1 septembre 2002

Un débat intéressant pour ceux qui envisagent de créer (ou ont déjà) un feed RSS sur leur blog (vous savez, le petit bouton XML qu’on met dans un coin de son layout). Qui résume (enfin, délaye, plutôt, vu la longueur du thread) assez bien pourquoi je n’ai pas de RSS sur mon site justement : en résumé, la publication d’un feed revient à autoriser n’importe qui (logiciels, sites web) à récupérer votre texte et le republier à volonté (credit where it’s due, évidemment). Parce qu’il y a deux S dans RSS, et que l’un des deux signifie Syndication (et ça n’a rien à voir avec les syndicats). C’est bon à savoir, pour ceux qui voudraient rajouter le gadget juste pour le plaisir, sans bien réaliser les implications — ce qui ne veut pas dire que l’utilisation des RSS est à proscrire, mais c’est juste qu’il faut être bien conscient de ce qu’on fait.

Comment piquer une idée en ayant la conscience tranquille :

  1. se renseigner sur les features des différents systèmes de blog, en particulier des plus connus ou performants
  2. lire la page décrivant les features de Greymatter et trouver cette idée de karma voting drôlement intéressante
  3. noter dans la to-do list de son blog perso karma : permettre aux visiteurs de donner une note à chaque article
  4. laisser passer un mois ou deux (c’est important, c’est la base, même, c’est capital, c’est Monsieur Sourcil)
  5. relire sa to-do list, trouver l’idée de karma voting vachement bien, et l’implémenter
  6. être sincèrement surpris et épaté quand une visiteuse+ écrit en commentaire : J’allais aussi tester les “karma votes” de Greymatter — quoi, Greymatter a eu la même idée que moi, et l’a appelée pareil ? C’est trop drôle !

Figurez-vous que je me demandais comment m’était venue cette illumination de génie, d’appeler ça le karma. Je n’en revenais pas, d’avoir pensé à ce mot. Ahem. Forcément.

Hmm… j’aime bien l’idée, faut que j’y réfléchisse, je ne sais pas ce que je pourrais en faire, mais ça pourrait sûrement être sympa : l’audioblogging, ou bloguer en mp3.

Comme le dit l’article, on n’écrit pas de la même façon selon qu’on compte publier le texte ou le lire à haute voix, donc ça serait un travail spécifique — outre le fait de lire le texte. Je ne sais pas ce que je pourrais bien lire. Mais j’aime bien l’idée. Et le mp3 prend beaucoup plus de place sur le serveur que du texte. Mais j’aime bien l’idée. Et je n’ai plus l’habitude de parler, depuis le temps que je ne vois personne. Mais j’aime bien l’idée. Quand même. On verra.

On est dimanche soir. On est le premier septembre. On est en 2002. C’est catastrophique. Depuis quelques jours, je suis anxieux sans pouvoir dire précisément pourquoi. Bon sang, mais pourquoi ce n’est pas moi qui gagne au Tacotac TV ? Ce truc est tellement parfait qu’on le dirait inventé précisément pour moi, et pourtant c’est d’autres gens qui gagnent, des gens qui en ont moins besoin que moi, des gens qui savent bosser pour gagner leur vie, et tous ces trucs que font les gens normaux et que je ne sais pas faire. Je vais piquer ma crise devant les studios (ça doit se tourner à la SFP, en plus, donc juste à côté de chez moi) pour qu’ils me donnent ce qui me revient de droit, parce que c’est honteux, vraiment, inadmissible, qu’on me vole mes revenus.

2 septembre

Je sais ce qu’on devrait faire : on emménage dans une grande maison à quatre ou cinq blogueurs, on met quelques webcams, et on fait une webradio le soir, en live. Parce que l’audioblog, c’est un beau concept, mais pas très praticable, et la webradio, c’est super aussi, mais dans la mesure où on ne peut pas diffuser de musique (because la SACEM) il faut faire du talk non-stop, ce qui n’est pas évident en solo.

Donc, faut faire une colocation de blogueurs. Ce qui me fait penser que, si j’ai bien suivi, nacara, tom et nicky sont en train de chercher précisément ça, donc je signale que je vous offre cette idée, profitez-en bien : faites-vous installer l’ADSL, et faites tourner une webradio en streaming tous les soirs. Avec un canal IRC à côté, pour discuter avec les auditeurs. Mais si, avouez que c’est une bonne idée.

C’est dommage, à minuit, j’avais sommeil. Enfin, je n’ai que relativement peu de regrets, parce que je sais que je me serais réveillé à trois heures du matin et que j’aurais été explosé pendant trois jours — et je suis déjà explosé, en ce moment. Rha, je suis pas productif, je suis pas persévérant, je suis pas efficace sur la durée, je suis pas fiable sur tout ce qui prend plus d’une journée de travail. Là, tout de suite, j’ai envie de commencer mille choses, de partir dans plein de directions différentes, de démarrer quelque chose le matin pour le laisser tomber le soir, et faire autre chose le lendemain, mais ce n’est pas possible, j’ai quelque chose à finir d’abord. Et puis il faut que j’écrive des histoires de meurtres sanglants perpétrés dans les backrooms par des putois-garous from outer space, aussi. So many men, so little time, what can I do?

Ca doit être une erreur, c’est pas possible : dans le nouveau Star Academy 2, ils savent tous à peu près chanter, ils savent tous jouer d’un instrument de musique, et la première chose qu’ils font en se levant le matin est de jouer et chanter. La production a dû se tromper complètement, ils ont confondu avec un vrai casting de vrais artistes !

L’inconvénient, c’est que ça va être plus difficile de ne pas regarder. Heureusement, il reste encore Alice Dona Junior, pour donner envie de zapper. A moins que… Vu qu’il y a un vrai prof de théâtre cette année, est-ce que Raphaëlle va se retrouver au placard ?

Non, vraiment, ils sont plutôt bien, cette année. Et le château refait est sympa. Ca va vraiment être dur de ne pas regarder, zut. Il n’y aurait pas Nikos sur le plateau, on pourrait aussi bien oublier le premier Star Academy et considérer que c’est un tout nouveau programme inédit, avec plein de chanteurs.

Zut, dilemme : la première émission avec Steevy chez Ruquier, ou la première de Beigbeder sur Canal ? (Tiens, il s’est re-décoloré ?)

Bon sang, quelle torture… Traditionnellement, une nouvelle émission, je la regarde en entier — en particulier le nouveau Nulle Part Ailleurs, chaque année. Mais là, vraiment, c’est dur, la tentation est grande d’abandonner ce truc. Quelle sale ambiance ! C’est même une performance, de rendre l’émission aussi insupportable malgré la présence de Valérie Lemercier, j’ai peur de ce que ça va donner quand avec un invité plus passe-partout (en même temps, je ne regarderai probablement plus d’ici-là, donc je m’en fiche, ça me permettra de regarder Steevy, les prochains soirs). Mais le pire… je rêve, ou ce n’est même pas en direct ?!

