de choses sérieuses ici.

Alors, parlons plutôt de Kitkat Chunky et des fesses de Cyrille Thouvenin. Sachant que j’écris ça à 4h du mat (ce qui excuse) mais que vous allez lire ça dans la journée, est-ce que je détaille les associations d’idées que m’évoque la phrase précédente, ou pas ? Non, plutôt non, je pense.

La fin d’une époque, ce n’était pas le déboulonnage de Lescure, c’est maintenant : TF1 et M6 qui voudraient mettre les mains, ensemble, sur le Groupe Canal. Dans un sens, c’est bien, je vais faire des économies : un abonnement de moins, c’est toujours ça de gagné.

J’aurais jamais cru ça possible. Je suis allé faire des courses aujourd’hui, et je m’aperçois que le goût des tomates m’avait manqué, cette semaine. Les tomates. Moi qui, il y a un an, ne jurais que par le Nutella et les Mikado. Comme quoi, la rééducation alimentaire, c’est un concept qui fonctionne vraiment. Incroyab’.

Bon, que ce soit clair : je ne regarde pas Opération séduction, parce que c’est stupide, débile, glauque et nul. Mais, tout de même, argggg, y’en a certains, ouin, j’en veux des pareil. Ou même un seul, ça me suffirait. Sans le winning smile d’abruti, mais avec les pecs, les abdos, le caleçon de bain, et le piercing au nombril.

Euh, de préférence, pas hétéro, par contre. Et s’il pouvait ne pas être assez con pour participer à une émission de ce genre, ça serait bien, aussi.

Surtout, si j’en avais un à moi, ça m’éviterait de rester scotché sur M6, devant une émission que, comme je disais, je ne suis pas en train de regarder.

12 juillet

Bon, puisque vous avez insisté, je vous expose la situation. Tout à l’heure, il y avait une guêpe dans ma chambre. Elle a fait plusieurs fois le tour de ma chambre en criant, puis elle a disparu. Maintenant, il y a dans un coin (vers la vaisselle propre, je crois) (oui, j’ai de la vaisselle dans ma chambre ; si y’avait que ça…) un “bzzzzt” toutes les heures, qui laisserait supposer qu’elle est coincée quelque part.

Et c’est là que c’est compliqué : soit je retourne tout ce qu’il y a dans ce coin-là jusqu’à ce qu’elle me saute à la gueule et m’agresse, soit elle va bzzter toute la nuit et m’empêcher de dormir.

Ca met combien de temps à mourir, une guêpe enfermée ?

Le chat dort sur mon lit. J’ai une envie folle d’aller l’embêter, le grattouiller de partout, pour m’occuper, parce qu’il paraît qu’un chat ça déstresse. Mais, ce con, il aime pas ça. On doit avoir la seule chatte du monde qui n’aime pas les caresses (quoique, les chats sont globalement tellement caractériels qu’elle n’est sûrement pas la seule, mais bon). Tout ça parce que Madame est un enfant abandonné et maltraité (on l’a récupérée toute toute petite sur le couvercle d’une poubelle…). Ben c’est pas une raison ! En tant qu’animal de compagnie, elle devrait honorer ses obligations contractuelles implicites de fourniture de chaleur humaine animale !

Vous croyez que je peux l’attaquer en justice ?

Et voilà ! Je ne sais pas combien de temps ça va tenir, mais j’ai piqué l’idée d’A.&nbsp;L. (le &nbsp; c’est exprès ;-)) et installé une screen cam, parce que j’adore le concept, même si ça risque de ne pas durer longtemps avant de disparaître parce que c’est trop personnel — et piégeux.

Si j’oublie de la désactiver alors que je suis sous Netmeeting, merci de me prévenir par tous les moyens disponibles d’urgence, parce que, bon, de toute façon, je ne fais pas de Netmeeting, et puis, même si j’en faisais, je n’y ferais rien de spécial. Mais quand même.

D’autre part, j’ai modifié la fonction qui ouvre les popups de commentaires, ce qui devrait corriger le bug signalé par Gabu, où il arrivait que la popup s’ouvre mais que les commentaires ne soient pas dedans. Alors, si ça se met à bugger chez vous, prévenez-moi :o)

Quel âge j’ai ?

Je sais, la réponse est un peu partout sur le site, mais, à force d’être surpris en voyant les âges des blogueurs que je lis (en général, la surprise est toujours dans le même sens : “il est si jeune et il écrit comme ça ?” — preuve que je suis définitivement passé dans le camp des vieux cons), je me demande ce que vous en pensez.

Alors, si vous ne savez pas quel âge j’ai, vous me donneriez quel âge ? Et, avant de savoir quel âge j’ai, vous m’auriez donné quel âge ?

(Je sens que, quelles que soient les réponses, je vais trouver le moyen d’être vexé, mais c’est pas grave.)

Ce qui est marrant, avec la screen cam, c’est que je n’arrête pas d’avoir à l’esprit que vous me regardez. Et ça ne se manifeste pas quand j’écris un mail, vu que la cam est prévue exprès pour que vous ne puissiez rien lire (tant et si bien que vous n’arriverez même pas à voir que j’écris un mail — il n’est pas impossible que j’agrandisse un peu l’image, un de ces jours). Mais, non, quand je mange, par exemple : à chaque fois, j’ai un petit réflexe “oups, je suis filmé, faut que je détourne la cam” avant de réaliser que vous ne risquez pas de me voir.

Et pourtant, je n’ai jamais eu très longtemps de webcam sur mon site. Mais ça doit être l’habitude de Netmeeting. (Je vous ai dit que je ne faisais pas de Netmeeting, pourquoi vous remettez ça sur le tapis ?!)

Ack ! Y’a un bug dans la screencam. Toutes les fenêtres semi-transparentes ne s’affichent pas (c’est pour ça, notamment, que vous ne voyez pas ma barre de tâches). Et, d’ailleurs, mon autre programme de screenshots a le même bug. Alors qu’avec un PrtScr, le problème ne se pose pas…

Vala, j’ai trouvé la cause du bug, et envoyé un mail au développeur. J’espère qu’il n’est pas parti en vacances pour six mois :o)

Cadeau pour Gabu : la screencam a doublé de volume. (Au passage, le développeur du programme est sympa, il a bien aimé mon mail, et il m’a promis une nouvelle version, corrigeant le bug des fenêtres transparentes, pour ce weekend.)

Je me demande si je ne vais pas proposer un choix entre deux tailles, pour la popup, parce que, là, je trouve que ça fait un peu grand, quand même.

C’est marrant. Temporairement, histoire de voir ce que vous voyez, pour juger si je peux laisser cette fonctionnalité ou non, je garde la fenêtre de la screencam ouverte dans un coin.

Du coup, j’ai dans la screencam la page web que j’avais vue il y a cinq minutes. Et, comme la screencam apparaît dans la screencam, je vois dedans la page que j’ai vue il y a dix minutes (mais en encore plus tout petit, forcément).

Ca va faire un larsen vidéo dans mon cerveau, je ne vais plus me souvenir où je suis, je vais exploser, il y aura du sang sur mon écran, et ça ne se verra même pas à la screencam.

13 juillet

J’ai l’impression d’être entouré de fantômes. Dans un coin de l’écran, j’ai ma screencam, qui reprend le contenu de l’écran. Sauf que, sur mon écran, il y a deux fois plus de fenêtres : la taskbar, Trillian, Ghrone, etc. qui, comme elles sont semi-transparentes, ne “passent” pas à la capture. Comme si j’avais un petit miroir dans un coin de ma chambre, et que je m’apercevais que les gens autour de moi sont des vampires.

I see dead windows.

Ce à quoi s’ajoute cette impression persistante que je suis épié, qu’il ne faut pas que je fasse de grimaces, ou que je me cure le nez, ou que je mange salement, ou que je fasse un strip-tease tout seul devant mon écran.

C’est quand même lassant, ce concept de devoir faire la vaisselle. Je vais me mettre aux Bolino et acheter un stock de cuillères en plastique, ça sera plus simple.

Angel - Billy

Euh, c’était quoi, ce truc ? Ils font plus subtil, d’habitude. Parce que, là, moins subtil, ça me paraît difficile, à moins d’engager les scénaristes d’AB Productions. Alors, le machisme, c’est mal. Pour bien le montrer, on va faire faire les gros yeux à Wesley et le faire poursuivre Fred avec une hache. Je suis le seul à trouver ça glauque ? Je veux dire, pas juste glauque vis-à-vis du personnage (qui, s’il a vraiment tout ça au fond de lui, va avoir du mal à regagner notre sympathie, non ?) mais glauque dans le sens qu’on n’a pas envie de voir ça dans une série, surtout pas dans une série d’aventures qui est censée faire passer les messages en sous-entendus, pas de cette façon.

Ils ont compris comment faire apprécier La vie devant nous, la nouvelle série djeunez de TF1 : un garçon nu par épisode. Bon, ben, maintenant, vous commencez à me connaître, je ne suis pas le dernier à me laisser acheter.

En l’occurrence, l’écriture est supportable, les acteurs sont bons, et la réalisation est plein de décors et d’extérieurs et de trucs qui coûtent du fric. Comme quoi, quand on veut faire autre chose que du AB, on peut, eh ouais, même en France.

Maintenant, il manque juste des histoires intéressantes, et de l’humour drôle. Mais faut pas trop demander d’un coup (surtout à TF1, hein, aussi). Y’a de l’espoir, peut-être que dans cinq ans Canal+ nous aura produit une série comique qui fait vraiment rire. (Les Robins, ça les intéresserait pas, d’essayer, un coup ?)

14 juillet

Je l’avais noté sur mon agenda, mais je ne pensais pas que ça me ferait à ce point plaisir d revoir Buffy… surtout une saison vu et revue. Mais il faut croire qu’il y avait en ce moment pénurie de séries intelligentes et bien écrites. L’univers, les personnages, tout ça n’a pas pris une rid… euh… oui, c’est normal, ils ont deux ans et demi de moins. C’est surtout le génie de Whedon qui n’a pas pris une ride.

Bon, sinon, désolé pour le peu de posts dans la journée d’aujourd’hui, je l’ai passée à remanier mon site intranet, qui commençait à me faire vraiment pitié. Là, c’est mieux. Ceux qui étaient attentifs sur la screencam (je ne suis pas sûr que qui que ce soit regarde, à part Gabu, et j’ai eu comme l’impression que Gabu n’était pas d’humeur à espionner ma screencam aujourd’hui) auront vu à quoi il ressemble.

Je crois bien que je préférais l’époque où je me rongeais les ongles.