Il est 19h42, je meurs d’envie de poster ce que j’ai écrit et de zapper. Pitié. Je peux ? Allez, je peux ? Je veux partir ailleurs ! Je veux regarder le Bigdil ! Allez, s’il-vous-plaît ! (Ca prend autant de tirets que ça ? Ca fait bizarre.) Et dire que je me suis interrompu dans mon boulot pour regarder ça alors que j’étais bien parti, tout marche, les news, les blogs, les commentaires, il ne manque plus que les forums et le site sera pratiquement prêt à rouvrir. C’est un métier difficile, critique de télé. Un sacerdoce. Même la musique est chiante — désolé, j’ai décidé de taper en live pendant les dix prochaines minutes, sans réfléchir, pour m’occuper, parce que je m’ennuie trop. Je pourrais vous faire une digression sur la relativité du temps, pour m’occuper. Vous avez déjà remarqué qu’une pub (ou un clip, mais je regarde peu de clips, parce que je n’ai que M6) dure plus longtemps la première fois que vous la regardez ? Pourtant, il y a les mêmes notes, les mêmes paroles, chaque petit instant dure le même nombre de millisecondes, mais on y fait tellement attention que chacun de ces instants est dilaté sans fin. Mais si, faites-y attention la prochaine fois que vous découvrez une nouvelle pub, c’est bizarre.

Ouf, c’est fini. J’hésite à publier ce texte, tellement je ne peux pas croire que ce ne soit pas un gag. Au début de l’émission de demain, Beigbeder va forcément dire que c’était une blague, que c’était fait exprès, qu’ils ont fait une émission, un jingle, un plateau spéciaux pour la première, et que je me suis bien fait avoir. Hein ? Allez, c’est pas possible autrement. Je suis de mauvaise humeur pour la soirée, moi, c’est pas bien.

Thank God for Karl Zéro (ben ouais). Et Rollin. Et Chico. Et Le vrai journal en quotidienne sous un autre titre. J’étais à deux doigts de réclamer la démission de Farrugia, mais ça ira pour cette fois, en espérant que Beigbeder change, ou parte. A part ça, j’aime beaucoup le montage et l’habillage façon gros JT américain [de merde], mais le “tintintintin” permanent sur les voix des présentateurs va devoir partir, hein, il est gentil, mais il est un peu insupportable, merci d’avance.

Dommage, le remplacement de Nathalie Cuman, au Journal du cinéma, par une présentatrice qui cadre plus avec le format brunette à haut débit des animatrices de Canal (une sorte de retour aux sources sexistes de la chaîne). Quant aux deux absolument insupportables des émissions du matin, ça leur apprendra à avoir évacué Devoise l’année dernière. En définitive, cette rentrée est loin d’être glorieuse… dommage.

Charlie’s Angels — je savais que ce n’était pas le navet qu’on pouvait redouter en voyant la bande annonce, mais je ne savais pas à quel point ce n’était pas mauvais. Pas que ça mérite toute une dissertation, mais c’est quand même très honnête, assez drôle, bien filmé, et même le scénario n’est pas trop idiot. Voilà, c’était dans la série Je parle des films même quand je m’en tape, pour remplir, sans créativité aucune.

3 septembre

J’ai l’impression que les boutons ont changé dans OS X 1.2. Les tabs, je le savais déjà (voir ceux du site Apple, qui sont bien plus classe qu’avant), mais pour les boutons je viens seulement de m’en apercevoir. Va falloir que je mette à jour mes skins Aqua, moi.

D’ailleurs, si jamais il y a quelqu’un qui possède Jaguar et a envie de me faire une capture d’écran en TIFF avec tous les éléments présents à l’écran (boutons, menus, scrollbars, checkboxes, etc.), qu’il ne se gêne pas, ça peut rendre service. (Mais pas de PDF, hein, pitié.)

4 septembre

Bon, voilà, nouveau garoo.net, pas joli, il a même pas l’air de fonctionner comme il faut, mais, euh, voilà, c’est comme ça, et puis c’est tout, ça me gave de refaire mon site tous les dix jours, je vais finir par mettre juste du texte, sans feuille de style ni rien, ça sera plus simple. Et, en plus, je n’ai rien à dire, sinon.

Argheu. Bravo moi. J’ai passé (gâché) toute la journée sur ce layout, celui que vous voyez, là, en ce moment (à supposer que je n’aie pas craqué et effacé toutes ces moches images dans les dix minutes qui viennent), et j’en ai déjà honte. Mais je ne peux pas me permettre de passer la journée de demain à le refaire, parce que j’ai d’autres sites à faire avancer, on est déjà mercredi, on est déjà en octobre, j’ai quarante ans, faut que j’avance, que je passe à autre chose.

J’ai envie de faire un nouveau gadget : rajouter un switch on / off dans mon panneau d’administration, qui me permettrait, quand je ne suis pas d’humeur à voir du monde, de remplacer mon site par une page disant qu’il est indisponible. Comme ça. Quand j’en ai envie. Ca serait cool, comme idée, non ? Non ? Pff, bande d’égoïstes, j’en étais sûr…

Finalement, après une bonne nuit de sommeil, avec un peu de recul, il ne me fait pas si honte que ça, ce nouveau layout. Bien sûr, la partie contenu et la partie droite ne vont toujours pas ensemble, ça fait toujours bizarre, mais c’est quand même présentable.

Et puis, avoir un énorme logo en verre, en haut d’un totem, ça correspond tellement bien à ma mégalomanie que, finalement, cette mise en page est parfaitement appropriée.

Bon, ça serait bien si je pouvais parler d’autre chose que de mon site, de temps en temps, mais qu’est-ce que je suis vide en ce moment…

Serait-il possible que ce soit le programme de capture vidéo qui fasse ramer mon ordinateur ? Faudra que je fasse un peu plus de tests, mais en attendant ne soyez pas étonnés que ma vidéocam soit en dérangement.

Alias (1.01—1.02)

Je réserve un avis plus poussé pour plus tard. Là, ça ne fait que deux épisodes, c’est suffisant pour voir les qualités de la série, et trop tôt pour savoir si les défauts sont réels. Les qualités : l’histoire est très bien, on ne s’ennuie pas, c’est plein de surprises et de suspense, et les scènes d’action sont vraiment excellentes. Les défauts : syndrome Dark Angel, il y a une distance, une froideur, on a du mal à établir une connexion avec les personnages. Et pourtant, contrairement à Max, on ne peut pas dire que Sydney soit inexpressive, elle ne se gêne pas pour pleurer. Peut-être que c’est normal, qu’on ne s’identifie pas, parce que c’est un agent secret ? Mais je ne suis ni drogué, ni criminel, ni agent secret, et Nikita fait partie de mes films préférés. Alors que le film fait une heure et demie, j’ai vu deux heures de la série, et je ne me sens pas vraiment impliqué, je ne regarde que pour l’action. Ca passera ?

Au fait, tant qu’on parle de syndrome Dark Angel, je ne comprends pas, vraiment pas… comment on peut produire une série ambitieuse (visiblement) et faire faire le générique en une nuit par un stagiaire de douze ans ?! C’est la récession ? Regardez un peu les génériques des séries de Whedon, et comparez, les gars, soyez sérieux, ça fait vraiment cheap…

5 septembre

X-Files (9.01—9.02)

Nothing Important Happened Today

Ah, ben en voilà un joli générique. Au moins, s’il y a bien une chose qui progresse au long de cette série, c’est la réalisation, le graphisme, les effets spéciaux, tout ça. (Dommage, pour le reste.)

Voilà.

Le générique.

Et puis voilà.

Quel titre d’épisode bien choisi.

J’aime bien Reyes.

Quelle histoire minable.

Il ne se passe rien.

Bien sûr, je me serais peut-être un tout petit peu moins ennuyé si j’avais eu la surprise du bébé télékinétisant — j’avais lu un transcript de cet épisode peu après sa diffusion originale, ce qui m’avait déjà donné l’impression que le titre de ce double épisode était très bien choisi. Bon sang, pour un début de saison, qui plus est un début de dernier saison, c’est plus que laborieux… Mais je vous avais prévenus+ : il n’y aura pas de miracle, le série continue de descendre tranquillement la pente.

Et, sinon, pour le coup, vu que ça se passe quelques jours après les derniers épisodes de la saison précédente, ça aurait été pas mal que M6 rediffuse la saison 8 avant, pour le coup, ça aurait permis de voir si cette histoire était complètement ridicule ou juste modérément ridicule.

Génial. Si vous possédez un nom de domaine (.com, .org ou .net) qui ressemble un poil trop à un trademark existant (et avec la mondialisation on pourrait trouver une marque ressemblant à presque n’importe quel nom de domaine), vous ne risquez pas seulement de vous retrouver dans un tribunal près de chez vous, ou à l’OMPI. Non, vous pouvez vous retrouver assigné en justice en Virgine, USA, et perdre le procès (et donc le nom de domaine) parce que vous ne vous êtes pas présenté. Parce que tous les noms de domaine en .com, .org ou .net sont en fait enregistrés là-bas (quel que soit le registrar que vous avez payé), donc sont régis par la cour locale. C’est-y pas formidable, Internet ?

C’est marrant comme la photographie de la Cité des enfants disparus est proche de celle d’Amélie. C’est vrai qu’en soi ce n’est pas extrêmement surprenant, c’est juste qu’entre-temps il y a eu Alien 4, qui n’était pas exactement dans la même veine.

Même l’héroïne est precurs… euse… srice… précursatante… bref, elle rappelle Amélie.

Je me plante dans les acronymes, je me plante dans les liens… quand je vous dis que je ne suis pas réveillé, en ce moment. Mon cerveau est dans mes chaussettes, je dis n’importe quoi, je fais n’importe quoi, et, surtout, je ne fais rien. Et on est en septembre, la rentrée universitaire est pour bientôt, et ça me concerne, parce que dans e-francefac il y a fac, et dans e-francefac il y a Garoo et du PHP.

Je ne sais pas exactement pourquoi je suis dans cet état en ce moment. Est-ce que c’est la fin de l’été, le frais, le moins de soleil, la septicémie à cause de mes dents, ou simplement le fait que la deadline de mon boulot approche ? Ou tout ça en même temps, peut-être. En tout cas, j’ai du fromage blanc dans la tête, et j’aime pas le fromage blanc.

Je suis même trop éteint pour lire, gah.

C’est un peu triste : trois pages de before & after sur les couvertures de magazines américains. Before : il y a cinquante ou soixante-dix ans, originalité graphique, illustrations audacieuses, de l’art. After : quelle que soit la publication, on se retrouve toujours avec une célébrité sur fond blanc avec les cheveux qui dépassent sur le titre du magazine (ça c’est le détail-qui-tue pour dire qu’on fait toujours du graphisme). Bien sûr, à l’époque de la création de toutes ces revues, il était impossible, techniquement, de mettre une photo en quadri sur la couverture, ce qui explique que ça ne se faisait pas. N’empêche, bon sang, un peu d’originalité, ça ne serait pas désagréable. Notez, je m’en fiche, vu que je n’achète pas tellement de magazines, et que le seul auquel je sois abonné, Télérama, échappe, globalement, à cette tendance. Mais un abandon en masse de toute créativité, c’est toujours triste.

6 septembre

Ally McBeal (5.03—5.04)

Bon. C’était regardable, au moins. Pas intéressant, pas bien, mais pas moins regardable qu’un autre soap opera standard. (Ah, c’était pas un soap, il y a quatre ans ? Ouais mais vaut mieux oublier, je vous assure.) Finalement, contrairement à ce que je prédisais, ils ont osé mettre en avant le personnage de l’Ally#2, au risque de cannibaliser complètement la série (ce qui, après tout, est peut-être mieux que ne rien faire du tout, autant partir en cassant tout, pour remplir la dernière saison). Et ils ont trouvé le moyen de mettre Marsden en petite tenue, pour le spectacle — pas de chance, face à l’autre, il avait l’air d’un gringalet, le pauvre (pas qu’il soit un gringalet dans la vie, mais c’est qu’ils ne boxeraient pas dans la même catégorie). Par contre… incroyable comme il chante bien, on croirait un vrai crooner ! Il n’a plus qu’à se reconvertir, on achètera les disques en masse.

Dans tout ça, l’attraction entre Ally et Glenn apparaît toujours aussi artificielle (malgré le facteur Marsden, faut le faire), et je n’arrive pas à déterminer si ça vient du jeu des acteurs (franchement, ils ont l’air convaincus ? ils ont l’air de la vivre, leur attirance ?), du scénario (il est vite oublié, Downey Jr.), ou de la réalisation — le plus probable, c’est que ce soient les trois en même temps. Et sinon… Ally, c’est déjà une adulte… euh, excusez-moi, vous avez regardé la série, ces dernières années ? S’ils comptent nous vendre la dernière saison comme étant celle où Ally se révèle être une adulte, s’ils veulent nous dire qu’Ally est devenue complètement mature sur ces cinq années, qu’ils soient prévenus (oui, je sais que la fin a déjà été écrite, et tournée, et diffusée aux Etats-Unis, pas la peine de me le faire remarquer, comme si j’étais un neuneu, sous prétexte que je regarde Ally McBeal et que j’en parle dans mon blog), on n’y croira pas une seconde. Enfin, on le sait déjà, qu’on ne croira à rien de ce qui se passera cette dernière année.