Un beau jour, je me suis aperçu qu’autour des ongles il y avait de la peau, qu’on pouvait en manger une certaine quantité avant que ça se mette à saigner, et que ça avait sacrément meilleur goût que les rognures d’ongles.

Du coup, j’ai plus ou moins abandonné les ongles (sauf quand ils dépassent, bien sûr, quoiqu’utiliser un coupe-ongles m’amuse trop pour les gâcher) et tout le tour de mes doigts est bouffé. L’inconvénient, c’est que l’ongle repousse toujours de la même façon, et au bout d’un mois sans se ronger les ongles on a des ongles normaux. Alors que, pour la peau, c’est plus compliqué. Il faudrait qu’un théoricien de la peau donne son avis, mais j’ai l’impression qu’elle garde une mémoire d’une certaine façon, et que, pour que mes doigts se régénèrent complètement, il faudrait attendre tellement longtemps que je serais obèse (ben ouais, c’est la peau ou les Régalad).

Bref, je ne serai jamais mannequin-main, et, quand je serai une superstar adulée, je serai obligé d’engager une doublure-doigts pour les gros plans. Ce qui est d’autant plus dommage que j’ai de jolies mains. Non, sérieux. J’ai quand même bien le droit de dire du bien de mes mains, non ?

Tiens, j’ai envie de piquer l’idée, vue ici ou ailleurs, de rajouter dans chaque post le mp3 que j’écoute, l’humeur en toutes lettres, ce qu’il y a à la télé, ou n’importe quoi. Pour situer. Je ne saurais pas dire l’intérêt que ça a, mais ça en a quand même (ça n’a pas moins d’intérêt que tout le reste, quoi).

Là, par exemple, je vous dirais que j’écoute “Track 6”. Comme quoi, faudrait que je mette des tags ID3 sur mes mp3, tiens. Bref, je ne sais pas le titre, mais c’est une chanson du dernier album de Lara Fabian que j’aime beaucoup, mais dont je ne pourrai pas dire du bien, puisque j’ai la flemme de chercher le titre.

(Du coup, je ne sais pas si c’est une si bonne idée d’ajouter ça à mon blog, si c’est pour que je dise à chaque fois que je ne connais pas le titre.)

Heh. Heh. Heh. Je réalise que le premier qui sera capable de dire quelle est la track 6 du dernier album de Lara se grillera pour l’éternité en montrant qu’il l’a.

Si ça peut le consoler (et faire rire les autres), moi, j’ai le précédent, et un ou deux autres aussi. Et ceux que ça fait rire, m’en fiche, c’est qu’ils n’ont jamais vraiment écouté, et/ou qu’ils ne sont pas ouverts d’esprit, donc qu’ils ne me méritent pas :)

Hop. Grâce à votre serviteur (ça veut dire moi) (mais ce n’est qu’une expression, parce que le jour où me verra servir quelqu’un, je serai mort, et ce ne sera pas quelqu’un, mais le Diable), SCWebcam a été mis à jour : le bug qui ignorait les fenêtres transparentes a été corrigé (enfin, quand je dis bug, c’est plutôt un bug de l’implémentation Microsoft, hein, faut croire que quand ils ont créé les layered windows ils n’ont pas pensé qu’on s’en servirait un jour), et il y a en prime la possibilité de mettre sur l’image le titre de la fenêtre active. Histoire que tu (pas comme dans “toi, Lecteur” mais plutôt “toi, Gabu”, faut être lucide) puisses m’espionner encore mieux :o)

Puisque C. n’a pas de weblog (oh, ça viendra, je suis très contagieux dans ce domaine), c’est à moi que revient l’honneur de vous parler de plusieurs sites dont il m’a envoyé les adresses. Des sites d’illustrateurs, du genre qui me fait déprimer parce que je voudrais savoir dessiner et faire un webcomic et devenir riche. (J’ai déjà dit une fois que j’avais deux idées de webcomics en stock, mais à l’époque j’avais moins de lecteurs, alors je recommence, on sait jamais.)

Donc, si vous avez envie de voir de jolies images (mais un peu spéciales pour certaines) pour meubler votre dimanche soir, vous avez un dessinateur de BD très technique, trop même pour moi (ça devient trop parfait, ça perd en charme, je trouve) ; un illustrateur au style variable mais toujours assez impressionnant (dommage que le site soit certes joli mais pas très ergonomique) ; et un autre, donc je n’aime pas tellement les croquis, mais les illustrations sont superbes (genre, ça, c’est classe).

J’ai gardé le meilleur pour la fin avec wopah. Passez outre la page d’accueil un peu, euh, spéciale : l’interface est sobre mais géniale, les illustrations sont superbes (et le style est personnel), et il y a aussi notamment des petites animations Flash, dont une ou deux à pleurer (à pleurer, parce que, moi aussi, des fois, je faisait du Flash et, euh, ben, c’était pas franchement comparable). Ah, j’ai faillu oublier aussi : une idée géniale, que je pourrais piquer si j’avais un scanner en état de marche.

Bouh. Je hais les gens qui ont du talent.

C’est vraiment génial, la screencam : je peux suivre en direct la visite de Gabuzomeuh sur les sites dont je viens de poster les liens :)

D’une certaine façon, c’est le complément idéal du blog. (Par exemple, là, je sais que ces liens n’ont pas passionné Gabu, et qu’elle préfère aller regarder le site web des fans de Methos.)

Au passage, c’est marrant : je suis le seul à surveiller ma propre screencam pour vérifier régulièrement qu’il n’y a rien de compromettant, qu’on ne peut pas tout lire, pour ne pas l’oublier et m’habituer à être épié ? Je suis le seul à envisager le concept que je risque à un moment de faire quelque chose qui ne devrait pas être sur la screencam ?

Tiens, dans la lignée de SCWebcam, une fonctionnalité que j’ai oublié de demander à son développeur, parce que je n’utilise jamais Winamp sur cette machine-ci (et puis parce que je voulais demander en priorité les fonctionnalités qui m’intéressaient, moi) : un plug-in Winamp qui publie sur votre blog la liste des derniers morceaux que vous avez écoutés. C’est tellement évident que ça devait forcément exister.

Et me voilà en train de déprimer en voyant, et entendant, un bout de feu d’artifice, dans un coin de ma fenêtre, à moitié caché par un morceau de bâtiment. Pas sorti pour le voir, parce qu’aller voir un feu d’artifice tout seul, ça craint. Un feu d’artifice, c’est typiquement le truc qu’on regarde avec quelqu’un dans les bras, ou vice versa. Notez que, dans mon cas, c’est plus compliqué, à moins de regarder le feu d’artifice depuis une terrasse du Marais, mais c’est pour le principe, c’est l’image que j’ai du feu d’artifice. Ouin.

15 juillet

Voilà. C’est en cours. Les humeurs, tout ça, qui ne s’afficheront pour l’instant que sous Mozilla (on se demande pourquoi je m’embête à les mettre pour qu’elles ne s’affichent pas, d’ailleurs).

Et hop. Puisque Kobal2 s’y était mis avant que j’aie eu le temps de coder la partie correspondante du blog (mais après que je l’aie annoncé) (et je me ferai jamais à l’idée de mettre l’indicatif après “après que”, ils n’ont qu’à changer la règle) (d’ailleurs, je me demande si je n’avais pas entendu quelque part qu’elle était changée ?), puisque, donc, du coup, je l’ai faite ce soir.

Sous Mozilla (vive Mozilla), il faut passer le curseur sur les textes pour que le bloc “humeurs” apparaisse. Sous Explorer 6, ils apparaissent tout le temps. Sous Opera, ils n’apparaissent pas du tout. Ahem. Je laisse quand même comme ça, parce que je préfère encore ce fonctionnement bizarre plutôt que de le refaire en Javascript.

De toute façon, le bloc d’infos apparaîtra de façon permanente et sur tous les browsers quand vous afficherez l’article en entier, via son permalink. De toute façon (bis), c’est pas comme si le contenu était important. C’est juste histoire de.

Bon, allez, je suis sympa, j’ai même rajouté un coup de browser sniffing pour que ça se comporte sous Opera comme sous Explorer.

Par contre, si je prends l’habitude de remplir ce cadre, ça va prendre de la place et diluer les textes, sous ces deux browsers. Donc je vous encourage vraiment à passer à Mozilla, vous verrez, c’est mieux, vous respirerez plus profondément, vos cors aux pieds disparaîtront, et les gens dans la rue vous donneront des Kitkat Chunky (si vous aimez ça) ou des screencams (si vous n’aimez pas les Kitkat).

Il n’est pas impossible que je rajoute, ultérieurement, une option permettant de ne pas les afficher dans le blog, pour ceux qui n’ont pas Mozilla. On verra. Cette fois-ci, il est vraiment temps de dormir, j’aime pas bien me lever après midi.

Le blog contre Alzheimer — bon, c’est pas la guérison, mais ça ralentit un peu le processus de dégénérescence, et ça permet en tout état de cause de garder des traces de ce qu’on a fait la veille ou trois mois plus tôt (enfin, moi, ce que j’ai fait trois mois plus tôt, je ne m’en souviens pas non plus, mais c’est parce que je n’ai rien fait).

E.T. était le Messie, et personne ne s’en est aperçu…

The Cell

C’est joli. Ah, oui, joli. Oh, la belle bleue ! Oh, le beau désert ! Oh, la belle cape ! C’est pas un film (d’ailleurs, y’a pas de scénario, ça tombe bien), c’est une démonstration pour Imagina avec des effets de la mort et des matte-paintings numériques de partout. Et puis des décors, aussi. Et des costumes. Parce qu’on ne peut pas mettre que du numérique partout.

C’est donc comme ça, l’intérieur d’un serial killer ? Parce que s’il suffit d’être tueur pour rêver comme ça, pour avoir de belles images dans la tête, et être tout-puissant, je signe tout de suite !

Ceci dit, bien que le scénario ne soit pas la principale qualité (ni une qualité secondaire, même que ça serait plutôt un défaut — notez, c’est pas particulièrement mauvais, c’est juste tellement léger par rapport au soin apporté à la réalisation, c’est dommage), ils ont tout de même réussi à fournir une explication valable à quelque chose que Matrix (premier volet, en tout cas, parce que je ne désespère pas que ce soit corrigé dans la suite) a raté : Si son esprit se met à croire que ce qu’elle voit est réel, alors son corps croira que c’est réel : si vous rêvez que vous mourez, vous mourez en vrai. Ben voilà, suffisait de dire ça, c’est de la somatisation, pour que ça n’arrive pas, il suffit de ne pas croire que c’est la réalité.

A part ça, c’est trop mignon, un chien albinos. J’en veux bien un. Ca, ou une machine à rêves. Si on peut habiter à l’intérieur, j’achète.