Rha, faut que je fasse les courses, faut que je fasse la vaisselle, j’ai pas envie de sortir, fait froid, y’a des monstres dehors qui veulent me dévorer tout cru, et puis c’est fatigant de rapporter dix kilos de surgelés du Monorpix, et mes chaussures sont en panne, et j’aime pas les trucs répétitifs, je trouve ça con, que le frigo se vide toutes les semaines et qu’il faille le remplir à chaque fois, c’est nul, et puis, euh, c’est nul, et voilà, j’veux pas y aller.

Je me demande bien pourquoi je n’ai pensé à regarder l’émission d’été de Devoise, sur France 3, qu’aujourd’hui, pour la dernière (en fait, j’avais zappé dessus une autre fois cette semaine, mais l’invité était Macias et, euh, bah, sans moi, merci). Pourtant, dès le début de l’été, je m’étais dit qu’il faudrait que je regarde, pour voir ce que ça donnait, pour voir comment il s’en sortait, et ce qu’il faisait de l’émission. Et la réponse est que, ok, ça n’a rien d’extraordinaire, mais l’équipe est bien choisie, l’émission se regarde, Devoise est comme toujours très bien, et ils ont éliminé une bonne partie de la ringardise traditionnelle de l’émission. Une bonne partie, seulement — reste une espèce de télé-crochet, qui a visiblement duré tout l’été, et dont les gagnants, choisis par le public et désignés aujourd’hui, étaient… euh… enfin… voilà, quoi. Bien dans la lignée de 40 degrés à l’ombre. N’empêche, dommage d’avoir raté l’été de Devoise, surtout que, si j’ai bien compris, il ne sera plus qu’à la radio, cette année.

Rhaaa ngheu gni fait chier la rentrée, des garçons en t-shirt plein le Monoprix, n’a marre.

Pfff… encore un layout qui va partir à la poubelle. Non, pas celui qui est en ligne (enfin, si, lui aussi, mais pas aujourd’hui on dirait), celui dont j’ai eu l’idée hier et que j’ai essayé de réaliser ce soir. C’est de pire en pire, les mises en page ne durent même plus assez longtemps pour être mises en ligne, maintenant, c’est épuisant pour mes petits nerfs de pauvre graphiste qui veut devenir rentier et ne plus jamais avoir besoin de toucher un ordinateur de sa vie.

7 septembre

Pff, j’ai oublié d’acheter des cassettes pour enregistrer Amélie Poulain, j’ai oublié d’acheter une ampoule pour la hotte (qui ne hotte plus, mais au moins elle éclaire, enfin, quand elle a une ampoule), j’ai oublié de descendre les quatre poubelles entassées dans ma chambre (et c’est du 50 litres). Rha, mauvaise journée.

Où l’on apprend que Fogiel est pacsé ; où il ne pense pas à essayer d’entretenir un doute quand Brialy plaisante qu’il est pacsé avec un jeune ; où l’on réalise que Fogiel n’est pas devenu plus mauvais avec le temps, c’est juste qu’aux débuts de l’émission on était indulgents, on pensait qu’il allait progresser, et là, plusieurs années après, on se rend bien compte qu’il est à son maximum et que ça ne sera jamais mieux que maintenant, ce qui est énervant. Même quand il y a Marina Foïs (et Brialy un peu, ok, mais à petites doses) pour rattraper.

Ah, si, j’oubliais le seul truc intéressant de l’émission : où l’on apprend que Marina Foïs n’apprécie pas la musique parce qu’un enfant à qui on n’a pas fait écouter de musique entre zéro et six ans ne l’appréciera jamais, de la même façon qu’un enfant à qui on n’a jamais parlé pendant cette période ne rattrapera jamais complètement ce retard.

C’est logique, en fait, quand on y pense, et en plus sa mère est psy, donc elle doit savoir ce qu’elle dit.

Note aux W3C-addicts : vous savez pourquoi il y a encore des Cadillac des années 50 qui ont le droit de rouler sur route ouverte ? Indice : ce n’est pas parce que les organismes de standards de l’époque avaient prévu que soixante ans plus tard les voitures devraient encore fonctionner. Non, c’est parce que les garagistes, le code de la route, la voirie (américaine) se sont adaptés au fait que certains automobilistes n’avaient pas envie d’acheter chaque année un nouveau modèle, et qu’on trouverait toujours sur les routes des voitures anté-diluviennes, sans ceinture à l’arrière et avec des phares qui éclairent comme la lampe de chevet de grand-mère.

Alors peut-être que 99.9% of Websites are Obsolete, mais mettez-vous dans la tête que they’re here to stay, et arrêtez d’emmerder le monde avec vos fantasmes de geeks.

Du coup, bien que je n’aie pas envie de répondre au Friday Five de cette semaine, je dirais que mon pet peeve, maintenant que j’ai appris chez kobal+ ce que ça voulait dire, serait : les gens qui répètent comme un mantra <b> c’est mal, les tables pour le layout c’est mal, style=”” c’est mal, les aveugles n’y verront rien sans savoir pourquoi. Et, de façon générale, je ne supporte pas qu’on essaie de m’imposer des idées sans accepter de se remettre en question à chaque seconde. Parce que, moi, à chaque fois que je participe à une discussion sur le W3C (ou un autre sujet), je me demande si j’ai raison ou tort. La plupart de mes contradicteurs, non. Ce qui m’énerve. Ca vous permettra de comprendre le ton de certains de mes messages, si vous tombez dessus sur Google Groups.

Quel est l’intérêt d’avoir un rasoir électrique, si c’est pour avoir quand même la peau du visage en feu douze heures plus tard ? Si je voulais m’arracher la peau, je prendrais un jetable, ça me brûlerait un peu moins, je saignerais un peu plus, mais au moins, en échange, je serais bien rasé.

Est-ce que c’est un défaut propre aux rasoirs Philips ? Je ne comprends pas le design de la grille (qui n’en est pas une), on dirait qu’elle est conçue expressément pour arracher la peau. Quelqu’un a déjà comparé les Philips et les Braun, qui, eux, ont une vraie grille, ça a l’air plus protecteur, moins agressif, est-ce que je me trompe ?

(J’ai corrigé depuis, donc ne cherchez pas, mais dans la phrase précédente j’ai réussi non seulement à mettre un participe passé en er mais, wow, je m’impressionne, à taper euh au lieu de eux. En même temps, j’écris déjà peu en ce moment, je ne vais pas en plus me retenir de taper quand je suis à moitié endormi.)

Tiens, j’ai découvert un nouvel effet secondaire du blog : l’envie de chercher le lien modifier sur ma fenêtre Trillian pour éditer un message que j’ai envoyé, parce que j’ai trouvé après coup une formulation plus élégante. Ca vous fait ça, à vous aussi ? Bientôt, je vais discuter en vrai avec des gens (le jour où je re-discuterai en vrai avec des gens) et vouloir revenir en arrière quand j’aurai dit une bêtise ou fait une faute de français.

(L’article sur Dark Angel viendra, plus tard, pour l’instant je regarde Freakylinks, j’aime bien voir les fins de séries.)

8 septembre

Dark Angel (2.03—2.05)


Proof of Purchase (2.03)

Gâh.
Rhon gâh.
En plus, c’est mignon, il est même pas débordant de muscles, Alec, il est presque normal. Enfin, sportif, mais pas, enfin, voilà, vous voyez, quoi, ou pas, c’est pas grave. Pas des tonnes d’abdos, pas bodybuildé, juste beau et bien fait. Bref.

On a donc un épisode qui commence comme X Men, et continue à la Buffy, avec le beau gosse (avouez que ça s’applique mieux à Alec ou Spike qu’à Marsden-en-avocat) qui a un truc dans la tête pour le forcer à être gentil / méchant / gentil / méchant.

Euh, j’ai rien dit d’intelligent jusque-là. Mais bon, à part la présence d’Alec, il n’y a rien à retenir de l’épisode. Si ce n’est qu’effecivement, pour Logan, le pire n’est pas les lunettes mais bien les cheveux. Et que le grand méchant en fait un poil trop, côté grimaces, juste un poil trop — à moins que ça ne soit gênant qu’à cause du doublage qui ne suit pas.


Radar Love (2.04)

Pas grand chose à en dire : un peu trop de soap, un peu trop de split screen, une histoire intéressante mais expédiée trop vite (une maladie mortelle ciblée sur les transgéniques, c’est important, ça mérite plus d’un épisode, non ?), bref, un épisode dans la moyenne, sans rien à dire — ça doit être parce qu’il n’y avait pas Alec au générique.

Note pour plus tard, pour pouvoir témoigner que j’y ai bien pensé dès aujourd’hui (si ça se confirme) : si Monsieur Je Suis Méchant, La Preuve, Je Fais Des Grands Gestes Avec Ma Mâchoire n’a pas voulu rester dans la zone de test, c’est parce qu’il est transgénique aussi ?

(Note : ce n’est pas une question. Si quelqu’un connaît la réponse et la poste dans les commentaires ou me l’envoie par mail, il sera banni du site à vie, et je ne plaisante pas.)


Boo (2.05)

Eh bien. Heureusement que c’est un épisode d’Halloween, ça excuse plein de choses, y compris le fait de refaire, cinq épisodes après le final de la saison 1, le coup des scènes imaginées. (J’aurais dû m’en douter dès la voyante, mais bon…) En tout cas, Halloween ou pas, rêve ou pas, il est clair que la série a pris un tour vraiment différent, à cette rentrée. On se posait la question la semaine dernière, cette fois c’est évident, ça va bien tourner autour des mutants toute l’année. On passe de la série avec des guerriers aux capacités un peu hors du commun à… ben, X Men. Avec ça, qu’on ne vienne pas nous dire que c’est un hasard si le début du 2.02 ressemblait à l’histoire de Wolverine.

En tout cas, il est attendrissant, Joshua, quand il fait sa tête de, euh, de Joshua battu.

— C’était quoi, ce truc-là ?

— Un flashback, ça m’arrive tout le temps

Voilà, nouvelle version, tout ça, j’espère qu’elle va rester un peu plus longtemps en ligne que les dernières en date. Il faut juste que je fasse quelques petits ajustements sur certaines pages intérieures, mais globalement ça me paraît présentable.

Je sais, je sais, je tiens pas en place, c’est épuisant d’être perfectionniste, surtout quand on est en même temps flemmard.

Bref, commentaires bienvenus et tout et tout, comme toujours, vous commencez à avoir l’habitude.

Ca me fait bizarre, d’être samedi soir et de ne pas avoir vu d’épisode d’Angel. Ni même de Buffy, en l’occurrence, ils cumulent, TF1 et M6 se sont visiblement mis d’accord pour torturer les Whedonites, ce soir. Pff, tas de méchants. Et dire que j’ai même pas les DVD des premières saisons de Buffy. Et dire que j’ai même pas de lecteur de DVD vidéo. Et dire que j’ai même pas de télé. Et dire que j’ai même pas de murs. Et dire que j’ai même pas de vie. Et dire que Whedon ne m’a pas appelé pour me proposer le premier rôle dans sa prochaine série (elle ne va pas être / n’est pas tournée en Angleterre, d’ailleurs ?).

Il y a des fois, ça me manque, l’époque où mon site web n’avait aucun contenu, je pouvais mettre des images partout, je n’avais pas à faire un layout pour un site de textes dynamiques (ce qui est sûrement le plus contraignant et le moins drôle pour un graphiste).

D’ailleurs… et si je refaisais ma home page ? Avec de grosses images. Une énorme image comme sur le site d’Apple+, les premières phrases des derniers articles du blog, les webcams, tout ça agencé de façon plus graphique… Du coup, les lecteurs habituels bookmarkeraient la page du blog, et les nouveaux arrivants tomberaient sur une jolie page pleine d’images, longue à charger, et qui en met un peu plein la vue.

Bien sûr, l’inconvénient, c’est qu’il n’y aurait plus le picturelog ou le moodlog accessibles sur la page du blog. Ceux que ça intéresse seraient obligés de cliquer, d’accéder à deux pages au lieu d’une (quelle horreur). Mais, en même temps, le moodlog et la screencam, ça n’intéresse sûrement pas grand monde ; le picturelog change, euh, rarement, et même s’il fonctionnait à plein ce serait une image par jour, donc une fois par jour aller sur la page du picturelog en plus du blog, après tout, je regarde bien le gribouillog de namakemono+ régulièrement, c’est la preuve que c’est viable.

Et dire que ça fait des mois que je me creuse les méninges pour réussir à faire une mise en page assez jolie pour la page d’accueil, et assez sobre pour les pages de texte. Couillon, va. (Non, moi.) (Et va, c’est une expression, restez là, c’est comme dans vâ chercher bonheur, vâ, vâ, personne ne va vraiment le chercher, paraît même que, justement, le bonheur, faut pas le chercher, faut le trouver en soi, à sa porte, dans les interstices de son plancher.)