Nouveau ! Nuevo ! New !

Vous pouvez maintenant surveiller ce que je regarde à la télé. Je me suis dit que ça serait une bonne façon de recycler ma vieille webcam, qui ne servait plus. L’image est pourrie, et apparemment il n’y a pas moyen de faire mieux, mais ça permet de voir vaguement. Ou pas. Enfin, bref, ça fait du contenu pour quand je ne blogge pas.

Attention : la télé est souvent allumée, avec le son coupé, quand je ne regarde pas. Et, ça, vous ne le verrez pas sur la tv-cam. Donc, si vous voyez une image là, ça ne veut pas forcément dire que je suis en train de regarder assidûment.

(Je dis ça pour les fois où la télé reste sur TF1 par oubli. Enfin, maintenant qu’ils ont déprogrammé Dingue de toi, ça devrait être rare.)

16 juillet

Nouveau : les chibi-cars. On dirait des jouets, là, et, d’une certaine façon, c’en est. Mais ça coûte quand même 10 000 € et ça a une autonomie de 80 km (d’après la news sur yahoo, parce que je ne parle pas japonais, encore moins quand les caractères sont remplacés par des points d’interrogation — enfin, moins que pas du tout, ça fait encore pas du tout).

A vue de nez il y a tout ce qu’il faut pour que ça puisse passer les Mines en France, donc à quand ces petits trucs dans les rues de Paris ? Ca serait quand même plus classe que les voiturettes sans permis (ça existe encore, ces bouses ?) ou même que les Smart (mais, avec une seule place, pas pratique pour draguer) (enfin, si la Smart permet de draguer, c’est qu’on a basculé dans la quatrième dimension).

Ah, ouais. La tv-cam, c’était une bonne idée, mais c’est encore plus inutilisable de jour que de nuit. Si quelqu’un a une suggestion pour que ça puisse donner quelque chose, je suis preneur :)

Si quelqu’un a une carte de capture dont il ne se sert pas, je suis preneur aussi, d’ailleurs :)

Il y a quelque temps, j’écrivais qu’avec ce blog j’étais retombé dans mes travers d’IRC-maniac. Evidemment, l’utilisation des commentaires sur le blog, ou la présence d’une screencam et d’une tvcam, ça pourrait sembler aller dans ce sens.

Mais, en fait, c’est quand même bien différent : pour “être” sur IRC, il faut y être vraiment. Alors qu’ici je poste une demi-douzaine d’articles par jour, je laisse tourner deux programmes qui ne me mobilisent pas personnellement, et, voilà, il y a du contenu, les visiteurs ont quelque chose à lire 24h/24, il y a en permanence des choses qui bougent, bref, j’existe à plein temps tout en n’y consacrant qu’une à deux heures par jour.

C’est magique.

En fait, le blog est à l’IRC ce que le mail est à ICQ.

Pfff, Linux, toujours aussi simple à utiliser. Gagné par l’ennui et désespéré par le doublage de Duos d’un jour, je me décide finalement à rajouter à mon site web local une interface de contrôle de xmms (pour info, c’est le Winamp de Linux). Rien de plus simple, Google me dit que ça existe déjà, ça ne devrait pas poser de problème. Sauf que, de librairie nécessaire en fichiers source à installer, eh bien… ça compile pas, ch’comprends rien, ça m’énerve.

17 juillet

Finalement, il aura suffi de commenter une ligne dans le source pour que ça marche (visiblement, la version de xmms qui est dans les packages Debian est plus vieille que ce qu’attend xmms-shell). Et, maintenant, j’ai donc une belle interface web pour changer de playlist (d’autant plus intéressant que ma souris est en panne depuis que j’ai tout déménagé dans ma chambre) et pour voir le titre de la chanson qui passe sans avoir besoin de lever les yeux de cet écran. Je n’ai plus qu’à coder une interface web à mon lit. Et au Mr. Légumes de Monoprix.

Si vous voyagez (c’est de saison) en groupe, vous avez intérêt à être discrets et faire comme si vous ne vous connaissiez pas. Enfin, surtout si vous voyagez aux Etats-Unis, s’entend, parce qu’en France on ne devrait pas en être à ce niveau de psychose.

L’histoire ne précise pas si les voyageurs “suspects” avaient la peau mate ou non. Je suppose que, si c’était le cas, ce serait marqué. Au moins, c’est plus équitable et puis, on ne sait jamais, Al-Qaeda pourrait recruter des suédois.

Bien sûr, ça ne va pas aller en s’arrangeant si la news selon laquelle Bush veut recruter 1 américain sur 24 comme informateur n’est pas un hoax. Une chance que je ne sois plus amoureux des USA depuis quelques années déjà, ça m’évite la déception brutale.

P.S. Ceci dit, considérant que les voyageurs louches semblaient constituer une troupe de comédiens, je les soupçonne un peu d’avoir fait exprès d’adopter un comportement suspect pour voir la réaction des passagers.

Dans le genre, c’est pas mal non plus : les pop-up ads à la télé. Pas juste sur les talk-shows (ils peuvent mettre ce qu’ils veulent en surimpression sur C’est mon choix, je m’en tape), mais sur des films ! Vous aussi, vous attendez un bébé ? Appelez les services financiers American Express !

Au passage, l’article liste aussi un certain nombre d’instances de ce qu’on appellerait, en France, de la publicité clandestine. Histoire de dire qu’il n’y a pas que les compagnies aériennes américaines, qu’il faut éviter, mais aussi leurs chaînes de télé. Enfin, y’a pas que ça, non plus, hein, y’a un peu tout ce qu’ils ont, globalement, dans leur mode de vie. Et qu’on copie.

I’m worried that there could be a point where the public becomes very unhappy with all these commercial messages everywhere.

Nahh, pensez-vous.

18 juillet

New in MacOS X.2, dans l’ordre présenté sur le site (et quand on voit par quoi ça commence, on se dit que les webmasters ont fumé) (enfin, fumé de la mauvaise, parce que dans l’absolu je ne doute pas que les webmasters d’apple.com fument) : un client AIM absolument atroce (il me semblait qu’il avait déjà été présenté, c’était juste une preview ?) (et puis… la priorité, c’est là comptabilité AIM ?!) ; l’ajout de filtres anti-spam au mailreader le plus joli et le plus simple du monde (sérieux, s’ils pouvaient faire un truc aussi dépouillé et évident pour PC…) ; la confirmation que les interface designers d’Apple ont pété un câble et ne se rendent pas compte qu’ils cassent toute l’intégrité visuelle du système en multipliant sans raison les applications au look brushed steel (je ne sais plus comment ça s’appelle en Apple-speak, ce look, il me semble que ça a un nom — ce que je sais, c’est que chez moi ça s’appelle de la bêtise) ; l’exploitation de l’accélération matérielle pour l’affichage (c’est pas trop tôt — et je ne dis pas ça pour moi, vu que je ne suis pas concerné, mais ça devenait quand même un tantinet ridicule) ; un mode reconnaissance d’écriture qui devrait faire pâlir les responsables du ratage de Windows dans ce domaine (souvenez-vous… c’était il y a longtemps, et ça ne fonctionnait pas du tout — on va voir si ça marche mieux sous Mira, d’ailleurs) ; et, surtout, il ne faut pas oublier, une ridicule texture “peau de zo…” euh, non, “peau de jaguar” pour le packaging et l’habillage du site. Help. Remarquez, pourquoi s’étonner, quand on considère que ça vient de la société qui a inventé les iMac à déco florale ?

A part ça, je n’ai pas envie d’un iPod, même pour PC. Et le concept de rendre les ex-iTools payants (alors que l’adresse e-mail en @mac.com était censée être gratuite à vie — ils ne sont sûrement pas les premiers à revenir sur cette promesse, même si ça fait mauvais genre dans le cas d’un email qui fait de la pub permanente à la marque et est réservée à ceux qui ont déjà déboursé une fortune pour avoir un de leurs ordinateurs) cause déjà des remous compréhensibles.

Moi, j’attends toujours que Steve Jobs annonce l’iMac à 10 €, pour pouvor m’en acheter un. Ou qu’Apple France m’offre un iBook en échange d’une pub permanente sur le site. Ou que quelqu’un remarque l’iMac sur ma wish-list et me l’offre. (Notez que je serais bien embêté, si on m’offrait un iMac, vu que ça coûte cher et tout mais que c’est bien la dernière de mes priorités, dans la liste en question.) (Non, je rectifie, la vraie dernière des priorités, c’est le Necoro.) (Ou plutôt, non, le Necoro, c’est une non-priorité, alors que l’iMac est la dernière des priorités. Voilà. Là, c’est plus précis. J’aime être précis. En fait, la plupart du temps, je m’en tape, mais des fois je me lance dans un délire de psycho-rigide à chercher le mot juste pendant au moins, pfou, deux minutes.)

P.S. Apple semble avoir fini par abandonner le Garamond Condensed au profit d’un truc passe-partout… Dommage, j’espère que ce n’est qu’une passade : réussir à associer aussi fortement son image à une typo précise — et une typo simple, en plus — est un privilège rare, qu’il est dommage de gâcher.

P.S. Ouais, je suis d’accord, tout ça serait beaucoup plus lisible si je mettais un <ul> autour. Mais j’ai la flemme de modifier la feuille de styles pour que ça ne rajoute pas des tonnes de marges partout.

P.S. Votez P.S. ! (Trop tard !)

P.S. En voilà, un post bien long sur un sujet qui ne me concerne pas du tout… Tout ça parce que je rêve d’avoir un desktop complètement OS X.

P.S. Dans mon jeune temps (© Lynda Lemay, il me semble) (c’est bon, Lynda Lemay, mangez-en), j’écrivais des “P.P.P.P.S”, mais j’ai réalisé hier (ouais, il n’est jamais trop tard pour réfléchir à des conneries, ça occupe la tête) que la logique était plutôt de mettre des “P.S.” successifs : ce qu’on écrit après un post-scriptum, c’est encore un post-scriptum, par définition. Pas un post-post-scriptum, vu qu’on ne dit pas qu’on écrit après après. Psycho-rigide, vous disiez ? Non, c’est moi qui le disais, alors shut up.

No, you shut up!

Make me!

Et, quand je vois que j’en suis à mon 720-ième post, et qu’il y a eu 1037 commentaires depuis le lancement (relativement récent) des commentaires, ça me tue. Bam. (© Gabu.) Faut croire que ce n’est pas si faux, que je suis productif. Quand je veux. Et qu’il n’y a pas d’enjeu et surtout, surtout, que ça ne me rapporte rien de matériel. Trop d’la balle, de bosser pour la gloire. (Je crois bien que j’ai piqué cette expression, que j’écris pour la première fois de ma vie, à un autre blogueur — sauras-tu le retrouver ?)