Voilà, c’est cool, je mets en ligne une nouvelle version et, une heure plus tard, je réalise pourquoi je fais fausse route et comment m’en sortir. Zut, trop tard. Enfin, tout n’est pas perdu : même si je refais la mise en page dans les jours qui viennent, je garderai probablement le bandeau et en particulier les icônes, ça va.

Ils écrivent bien, les Reynolds GelWave (et les versions couleur ont une encre presque fluo, c’est marrant), mais qu’est-ce qu’ils bavent. Déconseillé aux gauchers. Personne ne se soucie donc des gauchers ? Hein ? Hein ? Est-ce qu’il faut que je devienne ambidextre, ou que je me mette à l’arabe ? Ah, ou au japonais, ça pourrait être sympa, ça fait l33t, de connaître le japonais.

Dans la série je réfléchis aux toilettes (et je me rends bien compte que vous vous passeriez de ce genre de détail, mais c’est comme ça, c’est un blog), je viens de repenser à une phrase que j’avais lue dans un newsgroup il y a quelques jours (eh oui, on va encore parler standards). C’était quelque chose du genre pourquoi tu es contre la séparation du contenu et de la forme, alors qu’avec le PHP et les bases de données tu fais déjà cette séparation ? (non, la phrase ne s’adressait pas à moi, mais elle aurait effectivement pu).

La, à première vue, comme ça, ça apparaît comme un argument en faveur du W3C ? Eh bien, relisez. Effectivement, sur mon site, le contenu est complètement séparé de l’affichage : pratiquement tout est dans des bases de donnés, le reste est généré dynamiquement par des scripts à partir de, euh, disons, de données brutes. Et c’est justement pour ça que je suis contre le fait que le HTML fasse la séparation : parce que je la fais déjà au niveau du PHP !

Quel sens ça a, de faire deux fois la séparation du contenu et de la mise en page ? Quoi que je fasse, il y aura besoin de faire tourner mon serveur web pour convertir les données en HTML, alors quel intérêt il y a à envoyer le HTML sous une forme qui n’est pas lisible telle quelle, mais qui doit s’accompagner de feuilles de style complexes et élaborées, c’est-à-dire faire un nouveau passage, une nouvelle compilation des données, par le browser ? Pourquoi dit-on que c’est mal, d’inclure des style=”…” dans les tags, alors que c’est, au contraire, optimal, aussi bien pour le serveur que pour le browser ? Pourquoi réinventer la roue pour la rendre carrée ?

J’adore — j’adore tellement que c’était quelque chose que je voulais faire, à une époque. ’Voyez, quand j’étais jeune, je jouais aux petites voitures. Même que j’y ai joué assez tard, parce que j’étais un peu niais de la tête, avant d’avoir Internet. Maintenant que j’ai un site web, maintenant que ma mère a un appareil photo numérique que je peux la supplier de me prêter et qu’elle peut occasionnellement accepter, je pourrais m’y remettre. Prendre un marteau, une bougie, et faire des jolies photos de petites voitures accidentées. Faudrait juste que je retrouve dans quel carton sont mes, euh, machins. Je ne me souviens plus du nom, je ne suis plus sûr si c’était vendu par Majorette ou pas, mais c’était sympa : les trottoirs en plastique qui s’emboîtent, avec les passages piétons sur du plastique transparent, et puis des garages, et des trucs… vous vous souvenez ? Ca ferait un bon décor, et ça serait un bon challenge de photographe numérique, de faire une bonne photo, qui fasse vrai, à partir de ça…

Nan, sérieusement. Ils sont fous.

J’ai un peu comme l’impression qu’ils ont pété un câble, chez Nokia. Le 5510 était déjà bizarre, mais bien conçu. , par contre… Ben, see for yourself : beurk.

Urgences (8.01—8.02)

Eh bien… Je n’ai pas regardé les rediffusions de cet été, je n’étais pas d’humeur pour Urgences ce soir, je n’en avais pas envie et, pourtant… on regarde cinq minutes et on est happé sans pouvoir résister.


Four Corners (8.01)

Pas désagréable, pour démarrer la saison, de changer un peu de rythme, en présentant la même journée sous quatre points de vue successifs. Dommage que le montage ne soit pas vraiment bien exploité : l’histoire pourrait fonctionner tout aussi bien sans ce découpage, alors que tout l’intérêt de ce genre d’artifices est de présenter quelque chose de vraiment complexe, pas juste un petit traité des conséquences des talk-shows trash. C’était un mensonge. Ca se passe vraiment comme ça, dans les talk-shows américains ?

A part ça… pourquoi ils ont tous des coiffures de beatniks, pour la rentrée ? Weaver ne ressemble à rien, Carter a l’air d’être encore dans le téléfilm où il jouait Steve Jobs, et Docteur Dave… le pauvre… une cata. On dirait que la rentrée 2001 a été difficile pour les acteurs de toutes les grandes séries, il y a dû y avoir une grève des coiffeurs / maquilleurs.


The Longer You Stay (8.02)

Et c’est ainsi que se termine officiellement la carrière de Lisa Nicole Carson+. Terminée à tel point que qu’ils ont visiblement pris une doublure pour jouer (enfin, euh, figurer) son cadavre.

Globalement un bon épisode, tout normal, avec le bon équilibre d’histoires personnelles et d’erreurs médicales, tout ce qu’il faut. Et l’apparition de Julie Delpy, dont on savait qu’elle avait participé à la saison — surprise, ce n’est pas en tant que médecin. Sachant que c’est Julie Delpy, et qu’elle ne l’aurait pas ramené dans les interviews si elle avait juste été serveuse dans un petit épisode, on peut supposer qu’elle va se taper Luka Le Gentil Qui Est Pas Gentil Quand On Le Connaît Bien. La bonne nouvelle étant qu’Abby est célibataire ! (Vous savez quoi ? J’ai du mal à assumer le fait de commenter dans mon blog les histoires de coeur des personnages d’une série…)

Arrêtez le massage. Vous l’avez tué.

9 septembre

Je me sens d’humeur misanthrope cette nuit. Envie de poster des messages acerbes en réponse à toutes les conneries postées sur Usenet (enfin, quand je dis toutes les conneries, je ne veux pas dire toutes, parce que, euh, non, je ne suis même pas sûr que ce soit humainement possible). Pour l’instant, j’arrive encore à me retenir, mais ça va sauter, faut vite que je trouve un nouveau truc à dire sur le W3C pour me défouler. Ou que Phoenix ou Opera 7 sorte, que je puisse être tout content d’avoir un nouveau jouet. Où que je finisse e-francefac (on y est presque, si, si, vraiment) et que je puisse passer quelques jours à faire un skin OS X 10.2 pour Windowblinds, tout propre et bien programmé. Ou devenir alcoolique, c’est aussi une option, que j’écarte depuis un moment, mais jusqu’à quand ? (Est-ce que ma mère continuerait à me rembourser si elle voyait des bouteilles de rhum sur mes tickets de Monoprix ? Ou est-ce qu’il faudrait que je fasse la plonge dans un bar de troisième zone ?)

Pfeu… Fait froid, y’a plein de vent, j’ai mal dormi… Ca sent la mauvaise journée.

A 13 ans, on est trop petit pour voir des films pornos mais on est assez grand pour aller en prison !

— steevy est de plus en plus bo :)

— Ouaip

— non, vraiment, il s’est embelli :)

— Oui, vraiment, je sais :)

Au point que ça en devient énervant, frustrant, énervant, frustrant. Enfin, Alec passe quand même avant, mais Steevy a l’avantage de bosser à Paris.

10 septembre

Pay It Forward me déprime. Pas seulement parce que le film est raté (alors qu’il y a une bonne idée dedans, mais c’est quand même bizarre que le scénario passe son temps à nous répéter que non, ouhla non, c’est une mauvaise idée, n’essayez pas). Mais aussi parce qu’il y a Helen Hunt dedans, qu’il y a un mois TF1 passait des épisodes de Mad About You où elle était belle et drôle, et que là (non-maquillage aidant, évidemment) elle apparaît victime du syndrome des actrices hollywoodiennes de 35 ans qui s’assument et qui sont des femmes bien : elle a l’air d’une actrice hollywoodienne liftée de 50 ans. Saleté de système. En fait, c’est surtout ses rides d’expression qui m’étonnent : on dirait qu’elle a passé son temps à faire la moue, dans la vie. Par exemple, Gillian Anderson a le même problème (comme on n’a pas l’habitude des rides à la télé, en la voyant dans X-Files, on dirait qu’elle a soixante ans), mais elle, au moins, n’a pas les bords de la bouche qui tombent comme une mégère…

Bon, ouais, c’est nul, de faire des considérations sur les rides d’une actrice. Désolé, j’avais besoin de le dire, parce que c’est la deuxième fois que je regarde le film (une fois en VF, une en VO) et ça me travaille vraiment.

C’était pas le bon jour pour arrêter le Pepsi. Il a fait froid, j’ai mal dormi la nuit dernière, alors, en plus, tourner sans caféine… pas étonnant que j’aie comaté toute la journée. C’est dommage, j’avais presque été productif, hier ; faut croire qu’il m’est impossible de l’être deux jours de suite. Et après, on se demande pourquoi je ne bosse pas (ouais, en même temps, je dis ça par habitude, mais j’ai le sentiment que quiconque m’a lu sur une ou deux pages ne se pose plus cette question). C’est bizarre, quand même. Comment j’ai réussi à accepter, voire à m’infliger, de détacher tout doucement de la vie au point de ne plus savoir si c’était il y a deux ou trois ans que j’ai commencé à jouer à l’ermite ? J’ai quand même une capacité à l’inertie assez phénoménale, non ?

Ah ben je l’avais dit, d’ailleurs : Ca sent la mauvaise journée. Ouais. C’est cool, je me réponds à moi-même, et je me donne raison. Et après, je m’étonne (sincèrement) qu’on me traite de mégalo-narcissique (faut dire que de façon générale ceux qui me traitent de ces petits noms le font parce qu’ils ne supportent pas que quelqu’un d’autre qu’eux soit narcissique — sont jaloux).

You are an EXPERIMENTER (Dominant Introvert Abstract Thinker).

Like just 4% of the population you are an EXPERIMENTER (DIAT). Although you’re slightly shy (admit it!), you love control. When a problem comes in your way, you stomp on it swiftly and decisively. You are bothered easily by failure in others and failure in yourself. You don’t like people that you don’t think are intelligent. Rather than arguing with them, however, you would just as soon ignore them altogether.

In relationships, you have a strong heart. And because you’re introverted, people take you as someone they can trust. But the fact is that in addition to solving problems, you like to create them. So there’s a decent chance that you’ll cheat on a loved one. If you do, you’ll likely get away with it.

You’re a good person at heart, but then again, who isn’t?

Je tiens à préciser que le deuxième paragraphe est complètement faux, mais que c’est juste parce que j’ai dit, sur la première page, que j’étais un bon menteur. Bon, en tout cas, ce paragraphe est au moins en partie faux. Voire pas du tout faux. Argh.

Et j’ai comme l’impression que la petite phrase qui conclut le résultat me prend pour un salaud.

En tout cas, sur le DIAT, ça me paraît assez juste :o)

Au moins, cette fois, c’est officiel, j’ai vraiment raté tout l’été, en entier. Pas de photos, pas de promenades, pas de rencontres, rien. Bouh.

Message d'erreur USB Windows

Non mais… excusez-moi si j’ai mal compris un truc, mais le principe de l’USB c’est pas justement qu’on branche et qu’on débranche quand on veut ? Ca s’impose vraiment, de m’envoyer un message d’erreur à chaque fois que je débranche l’appareil photo (qui n’est pas à moi, pour ceux qui ne suivent pas) ? Alors que, par contre, quand je le branche, c’est tout magique, en une demi-seconde il s’affiche comme un disque dur… M’énerve.

L’impensable catastrophe : bizarre, de revenir à la construction du World Trade Center, bizarre de revoir des images de l’époque où on a construit ce monstre d’acier, l’époque où on n’imaginait pas une seconde qu’il s’effondrerait quelques dizaines d’années plus tard… Bizarre, aussi, de se concentrer sur le côté technique plutôt qu’humain (même si le documentaire a bien su éviter le risque de la froideur). En tout cas, un reportage très bien fait, bien documenté, impressionnant.

11 septembre

Ca y est, j’ai fini par revoir Amélie from Montmartre et, voilà, comme les autres fois, ça m’a tout déprimé. Pour des raisons évidentes. Enfin, pas déprimé comme quand je suis stressé et déprimé parce que j’ai des fins de mois difficiles (eh oui, bien que n’ayant pas de revenus et très peu de dépenses, je trouve quand même le moyen d’avoir des fins de mois difficiles), mais juste, euh, déprimé comme, euh, voilà, quoi, déprimé comme après avoir vu Amélie Poulain. Une bonne déprime, pas une méchante. Snif.

In short, blogs can be anything bloggers want them to be. Comme quoi il arrive que des articles sur les blogs ne soient pas idiots. Au passage, le test de Radio Userland donne envie, aussi. Quarante dollars… si je programmais un concurrent et que je le vendais vingt dollars, je deviendrais riche, peut-être ?