Ca m’a fait du bien, de reposter du n’importe quoi, comme dans le temps, quand j’étais insouciant, il y a une semaine. J’me sens plus léger.

Je me souviens qu’à une époque (quand j’étais jeune, les années 1940-2000, vous voyez ?) on voyait souvent dans les films les roues des voitures tourner à l’envers. (Rapport au… rapport, justement, entre la vitesse de rotation de la roue et les 24 Hz de la caméra, qui fait que selon ce… rapport, donc, on voyait les roues tourner lentement dans le bon ou le mauvais sens.) Or je n’ai pas remarqué cet effet depuis très longtemps. Qu’est-ce qui a changé, dans la façon de filmer, pour que ça ne se produise plus ?

J’imagine que ça veut dire que l’obturateur est réglé sur une ouverture plus longue (donc les roues sont prises dans le flou du mouvement), mais ça va à l’encontre du progrès technique, qui voudrait que les optiques soient plus lumineuses, et les pellicules plus rapides, comme on dit en anglais (je précise pour ceux qui ne suivraient pas qu’en anglais on dit “fast film”, pas “rapide film”), donc les jantes (et ventilateurs et autres choses qui rotationnent) devraient être encore plus nettes (sans accord avec le masculin des ventilateurs, parce qu’ils sont dans une parenthèse). Non ? Est-ce que le directeur photo de Spielberg pourrait me répondre ? (Tiens, ça me fait penser que j’en connaissais un, de directeur photo, dommage que je ne me sois pas posé la question à l’époque.)

Pourquoi les médias ont-ils autant de mal avec la définition du weblog ? Pourquoi je n’ai pas encore lu la moindre définition n’étant pas un ramassis d’âneries ? Est-ce que c’est comme ça que les journalistes fonctionnent pour tout, ou est-ce que c’est juste que les blogueurs sont rangés dans le même dossier “on y comprend rien, tous des tarés” que les rôlistes et les consoleux ? Je refuse d’être assimilé à ces satanistes psychopathes qui se prennent pour des vampires ! Uh, wait, no, that didn’t come out right.

Bien sûr, dans le cas présent, je n’attends pas du Journal Du Net une définition un tant soit peu intelligente. Duh. Passons sur le fait que, comme 99% des autres idiots qui essaient de définir le blog, ils réduisent ça au fait de lister des liens vers des sites avec des animations Flash (forcément, les warblogs n’ont pas tellement existé en France, donc on échappe à ce cliché-là, déjà).

Mais, surtout, je découvre ébahi que les weblogs de blogueurs se distinguent des weblogs de statistiques serveur par le fait que ça se prononce “oui-blog”. Euh, pardon ?? Ok, j’avoue, je ne me suis jamais posé la question de comment ça se prononçait, et je n’ai jamais cherché, ni vu, de mention de la prononciation sur un site américain. Mais, rassurez-moi, c’est du délire complet, hein ? Hein ? Ben répondez-moi ! Hou-hou, y’a quelqu’un ? C’est pas drôle, les gars, revenez, c’est pas Halloween, j’aime pas les blagues, où est la caméra cachée ? Ouin, je suis tout seul.

Le petit Garoo attend ses lecteurs au quatrième sous-sol avec une batte de base-ball.

— Quelle conne, je lui avais dit de pas préciser ça dans le micro.

Heheh. Il est bien fait, ce test :o)

Ne donnez pas de moyen de retrouver votre blog quand vous draguez…

C’est vraiment un concept génial, les wish-lists d’Amazon : pour se faire de la pub, y’a pas mieux. C’est juste dommage qu’amazon.fr ne soit pas aussi diversifié que la version américaine : comment je fais, pour mettre un frigo dans ma wish-list ? Qu’est-ce que je vais faire d’un livre alors que je ne lis pas ? Pourquoi faire dépenser 15 € à quelqu’un alors que je pourrais récupérer les morceaux gratuitement ? Il en reste que les intégrales de Buffy en DVD, mais… déjà, c’est un peu cher, comme cadeau, et en plus je préférerais attendre d’avoir un lecteur DVD de salon pour les regarder…

Donc, message à Monsieur Amazon France : vous devez impérativement ajouter des ordinateurs, des appareils photo, des bébés frigos et du Nutella à votre catalogue. D’urgence. Là, j’envisagerai de vous faire de la pub sur ma page d’accueil.

Corollaire : si Monsieur Fnac lançait une fonctionnalité équivalente, ça serait parfait.

C’est moi, ou les barres glacées Mars ont grossi ? Et les joues de Gillian Anderson aussi, d’ailleurs.

Tiens, dans mon texte sur les nouveautés d’été Apple, il me semble avoir oublié de mentionner l’option “Save to PDF” qui fait son apparition dans la boîte de dialogue d’impression de toutes les applications (c’est ça, de parler d’un truc sur ICQ, après j’oublie d’en parler). Et pourtant, c’est bien celle qui va toucher les non-Maceux le plus près : je vous prédis une multiplication exponentielle des documents PDF sur le web dans l’année à venir. Ca fera les pieds au W3C, tiens.

J’avais oublié qu’il était mignon (et pas mal fait), Jean-Marc Barr, dans Le grand bleu. Toutes ces années où j’ai cru que c’était juste parce que j’étais jeune à l’époque et que je n’avais jamais vu d’homme torse nu dans un film. Alors qu’en fait, non, c’est juste qu’il a vieilli, depuis, et qu’il a arrêté la muscu parce qu’il ne supportait pas d’être une icône sexuelle.

19 juillet

Quel être humain normalement constitué peut installer Red Hat sur un serveur web auquel on n’aura même pas d’accès graphique ? Pourquoi mon hébergeur veut m’imposer ça, à moi ? C’est du sadisme. Non, c’est même pas juste ça, je suis sûr que c’est rien que pour m’embêter, moi !

Dites, si jamais quelqu’un s’y connaît un peu sur le sujet… Je viens de regarder la doc rapidement, et… il n’y a pas de système (en mode ligne de commande, parce que sous X ça ne me concerne pas) qui charge automatiquement les derniers packages et les installe ?! Faut aller chercher tous les packages soi-même, traiter les dépendances et tout ?! Au secours, je veux changer de boulot ! Um, well, technically, it’s not my job.

Friday Five

1. Where were you born?

A Montpellier.

2. If you still live there, where would you rather move to?

On n’y est restés que, je sais pas, un an, voire moins. Ensuite on a déménagé une dizaine de fois, un peu partout en France. Donc, Montpellier, m’en tape, j’en ai aucun souvenir.

3. Where in the world do you feel the safest?

How about nowhere? Non, je ne sais pas, il n’y a pas vraiment d’endroit particulier où je me sente plus en sécurité qu’ailleurs… Peut-être aux toilettes, parce que c’est petit, entre quatre murs, les monstres ne peuvent arriver de nulle part.

Sinon, il y a l’océan (mais ça fait longtemps que je ne l’ai pas vu). Je ne me suis jamais senti aussi bien qu’au bord de l’océan, le soir, à la nuit tombée, seul devant l’immensité.

4. Do you feel you are well-traveled?

Je voyage peu, mais ça ne me déplaît pas. De voyager. Quand je voyage. Quand je voyageais. Quand j’eus voyagé. Non mais j’aime bien, à condition qu’il y ait tout le confort moderne là où j’arrive, sinon c’est pas possible, je vous le dis, pas possible.

5. Where is the most interesting place you’ve been?

Euhhhh. Euhhhhhhhh. J’ai passé un semaine à New York quand j’avais 18 ans, mais est-ce que ça répond vraiment au qualificatif de “most interesting place” ? Bon, en tout cas, là, je ne vois rien de mieux… C’était un tout autre univers, et c’était la première (et d’ailleurs la seule) fois où j’ai voyagé seul, complètement seul. Seul à New York à 18 ans, oui. En plus, je ne comprenais personne et personne ne me comprenait (j’étais bon en anglais scolaire, mais il m’a fallu une semaine pour m’adapter à la pratique en milieu réel, et, ben, à la fin de la semaine, je repartais). Et puis je ne connaissais personne, et timide comme j’étais à l’époque je ne risquais pas de faire spontanément des connaissances. Alors une semaine à parcourir Manhattan de long en large (je n’en suis pas tellement sorti, à part traverser une fois Brooklyn en métro pour aller à Coney Island — on se demande l’intérêt, d’ailleurs, tout était fermé) (et sinon, c’est quelque chose, le métro new yorkais), visiter tout ce qu’il pouvait y avoir comme musées, tout ça. Et ça reste quand même un souvenir fort (en plus du fait que je me suis détruit les pieds, et que je me suis pas mal ennuyé aussi) parce que… parce que la ville, quoi. Unique au monde.

Quelques notes et améliorations sur b2

Puisque ça semble intéresser pas mal de monde, et que ça va vite faire partie des frequently asked questions qu’on me aske frequently, voilà un petit article qui résume deux-trois points importants par rapport à b2.

Note : je n’utilise pas b2 sur mon propre site (ici, tout est fait maison), mais j’ai aidé plusieurs personnes à l’installer et le faire marcher, en particulier sur Free.

[lire la suite]

20 juillet

Hmm… quand je vois que les tables que b2 a créées sur ma base ne sont pour ainsi dire pas indexée… et quand je vois à quoi ressemble le code de b2 (que je n’avais jamais vraiment regardé et, aujourd’hui encore, j’ai juste ouvert un ou deux fichiers pour voir), je me dis que, peut-être, ce système n’est pas très recommandable.

Pfff, je vais avoir réussi à me taper une bronchite en plein milieu du mois de juillet. Et, bien sûr, ça m’empêche de dormir, ce qui ne va pas m’aider à récupérer. C’est logique.

Angel - Offspring

Il va falloir qu’ils se décident, quand même : Darla qui n’arrête pas de partir définitivement et revenir, ça devient un peu répétitif (et je serai bien le dernier à me plaindre qu’elle soit revenue, hein, c’est juste que, bon, le comique de répétition, c’est bien quand c’est du comique).

Et voilà, donc, encore une nouvelle série avec une naissance de messie ou truc dans le genre. C’est quoi, cette mode ? Il ne reste qu’à prendre les paris : superbébé va-t-il atteindre l’âge adulte en trois épisodes ? Va-t-il faire se déplacer le pager d’Angel par la force de sa pensée ? Va-t-il dévorer Darla de l’intérieur ? Va-t-il gagner une course de pods dans les faubourgs de Los Angeles ?

D’un autre côté, je me demande pourquoi ça me dérange tellement : dans Angel comme dans toute autre série du même genre (ou d’un autre genre), on ne fait que recycler des mythes et légendes classiques, des choses forcément déjà vues mille fois ailleurs, à part quelques éclairs de génie (comme l’apparition de Dawn, qu’on n’a pas vue et revue partout avant). Alors, pourquoi ça me dérange partculièrement quand il s’agit d’enfanter quelque chose de surnaturel ? Est-ce juste parce que ça renvoie aux fondements de la religion chrétienne, que du coup ça teinte toute la série d’un côté religieux (alors que les séries de Whedon ont quand même des tendances plutôt païennes par ailleurs — enfin, il y a à la fois du païen et du chrétien, mais ça aurait suffi pour qu’on le brûle il y a quelques siècles) ?

Sinon, une observation sur l’épisode en lui-même : faire révéler la possible attirance entre Cordelia et Angel dans cet épisode-ci, pour qu’elle se sente trahie, c’est un peu trop facile. Et faire compatir Cordelia aux souffrances de Darla sous prétexte qu’elle est enceinte et que les femmes c’est solidaire (et que ça a une mémoire de moineau, aussi, je suppose ?) juste pour qu’elle se fasse mordre et que ça remplisse le quotient de bagarres de l’épisode, c’est n’importe quoi.

Y’a du relâchement, on dirait…

C’est naze, l’été. On crève de chaud, on transpire, y’a plein de bêtes qui ont trop de pattes pour être honnêtes, c’est pas vivable. Vivement janvier.

Pfou, c’est bien naze, Freakylinks, il n’y a pas de quoi s’étonner que la série n’ait pas fait long feu (de même que le site web freakylinks.com qui est censé l’accompagner pour faire sa promo, façon Blair Witch, vu que c’est la même production et qu’on ne manque pas de recyler une idée qui marche)

Donc, cette semaine, on révolutionne la médecine légale. Voici que leur inspire l’examen d’un membre coupé (un bras, bande d’obsédés !) :

La coupure est bien nette… on dirait une morsure de pélican… ça doit être un ptéranodon.

Okay.

Mulder est (était) célèbre pour ses leaps, donc j’imagine que les scénaristes de Freakylinks se sont dit qu’il fallait reprendre l’idée et faire encore plus fort ? C’est dommage, dans la mesure où, très vite, X-Files a pris le parti du second degré (c’était l’époque où il y avait des scénaristes intelligents qui travaillaient chez 1013 Productions), les personnages se moquant des raisonnements de Mulder.

Là, c’est tout premier degré. Ne pas se prendre au sérieux, c’est trop compliqué.

Bon, c’est un post bien long pour une série idiote, ça…

21 juillet

Un jouet en Flash plutôt impressionnant. Enfin, pas dans le concept, qui est déjà vu et revu, mais dans les images proposées, qui sont vraiment bien fichues. The Hero Machine, bien plus efficace, bien plus poussé, que les machines à personnages de South Park ou à bonshommes Lego.

Si vous voulez le code du mien (qui est dans ce picturelog), cliquez pour lire la suite de l’article.

[lire la suite]

Oh.

En discutant avec Matt de son idée de blog-fiction (qui existe forcément un peu partout, faut chercher), je me demande si je n’ai pas trouvé la raison pour laquelle je n’ai jamais ne serait-ce que commencé à écrire un roman. Alors que j’ai toujours eu cette envie dans un coin de la tête, que j’aurais forcément des idées, des choses à dire. Bon, il y a certes le fait que je suis fortement inspiré par le format feuilleton, qui permet des choses impossibles par le roman (et, du coup, j’ai deux idées de webcomic en tête, mais elles seraient difficilement adaptables — voire pas très intéressantes — en romans indépendants). Mais, tout de même, est-ce qu’il n’y aurait pas un complexe d’infériorité là-dedans ? Je me suis toujours répété qu’il n’y avait pas besoin de lire des livres pour en écrire (euh, j’ai pas de vocation de grand littérateur, hein, c’est pour ça), mais je commence à me demander si je le crois vraiment. Est-ce que je les cherche vraiment, les idées ?

Quand on voit comment Internet commence à vivre complètement au ralenti… qu’est-ce que ça va être en août, quand tous ces enfoirés de gens vivants seront à la plage au lieu de faire des choses sur le web.

22 juillet

Ca gêne quelqu’un, si je supprime l’option d’affichage des derniers posts par ordre chronologique ? C’est mal foutu, ça m’énerve, je suis convaincu que la moitié de mes lecteurs ratent des posts à cause de ça, que cette option est la cause des vagues de famine en Transylvanie, parce que les gens sautent mes textes qui font de la pub à ce merveilleux pays touristique à visiter après avoir bien mangé et bien bu pour être gorgé de sang, et puis merci de faire un traitement pour la peau avant, tant qu’on y est, parce que mordre quelqu’un qui déborde de sébum, c’est pas la joie, faut vraiment avoir faim, mais, justement, je vous disais qu’il y avait une famine, donc c’est pas la priorité.

Alors, ça dérange personne, hein, si je vire cette option ? C’est pour sauver les petits vampires transylvaniens. Bande d’égoïstes.

Quel bel univers : 100 € pour un organisateur-fait-tout, 80 € pour un gestionnaire de programmes, des tas de grosses sommes pour des petits utilitaires… C’est logique : un Mac, ça coûte cher, donc les clients ont les moyens de payer pour les accessoires qu’ils utilisent, donc les développeurs peuvent se permettre de faire payer.

Mon Ghrone, il vaudrait quoi, si je le portais sous OS X ? Dix, vingt euros ? Alors que, sur PC, il n’y aurait pas grand monde qui considérerait de l’acheter, ce n’est qu’une horloge, après tout.

La conclusion qui s’impose, donc ? Le monde est injuste. Oui, ça aussi mais, non, c’était pas là que je voulais en venir. Non, la conclusion, c’est qu’il me faut un Mac, avec OS X et un environnement de développement C++ complet. Plus tous les bouquins et la doc. Hmm… Allez, quoi, d’ici dix ans de développement de logiciels, ça sera sûrement amorti !

Andrew Sullivan+ (un des classiques des blogs) récolte seulement 6 000 $ par mois via les différentes méthodes de donation et de sponsoring de son site.

Seulement. Ouais, ouais. Je ne sais pas comment sont ses factures d’hébergement mais, pour un site entièrement textuel, ça ne peut pas être astronomique. Du coup, je n’ai pas le choix : il va falloir que je passe ce site en anglais. Et que je récupères des vidéos pirates des films et séries qui passent aux Etats-Unis, pour que le contenu du site soit en phase. Et que je déménage là-bas, pour pouvoir parler de la politique et de l’actu en connaissance de cause.

Ah, non, ça marche pas. Je suis de gauche, ça ne passera jamais, pour le public américain.

Zut. Back to my Amazon wishlist.

Heheh, une bonne idée, ça : la compilation des articles les plus demandés sur les wishlists Amazon de blogueurs. Comme le dit celui qui a signalé cette page sur blogroots, on ne peut pas dire que ce soit très littéraire, globalement. Mais, pour autant, même si c’est très pop-culture, ça rassemble plutôt des choses de qualité.

Pour ne pas troubler les électeurs pour les présidentielles de novembre, George Bush attendra certainement l’hiver pour attaquer l’Irak.

Ok, je n’ai pas de carte de presse, moi, je ne bosse pas aux infos de Canal+, donc je ne comprends peut-être rien à la politique, mais est-ce que ce n’est pas justement pour blinder sa réelection que Bush va lancer l’offensive avant le scrutin ?

[edit 23/07/2002]

Pff, et pourquoi personne ne m’a dit que je racontais n’importe quoi ? Vu que le 11 septembre est arrivé pendant la première année d’office de Bush, et que c’était l’année dernière, ça lui fait encore deux ans à tirer. Les élections de novembre (faut dire, s’ils faisaient pas toutes leurs élections en automne, ça éviterait qu’on confonde), c’est pour le Congrès, les Sénateurs, etc.

Ceci dit, mon raisonnement reste valable.

Merci à M. pour la correction.

Ca existe, les tétines spécifiquement pour adultes ? Je vous explique : tous mes t-shirts-pyjamas ont l’encolure complètement bouffée, parce que, ben, entre deux séances de rognage de doigts, je m’attaque à mon t-shirt. Pour situer, ceux qui sont le moins atteints me font quand même un décolleté digne de la montée des marches de Cannes (j’hésite à mettre des majuscules à un ou deux des m de l’expression, mais tant pis).

Donc, ça devrait exister, des tétines spéciales, je suis sûr que ça aurait du succès. Il faudrait les fabriquer dans un matériau particulier pour être résistant à la force des mâchoires et au nombre de dents d’un adulte, et puis avec une décoration moderne et tendance à l’extérieur, genre une grosse émeraude, ou des diodes clignotantes implantées en étoile qui s’allument quand on mâche, bref, un truc sobre, quoi.

Et, si ça existe, je vais en mettre dans ma wishlist. Après tout, ma mère me prend déjà pour un psychopathe, alors pourquoi me priver ?

Quelle idée idiote j’aie eue, de faire un régime ? Je croyais, quoi, que si je donnais un gage de bonne volonté à mes anges gardiens, ils m’aideraient pour d’autres choses, que ça changerait ma vie, tout ça. Bah, non. Comme quoi, j’aurais mieux fait de m’alimenter exclusivement de Nutella pendant six mois, histoire que mon corps affiche clairement ma sédentarité. Là, non, je suis mince, beau, accro aux tomates, et tout ça pour quoi ?

23 juillet

Qu’est ce qui peut être plus fun que d’installer Debian* et recompiler le noyau ? Mais si, c’est simple : installer Debian et recompiler le noyau à 800 km de distance, en faisant du dépannage par SMS quand plus rien ne marche au redémarrage. Ch’comprends pas pourquoi, quand on installe les sources du noyau à partir d’un package Debian, il ne reprend pas en compte la configuration de l’installation existante, pour éviter de faire n’importe quoi.

Bon, et puis, s’il y a bien un truc que je ne comprendrai jamais dans Linux, c’est ce noyau, ces modules, comment tout ça marche magiquement ou non, etc.

24 juillet

Arf, trop fort. Faut que j’ajoute ça à ma wishlist. Enfin, pas pour moi, hein (je vois d’ici les commentaires désobligeants) mais pour Lechat. Une litière électrique. Tellement trop fort qu’on a du mal à croire que ce soit réel, et pourtant il y a une démo . Excellent. 100 $, c’est pas cher :o)

Si je les perds, eux, là j’ai tout perdu.

Pourquoi j’ai envie de sortir ça du portrait de Barbara passé cet après-midi ? Parce que. (Pour info, elle parle pas de ses morpions, elle parle du public.) Et puis, soit je vous sors ça, soit je pars sur le fait que c’est vache, de vieillir, particulièrement pour une chanteuse. C’est déprimant, l’évolution d’une voix sur 30 ou 40 ans, surtout quand c’est résumé en un montage d’une heure. Tout ça pour dire que c’est dommage, qu’il n’y ait plus tellement d’artistes de ce genre de nos jours — ou en tout cas qu’ils ne passent plus à l’ORTF. Y’a un créneau à prendre. Je me mets au piano, et je reviens dans une semaine. (Je me ferais bien castrer, pour la voix, mais je crois que c’est pas rétroactif, donc ça servirait à rien.)

Cool : avec le nouveau bureau que j’ai, je peux me balancer sur les deux roulettes arrière de ma chaise, coincer mes genoux sous le bureau pour me retenir, et me jeter en arrière les bras en croix, sans tomber. I’m flying!

Pas cool : avec le nouveau bureau à moi que j’ai, qui est plein de coins et de bouts qui dépassent et que tout est dur et pas arrondi, je suis couvert de bleus et écorché à toutes les articulations. Et, en plus, un jour sur deux, j’ai super mal au coude du bras de ma souris, parce que la plateau est dur et que mon coude tape dessus et ça enfle et je suis défiguré du bras et je me demande si je ne l’ai pas déjà dit, ça.

Quel concept atroce : Linux en français. Pas juste la documentation embarquée, hein, le système lui-même, les utilitaires aussi : tout, traduit. Les messages d’erreur en français, lynx en français, tout. Déjà qu’on est obligés d’avoir RedHat sur notre serveur (ce qui, je maintiens, est une idée absurde), mais, en plus, c’est la version française. Arg. On aurait dû prendre un hébergement à l’étranger, dans un paradis fiscal, payer en dollars et risquer que notre machine disparaisse du jour au lendemain sans qu’on puisse rien faire mais, au moins, avoir une Debian, en anglais. Tiens, si ça se trouve, les 80 € de l’hébergement, ça aurait même suffi à me payer un déménagement aux Canaries avec hébergement sur la plage et liaison spécialisée. Non ?

Cool ! L’apocalypse est pour 2019 ! Je connais quelqu’un à qui ça va faire plaisir. Bon, elle va trouver que c’est dans un peu trop longtemps mais, au contraire, ça donne l’occasion de profiter un peu de la vie en attendant.

Bon, j’ai 17 ans pour devenir riche, entretenir mon corps, trouver un appart et avoir de quoi posséder une M3. C’est jouable. Et après moi, le déluge !

25 juillet

Ma mémoire me joue des tours, ou Downtown était mille fois mieux en VF ? J’ai l’impression que les américains ont une tendance générale à doubler les dessins animés bizarrement ; je crains le pire pour les Griffin. Pff, c’est carrément désagréable à regarder, zut.

Sysadmin Day : bien que je sois un piètre sysadmin, et peut-être bien le pire de tous ceux à gérer du Debian (parce que si on compte les sysadmin Microsoft, là, je dois pouvoir me défendre ; même si on compare à des sysadmin RedHat, je suis sûr qu’on peut trouver bien pire que moi) j’espère bien que cette journée sera fêtée comme il se doit, en ce qui se rapporte à ma personne, si vous suivez (il est 5h du mat, j’ai bien sommeil, et je suis en plus en train de lire les archives de Noir sur blanc*, alors, laissez tomber, pour la cohérence syntaxique, je peux pas) (en fait, c’est pas si pas-clair que ça, d’ailleurs, comme quoi je pourrais écrire dans mon sommeil, ce qui d’ailleurs serait une bonne idée, puisque ça me donnerait sûrements des idées de choses à écrire, rapport au fait que j’ai déjà dit que c’était ce qui me manquait, les idées) (je savais bien que j’allais embrouiller tout ça à un moment ou à un autre)..

Bien sûr, dans l’ensemble, comme je ne suis pas un sysadmin hyperactif (c’est normal, ça n’existe pas) ni, surtout, salarié, la plupart des gift ideas listées sur le site ne colleront pas. Il reste quand même le lecteur de DVD, la voiture radio-commandée, où bien sûr l’appareil photo numérique, qui est déjà sur ma wishlist de pas-amazon parce qu’amazon.fr fait que les livres et les CD.

Voilà.

Sinon, une carte de voeux virtuelle à base de collier de nouilles (virtuelles), ça fera l’affaire aussi. Ca tombe bien, comme j’ai dit, il m’a donné envie de coquillettes. Virtuellement. (Virtuellement, dans le sens où pour que j’en mange il faudrait que je les fasse, et, là, trop compliqué, faut sortir une passoire et tout, pfouuu, je préfère mettre le sachet de riz Uncle Ben’s deux minutes dans le micro-ondes pour pouvoir ensuite vous dire comment c’est — pourquoi ils ne font pas la même chose avec les pâtes ?)

26 juillet

Bon, ben, s’il y a quelque chose qui ne marche plus, je compte sur vous pour me prévenir. Là, c’est pas spectaculaire, l’idée à la base c’était de tout réorganiser, mettre des textes dans la section garoo et tout ça, mais, là, non, pas d’humeur à faire des trucs, alors j’ai juste réglé les détails que je voulais modifier depuis un moment.

Alors comme ça, sous prétexte que je ne poste pas de nouveaux textes, vous n’envoyez plus de commentaires. Pff. C’est mesquin. Tous des mesquins. Déçu déçu déçu. Pff. J’m’ennuie.

Je sais pas ce que j’en pense : hot or not, version blogs. Je n’aime pas ça quand il s’agit de voter pour dire si des gens sont beaux ou moches, alors je n’aime pas non plus ça quand il s’agit de noter des blogs. Et, en même temps, cette saleté d’esprit de compétition me souffle à l’oreille que, quelque part, j’aimerais bien participer. Mais non, quand même, non, c’est mal, donc non. J’ai quelque part dans mes bookmarks un site équivalent, mais avec des photos de chats, et ça, au moins, c’est pas glauque. D’ailleurs, j’ai dû donner le lien ici. Si je ne l’ai pas donné, tant pis pour vous, c’était vachement bien !

Sinon, à part ça, je suis tombé sur un nouvelle instance de “four truths and one lie”, je me dis que j’aime vraiment beaucoup le concept, j’ai envie de poster la même chose ici, mais je n’arrive pas à trouver ce que je pourrais mettre dedans. Même à l’époque où je faisais des choses, il ne m’arrivait rien d’extraordinaire, donc je ne vois pas quoi donner comme vérités.

Par pur esprit de contradiction, cette semaine, je fais mon Friday Five en anglais. Na.

Etant donné que le site ne répond pas, je vais prendre les questions chez lui, en supposant qu’il ne les a pas inventées :o)

  1. How long have you had a weblog?

    Let’s assume my weblog started with the first article that’s in my archives. Which is not exactly true, considering the previous failed attempts at having a journal or a weblog or a whatever-that-crappy-text-is. So. The first article dates back to october of 2001. Just make your own calculations, m’kay?

  2. What was your first post about?

    Hey, seriously, couldn’t you check out the fsckin’ archives yourself? So the first post is about the fact that I changed my site’s layout and that there was now a journal. Which is quite a logical topic for a first post, isn’t it?

  3. How many changes (name, location, etc.) of your weblog have there been, if more than one?

    The URL hasn’t changed yet (though if the domain transfer I just initiated fails as I expect it to, we’re likely to move in a near future). The name changed once, recently when my journal became, a blog and I realized that being linked as “garooweb” sounded ridiculous. And for some reason the commas have been consistently misplaced in the previous sentence. I just woke up.

  4. What CMS (content management system) do you use?

    I’m a boy, I don’t have PM… ok, nevermind. I make everything myself, I prefer it this way. That’s a constant in my life: I like to be the only one I can hold responsible for failures. As a corollary, I also like to be the only one who deserves praise when there are no failures.

  5. Do you read people who have both a journal and a weblog?

    Uh, nah. Can you repeat the question please? I mean, really, what’s the point of having both a journal and a weblog? Isn’t that the kind of separation made by people who just misunderstand the whole blog concept?

Pour fêter Sysadmin Day, j’ai 230 noms de domaines à mettre à jour sur mydomain.com. How appropriate :o)

Il faut que je me décide à virer ces mp3 de Céline Dion de ma playlist, c’est lassant de zapper manuellement à chaque fois…

Battlefield Earth

Bon sang. C’est incroyable, ce truc. C’est pas juste nul. C’est pas juste crétin. C’est surtout d’une niaiserie absolument inimaginable. Ca faisait longtemps que je n’avais pas autant ri devant un navet. Sérieusement, ce qui est formidable, c’est que ce n’est pas manipulateur, retors, il n’y a même pas l’ombre d’un double sens, non, c’est juste con. Et entièrement premier degré, du début à la fin. Hallucinant.

Comment on peut à la fois écrire ce truc, et fonder la secte la plus influente du siècle (côté occidental, au moins) ? Et comment, d’un message aussi niais et idéaliste, ça en est arrivé à ce que c’est ? Ca ne les gêne pas, leurs adeptes ?

27 juillet

Angel - Quickening

(Quickening ?!)

Oh, pff… Mais qu’est-ce qui leur a pris, sérieusement, de nous pondre une storyline pareille, alors que l’année précédente X-Files avait commencé à se vautrer lamentablement sur le même sujet ? Bien… Donc, W&H n’est pas au courant, des démons le sont, et on nous ressuscite un tueur de vampires d’il y a 200 ans. C’est absolument passionnant, tout ça.

Décidément, les méandres de la traduction ne cessent jamais de m’épater (c’était la minute frime, je connais des mots et des formes de phrases) (ok, c’était un quart de seconde, pas une minute). Début de l’épisode de Buffy, tout le monde parle de bal de fin d’année, et pendant quelques secondes je suis à penser “hein ? fin d’année ? mais la rediffusion vient juste de commencer, ils ont sabré toute la saison ?!”… pendant quelques secondes, donc, avant de réaliser que je me suis déjà dit la même chose la dernière fois que je l’ai vu, que j’ai déjà vérifié sur tvtome.com, que c’est le cinquième épisode de la saison, qu’il s’appelle Homecoming et que, bien que je n’aie pas encore saisi le concept de ce que c’était exactement (j’avais regardé, une fois, mais je ne me souviens plus), ça n’a clairement rien à voir avec le bal de fin d’année.

Donc, la question est : ça ne dérange personne de parler de bal de fin d’année dans le cinquième épisode de la saison ?! Je sais, le concept de Homecoming Queen et tout n’existe pas en France, mais après tout le bal de fin d’année, au lycée, c’est rare aussi, par chez nous. Alors, ça serait vraiment trop fatigant, de chercher quelque chose de plus exact ?

28 juillet

Zut, j’avais vu des mentions ici ou là du blogathon, mais j’avais eu la flemme de m’intéresser à ce que c’était. Et là, c’est aujourd’hui, donc c’est trop tard.

Le concept : pendant 24 heures, on doit poster sur son blog un nouvel article toutes les 30 minutes maximum. D’où le -thon du nom (rapport au Téléthon, pas au poisson). Bien sûr, dans la version blogathon, il y a des oeuvres de charité en jeu, forcément. Bien sûr, le fait qu’il faille faire payer les visiteurs nous exclut, pauvres petits blogueurs qui ne rapporterions pas grand chose. (Et puis, surtout, les visiteurs francophones sont non seulement plus rares, mais aussi plus radins que les américains, je parie.)

Mais pourquoi on ne lancerait pas un truc équivalent, juste pour le plaisir ? Pendant douze heures (un dimanche de préférence, je suppose) (je pars sur douze heures et pas vingt-quatre parce que, bon, c’est plus pratique, surtout vu qu’il n’y aurait pas d’enjeu), tout le monde doit poster un article toutes les demi-heures. Un défi sympa à relever, non ?

J’ai peur d’avoir donné naissance à un monstre :)

(J’veux dire pour le blogathon.fr, pas pour tel ou tel blog dont je suis plus ou moins à l’origine.)

Voilà. Un premier jet. En attente de commentaires. Je vous écoute.

Alors là, il faut absolument que quelqu’un implémente la même chose pour Mozilla. C’est tellement bien que j’en aurais presque considéré pendant quelques secondes la possibilité de réutiliser IE. Même que ça devrait exister depuis longtemps. C’est d’une telle évidence : charger les pages web dans une petite fenêtre de prévisualisation, qui n’occupe pas trop d’espace sur l’écran, mais permet de voir où en est le chargement. Ca devrait même être intégré au window manager pour pouvoir faire ça avec n’importe quel programme (et, d’ailleurs, avec les layered windows de Windows 2000/XP, ça serait probablement possible).

Bien sûr, ça serait mieux si l’installation marchait. Parce que, là, pour le coup, je pourrai pas tester, on dirait.

Je déteste avoir cette impression qu’il est 5 heures du matin alors qu’il n’est même pas minuit. Je ne me souviens même pas avoir mal dormi, cette nuit. Ceci dit, la nuit a sûrement été agitée, vu que mes bouchons d’oreilles (en mousse, pas en cérumen) (en mousse de plastique, pas en mousse de je sais pas quoi qui pousse quand on n’entretient pas bien ses affaires) se sont volatilisés. Pouf, plus là, nulle part, partis. Les acariens du matelas ont dû les manger. Bref. C’est peut-être juste la chaleur, qui fait que je suis complètement crevé. Vivement décembre.

Tiens, je me rends compte que je n’ai même pas pensé à mettre un climatiseur, dans ma wishlist !

29 juillet

La direction attend des suggestions pour remplacer le nom de “blogathon.fr”. Par un truc français d’une part, et sans thon d’autre part.

Notez que, blogathon, ça vient de marathon, et que marathon, ça correspond bien à l’événement en question. Mais, comme le font déjà remarquer certains (et ils ne pourront qu’être de plus en plus nombreux) ça fait usurpation et profiteurs et méchants et patati et patata. Et je tiens à préciser, for the record, que j’étais déjà arrivé à cette conclusion hier soir, mais j’ai oublié de poster un article à ce sujet (c’est pas crédible ? et pourtant, je ne mens jamais).

Je sais que ça existe pour les connexions haut-débit (grenouille.com ou quelque chose dans le genre), mais est-ce qu’il y a ça pour le RTC ? Je voudrais un site communautaire, où tous les utilisateurs d’un même provider, dans une même zone, viendraient dire “aujourd’hui, ça merdoie”. Histoire que les autres connectés du même provider ne passent pas des journées à se demander si ça vient de leur modem, de leur ligne téléphonique, ou d’autre chose.

Parce que, là, depuis hier soir, ça merdoie puissance cinq. Enfin, il n’y a pas de déconnexions sauvages, c’est déjà ça (plus exactement, il n’y en a pas plus qu d’habitude), mais c’est inutilisable. Arg. Ouin. Et ça tombe mal, parce que là il fait particulièrement trop chaud pour faire autre chose que surfer sans but.

Fréquence interdite

Pourtant, je n’avais pas tellement envie de le regarder : les images de la bande annonce n’étaient pas tellement tentantes, et j’adhérais peu aux postulats de départ : le coup de la communication radio qui remonte le temps à coups d’aurores boréales (dans un sens, pourquoi pas, c’est comme dans Stargate SG1, ce sont les taches solaires qui font tout le boulot), le fait que le fils se souvienne des changements après coup (forcément, c’est un peu à l’histoire), les lignes temporelles qui parallélisent mais sans que le fils soit directement touché, et les événements qui se synchronisent à trente ans d’écart (pour faire de jolis effets comme la radio qui se casse pile trente ans après qu’elle se soit cassé dans le passé… oui, c’est joli, mais vous vous rendez bien compte que c’est pas logique, les gars ?)… bref, tout ça était présent dans les bandes annonce, et me faisait plus penser à un nanar bourré de morphings qu’à un bon film.

Bah non. Pas que ce soit un chef d’oeuvre incontournable, mais c’est plus qu’honnête, et je dirais même que tous les points sont bien traités. Le personnage principal prend la peine de dire qu’il ne comprend pas comment ça se fait, qu’il ait à la fois des souvenirs du passé d’origine et du passé modifié (c’est comme ça qu’on fait, en SF : quand il y a un petit détail qui ne paraît pas très cohérent, on l’admet explicitement, et ça permet de continuer l’esprit tranquille : non, messieurs les spectateurs, on ne vous prend pas pour des idiots), les écarts et recoupements des lignes temporelles sont assez bien vus, et surtout c’est bien écrit et plutôt bien réalisé (quoiqu’avec un poil trop d’effets, quand même, faudrait voir à se calmer) : les séquences de suspense sont haletantes, les séquences à grand spectacle sont impressionnantes, et on se paye le luxe d’oser (et de réussir à) faire des scènes, entre le père du passé et le fils du futur, vraiment émouvantes. C’est le point sur lequel n’importe quel film d’action se serait planté, et ils s’en sont remarquablement bien sortis. En prime, le scénario multiplie les sujets (d’abord sauver le père, puis…, puis…, c’est tout juste s’il n’y a pas trois films différents), ce qui est rare et surtout casse-gueule, mais le résultat reste probant (faut dire, presque deux heures de film, il y a le temps d’aborder différents thèmes).

Juste deux petits détails : si j’étais fan d’un sport, et que j’avais l’occasion de discuter avec quelqu’un venu du futur, je le supplierais de ne pas me raconter les matches à venir, il me semble. C’est la base. Et, d’autre part, la pub pour Yahoo est… euh… elle est grossière au point d’en être insultante :)

30 juillet

C’est grave comme j’ai l’impression de ne rien écrire d’intéressant. Particulièrement en ce moment, veux-je dire. Chaleur oblige, et peut-être pas que la chaleur, mais quand même, si, beaucoup la chaleur. Ca me console de voir que je ne suis pas le seul à être pas mal éteint mais, quand même, vous en avez pas marre, de venir sur mon site et de ne rien trouver d’intéressant ?

Y’a rien dans les news à commenter, y’a pas d’émotion ou de tranches de vie à raconter (vu que, déjà, d’habitude, mais là, avec la chaleur, c’est pas la peine d’y penser), y’a rien, le néant. Sans blague, ils pourraient pas, je sais pas, sortir un nouveau parfum de Danao, ou un nouveau concept de voiture avec des roues, n’importe quoi pour qu’on puisse avoir de quoi parler ? Pff, ils pensent qu’à eux-mêmes, ces industriels.

Et dire que c’est en cette période palpitante que je veux lancer un marathon des blogs. Je suis fou, suicidaire, maso, et je vais imploser, si j’y participe. Mais c’est pas grave, puisque je suis fou, suicidaire et maso, justement.

Il y a une question que je me pose depuis un moment : est-ce que c’est normal, pour les chats, d’aimer le plastique, ou est-ce que la nôtre prend vraiment les sacs plastique pour sa mère ?

J’explique la situation : cette chatte, qu’on a adopté sur une poubelle, passe son temps à sniffer et lécher les sacs en plastique. Les sacs de courses, les sacs poubelle, les packs de bouteilles d’eau, tout. Alors, c’est normal, ou elle est complètement névrosée ? Non, je sais qu’elle l’est, névrosée, donc la question est mal formulée. Mais c’est la seule à faire ça, ou c’est commun ?

Ce que je déteste le plus, dans cette canicule (et il y a beaucoup de choses), c’est l’effet coupe-faim. Je ne peux même pas me goinfrer, je n’arriverais pas à avaler quoi que ce soit. Je n’ai fait qu’un repas, aujourd’hui, plus une soupe chinoise. Même si toute ma vaisselle n’était pas sale, je n’aurais pas le courage de me faire à manger. Même une glace, je ne me vois pas en manger une. Mais, là, peut-être que c’est la flemme de parcourir les trois kilomètres qui me séprarent du congélateur. Ou juste la flemme de me décoller de ma chaise. Tout de même, il n’y a pas de petites satisfactions : j’ai réussi à avoir la peau de la mouche qui me cherchait depuis deux heures. Ca, c’est l’inconvénient de stocker des cadavres en putréfaction dans ma chambre. Mais c’est ma chambre, c’est logique que j’y sois, non ?

Le post précédent doit avoir le record des phrases les plus courtes depuis le début de ce blog. C’est dire si j’ai du mal à écrire, en ce moment (faut dire, aussi, que j’ai très sommeil, et en même temps pas sommeil du tout, bref, l’état qui est peu propice à quoi que ce soit de constructif, et qui peut aussi bien me faire écrire des phrases très courtes et expéditives et sans transitions entre elles, que des fleuves sans points ni loins qui ne veulent rien dire). J’avais pris goût à avoir un rythme semi-normal (me lever vers 10-11h, quoi, je trouvais que ça sonnait bien), mais là c’est fichu, je suis retombé dans mes perversions perverses d’antan, sauf que, cette fois-ci, j’assume pas. Je ne sais pas pourquoi, d’ailleurs : les heures ne sont pas tellement plus ennuyeuses à 3h du matin qu’à midi. Sauf qu’il n’y a pratiquement aucun blog dont je puisse suivre l’évolution en temps réel, à cette heure perdue. Gabu, si tu voulais bien demander à passer en night shift, ça m’arrangerait bien. Et comme je suis sûr que ça arrangerait Kobal2 aussi, ben, on est deux contre un, alors exécute-toi. Euh, pas dans le sens dans lequel il est difficile de s’exécuter soi-même, mais dans l’autre, de sens, celui où tu es une esclave à nos ordres. Et des glaçons, dans mon ice tea.

(Ice tea pêche light, de Lipton. C’est difficile de faire plus tapette, dans tout ce qu’on peut acheter tout fait en bouteilles, non ? Peut-être la “Volvic au goût de fraise”, mais j’ai pas encore testé.)

Pff, c’est décevant, regardez-moi cette fausse joie qu’ils nous ont faite : pas d’apocalypse dans 17 ans. Bon, ça n’exclut pas qu’elle arrive en fait plus tôt, ou plus tard, mais là c’était une bonne date, un bon délai, c’était sympathique.

On pourrait peut-être monter une grande secte mondiale, qui organiserait la destruction de la planète pour pile le jour où l’astéroïde ne s’écrasera pas sur la Terre ? C’est toujours plus constructif (enfin, c’est pas le mot juste) que d’espérer sagement dans notre coin qu’ils ont juste changé les prédictions pour enrayer le début de panique sur les blogs du continent américain.

31 juillet

C’est terrible, quand même. A chaque fois que je mets le nez dehors (un peu plus loin que le Monoprix) (et encore, ça inclut le voyage hebdomadaire à Monoprix, en fait), je me dis que c’est pas mal, ce concept, sortir, être dehors, marcher sur des pavés (eh ouais, en 2002, et à Paris, et pourtant, des pavés, si on m’avait dit ça quand j’étais jeune, j’aurais dit que je m’en foutais, et c’est justement ce que vous êtes en train de vous dire, comme quoi vous êtes aussi évolués que je l’étais à 5 ans et, croyez-moi, c’est déjà beaucoup), voir des visages nouveaux et en trois dimensions (et même des bouts de corps, ah, ces biceps partout dans les rues…), être accueilli par la pluie quand je rentre chez moi (la salope…), tout ça, c’est un concept qui a de l’avenir, à mon avis. Pour l’instant, je pense appeler ça “la vie réelle”, mais j’ai peur que ce soit un peu pompeux, comme désignation, que ça fasse peur aux gens, alors je cherche encore d’autres possibilités.

Donc, à chaque fois que je sors, je me dis que je devrais réessayer plus souvent. Et, au final, je ne le fais pas. Je continue à ne sortir que quand on me traîne dehors (enfin, quand on m’invite à sortir, quoi), et au bout de deux ou trois jours je repars dans cette routine d’intertie, et je perds le courage de sortir.

Vous savez quoi, en sortant, ça m’a fait penser à l’emprisonnement. Je ne vais pas faire de comparaison entre ma situation et celle d’un prisonnier, ce n’est pas le propos et je suis d’accord avec vous, ce serait n’importe quoi. Mais je pensais juste à la façon dont les jours, les dates, les délais se mélangent dans ma tête : est-ce que ça fait une différence, pour un condamné, de passer deux ans ou quinze ans en prison ? Est-ce que tout ne se mélange pas tellement qu’il ne saurait plus faire la différence entre les deux premières et les deux dernières années ? Oui, ça fait une différence s’il a une famille qui vient le visiter et qu’il suit leur évolution. Mais pour la majorité des détenus, non : passé un an ou deux, je suis sûr qu’ils ne font plus la différence.

La conclusion : non seulement c’est nul, la prison, sur le principe, mais en plus ça ne sert à rien de condamner les criminels à quinze ans. Six mois, ça suffirait. Ou juste une fessée.

Pourquoi on en est arrivé à un sujet sérieux sur lequel je n’ai rien d’intéressant, ni surtout de pertinent, à dire ? Désolé. Gabu a demandé à ce qu’on poste, quitte à poster n’importe quoi, alors voilà :o)

Ice Age

C’est pas tout nouveau, comme film. Mais c’est l’avantage, quand on veut m’inviter au cinéma : vu que j’y vais une ou deux fois par an, il y a toujours moyen de trouver un vieux film qu’on a déjà vu mais envie de revoir, et que moi j’ai envie de voir. D’où Ice Age, merci Benjamin.

C’est toujours plus difficile de trouver des choses à dire sur un film qu’on a aimé ; dans le cas présent, en plus, mon avis vous intéresse d’autant moins que vous avez soit déjà vu le film, soit aucune intention d’aller le voir. Je vais donc faire bref : excellent, les séquences comiques sont à hurler, l’animation est excellente (en particulier l’écureuil — pour la démarche des félins, à certains moments, j’ai des doutes, par contre), les images sont bien, le scénario, qui n’a que peu d’importance (et d’originalité) n’est pas spécialement niais, les voix sont excellentes (je parle bien sûr de la VO, et j’émets quelques réserves au sujet du mammouth, qui a une voix un peu douce et légère pour un pachyderme), et ai-je précisé que toutes les scènes comiques sont à hurler de rire ? Bien sûr, rien n’égale la virtuosité des scènes sans paroles de l’écureuil, mais le reste est excellent aussi. C’est à se demander si le film n’aurait pas gagné à ce que les animaux ne parlent pas : tout miser sur les grimaces, ça donne des contraintes intéressantes, et ça leur réussit bien, en l’occurrence.

Bref, very highly recommended, mais ceux que ça intéresse le savaient déjà. J’aurais juste aimé un poil moins de guimauve sur la fin. Mais, bon, il y a des enfants qui regardent, alors il faut être tout beau tout propre.

J’avais l’intention d’attendre d’avoir finalisé le site pour faire l’annonce, mais, sortie ciné oblige, j’ai pris du retard. Alors je l’annonce tout de suite : le blogathon.fr est devenu le marathon d’un instant, et c’est comme ça et pas autrement.

Vu que tout n’est pas prêt, je ne sais pas : on fait ça ce dimanche, ou le suivant ?

Le détail qui tue, que je voulais noter : les yeux du tigre, dans la scène de nuit, dont les pupilles sont plus ou moins lumineuses selon la position de sa tête par rapport à la lumière. Classe.

Ca fait plaisir de retrouver une connexion normale, où les pages s’affichent dès qu’on clique sur le lien. Espérons que ça dure… le fait que ça coïncide avec la pluie, donc un rafraîchissement de la région, me rend plutôt pessimiste pour la suite de l’été…

Intéressant. Très. J’ai un peu la flemme, un peu chaud, et un peu pas le temps, donc je ne vais pas m’y atteler dans un futur proche, et je vous donne donc le lien : la documentation qui explique comment utiliser Gecko (le moteur de rendu de Mozilla) dans ses propres programmes.

Ca veut dire que vous allez pouvoir utiliser Gecko pour afficher les pages d’aide de vos logiciels (quoique, vu la taille que ça doit faire, j’ai un doute, c’est peut-être pas raisonnable), mais, surtout, vous allez pouvoir nous faire des petits Mozilla, sans les barres de boutons non configurables et tous les petits trucs énervants dans le design (mais avec les tabs et la sidebar quand même, s’il vous plaît, et je sais bien que là je rêve un peu). Je sais, il y a K-Meleon, mais si j’utilise Mozilla c’est quand même pas pour retrouver l’interface moche d’Explorer.

Arf, arf, arf. Notre cher Karl, celui qui m’engueule (ou plutôt, me méprise) parce que je ne respecte pas le W3C comme il se doit, se met à donner des instructions pour créer des pages web avec des extensions propriétaires à Mozilla. Tellement propriétaires qu’il y a “moz” dans le nom — c’est autre chose qu’un <marquee> ou que l’utilisation de tables pour la mise en page, hein : une extension propriétaire, qui fait que les designers vont se mettre à écrire des sites qui ne respectent pas les standards, et ne s’affichent comme il faut que sous Mozilla. Je me marre.

A part ça, puisqu’il semble que les -moz-* passent dans les CSS, et puisqu’il est déjà établi que je me tape pas mal des standards du W3C, il va falloir que je me plonge dans les spécifications pour voir tout ce qu’on peut faire pour avoir des trucs jolis et originaux sous Mozilla.

Les marketingeurs ne sont jamais à court de trouvailles… Comment vendre un téléphone qui fait appareil photo numérique ? En payant des comédiens beaux et beauses pour s’en servir dans les bars branchés et les coins à touristes.

60 trained actors and actresses will haunt tourist attractions such as the Empire State Building in New York and the Space Needle in Seattle. Working in teams of two or three and behaving as if they were actual tourists, the actors and actresses will ask unsuspecting passersby to take their pictures.

Vraiment, je dis chapeau, faut le faire, faut oser, c’est créatif, c’est bien. Je vais appeler le service commercial de BMW pour leur proposer d’exhiber leur dernier modèle dans le Marais, ça peut marcher, non ? Hmm… J’ai pas le physique. Je sais. C’était pas la peine de me le faire remarquer, bande de mufles.

Il y a un spécialiste SQL dans la salle ? Dive into mark propose aujourd’hui une requête SQL permettant d’afficher cinq articles au hasard dans la base : select [champs] from [table] order by rand() limit 5.

Et moi, je me demande : est-ce que ce n’est pas anti-optimisé, comme requête ? A moins que MySQL ait une optimisation particulière pour le order by rand() (ce qui ne serait pas impossible, pourquoi pas), il me semble que ça voudrait dire passer toute la table en revue, affecter une valeur aléatoire à chaque article, et ensuite classer selon cette valeur. Le genre de choses que je n’aimerais pas tester sur Online, quoi.

Laisser les guêpes envahir ma chambre, ou m’asphyxier vite fait avec cette horreur à la citronnelle ? J’hésite encore. En plus, il semblerait que les guêpes soient moins idiotes que les abeilles, puisque celle d’aujourd’hui a l’air d’avoir trouvé le moyen de ressortir pendant que j’avais fui ma chambre.

Politique de la terre brûlée : diffuser des produits toxiques dans la pièce, pour que même les insectes volants n’aient pas envie de venir s’installer. Bien sûr, dans le concept de la terre brûlée, les habitants d’origine non plus ne peuvent plus y vivre. Trente secondes après avoir fini mon île flottante (miam), j’ai déjà à nouveau le goût de la citronelle dans la gorge.

Archives

2001 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2002 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2003 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2004 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2005 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2006 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2007 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2008 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2009 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2010 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2011 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2012 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2013 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2014 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12