C’est pas malin, quand même. Des inédits d’Alias, de X-Files, d’Ally, et même de Popstars et Star Academy, tout ça dans le même mois, ils sont en train de griller tous les inédits sur la même période au lieu de faire durer le plaisir. Et le résultat, hein, le résultat ? C’est que, déjà que ma motivation pour bosser est infinitésimale, mais si en plus toutes mes soirées sont prises par la télé, comment je fais, moi, hein ? Où je trouve le temps de faire tous les trucs que je suis censés faire, que ça me remplirait un boulot à plein temps pendant au moins une semaine ? (Parce que je bosse vite, quand je bosse.)

Alias (1.03—1.04)

C’est une série de science-fiction, donc, en fait ? Un alchimiste du quinzième siècle a inventé les transistors et les polymères… je suppose que, d’ici la fin de la saison, on va aussi avoir des aliens dans le coup ? En fait, ça confirme l’impression que m’ont donnée ces premiers épisodes : il ne faut pas chercher à regarder ça sérieusement, à tout interpréter morceau par morceau. C’est une série d’action, un James Bond découpé en épisodes ; et, en tant que série d’action, c’est excellent.

Après, il ne faut pas trop réfléchir au scénario. Au fait que, dans le deuxième épisodes, les agents concurrents sont prêts à s’entretuer, mais pas dans le premier. Au fait que le coup de l’agent de la CIA expérimenté et incompétent est assez peu crédible (et quelque chose me dit qu’on va quand même le revoir : il a été expédié trop rapidement). Au fait qu’il est inimaginable que Sydney rencontre toutes les semaines le même agent de liaison de la CIA : comme elle l’a dit elle-même, le SD-6 a un service entier qui passe son temps à suivre les agents pour les surveiller, et ils auraient tôt fait de s’apercevoir qu’elle parle toujours à la même personne, et qu’il est dans la CIA.

Mais, n’empêche, les missions sont très, très bien traitées, et le reste (les personnages, les sentiments) est acceptable. On voit du pays, on ne s’ennuie pas, tout va bien, et ça vaut mille mauvais épisodes de X-Files… Juste un truc : les épisodes qui se terminent immanquablement par Sydney faisant les gros yeux à cause d’une mauvaise surprise, ça va devenir lassant, à un moment.

X-Files (9.03)

Bon, c’était un épisode de Millennium, c’est bien ça ? Je me suis dit ça dès que j’ai vu les démons-ou-pas, mais ça s’est confirme de façon claire par la mention du serpent qui se mord la queue : pas de doute possible, on nous a bien ressorti un vieux script. A part ça ? Rien. Non, vraiment, le nouveau générique est très joli.

12 septembre

Eh bien, voilà, j’ai installé Mozilla 1.0.1 et je n’ai aucune idée de ce que cette version apporte, vu qu’ils ne prennent pas la peine de le préciser. Alors, voilà ce que j’ai pu constater en quelques minutes : d’abord, c’est tellement stable que la fenêtre de Préférences me plante dessus systématiquement si je clique sur Privacy/Validation. Ensuite, le Download Manager fonctionne enfin conformément à ce qu’on en attend. Enfin, le bug complètement stupide et insupportable qui fait que le Javascript est ignoré si on n’a pas fini de tout charger (par exemple, sur ma page d’accueil, si je clique sur la screencam sans attendre qu’absolument toutes les images soient chargées, le popup ne fonctionne pas) est toujours là. Et, bien sûr, la Site Navigation Bar (à ne pas confondre avec la Navigation Toolbar) est réservée à la version 1.1. En bref, je suis déçu. Ca reste forcément bien mieux qu’Explorer (à tous les niveaux), mais il vaudrait mieux pour Mozilla qu’Opera 7.0 soit une bouse, parce que sinon ça risque de faire mal…

Ca me reprend, j’ai à nouveau envie d’écrire mon blog en anglais. Je ne sais même pas pourquoi. La mégalomanie, peut-être. Surtout. Principalement. Encore plus depuis que je suis tombé sur deux-trois blogs anglophones de français en France… Et qui sait, si je passais le site en anglais, peut-être que je gagnerais des miyers de dollars par mois grâce aux affiliations Amazon ou Cafepress, allez savoir, non, peut-être, hein ?

Ally McBeal (5.05—5.06)

On progresse, tout doucement, on progresse. Baby steps (non, ce n’est pas un Fryisme). Là, sur deux épisodes, on avait une quinzaine de minutes regardables, c’est déjà bien. Et, en prime, on est débarrassés de cette fausse histoire d’amour entre Ally et Glenn — je serais bien curieux de savoir si c’était prévu dès le départ, ou s’ils ont changé en cours de route en réalisant à quel point ça ne fonctionnait pas. Ah, on a eu du people, sinon. Jacqueline Bisset, très bien, mais bon, ça n’a rien apporté par rapport à une actrice moins connue ; Elton John, au bar, euh… complètement ridicule. A noter, aussi, une référence aux événements du 11 septembre (dans Ally, on ne s’y attendait pas trop) dans un épisode diffusé une quarantaine de jours plus tard, pas mal, côté réactivité.

Personne n’a de droits, vous n’avez que des privilèges, et ils vous sont retirés quand vous enfreignez la loi. Hein ?! C’est pour fêter l’élection de Bush que la série est devenue fasciste ?

13 septembre

Excellente idée : Levi’s va lancer des pantalons avec une poche spécialement protégée pour les téléphones portables. Non, pas protégée contre les voleurs (quoique, ça serait pas mal aussi…) : une poche avec un doublage en MDF (c’est tout de suite beaucoup plus clair, non ?) qui sert de blindage entre le téléphone et la peau. (S’ils pouvaient faire la même chose pour les oreilles, ça serait bien aussi.) Et moi je dis, excellente idée. Si je portais des vêtements, je leur achèterais ces pantalons. Enfin, des vêtements, j’en porte, une fois par semaine, pour aller au Monoprix, mais je n’ai pas besoin de pantalon Levi’s pour aller là-bas, et de toute façon je n’emporte jamais mon téléphone. N’empêche que c’est une bonne idée : dans vingt ans, les branchés-friqués qui se payent des Levi’s seront un peu moins stériles que les autres. Ca tombe bien, parce qu’ils sont aussi plus beaux que les autres, donc ça fait une sélection naturelle (quoi, je fais trop confiance aux pubs ?).

Beuh. Tomber sur Bilalian en plein petit-déjeuner, c’est un coup à vous dégoûter de vous lever tôt…

Youpi ! Mozilla 1.0.1 est tellement génial qu’il plante systématiquement quand j’essaie d’accéder à mes comptes IMAP ! Formidable !

Je hais l’informatique…

Animal Factory, pas mal pour un film de prison. C’est-y pas ironique que je sois particulièrement allergique aux films de prison (tendance néo-réalisme) (et quand je dis allergique, je veux dire que j’ai les battements du coeur qui s’accélèrent et une boule d’angoisse du début à la fin du film), rapport à la vie que je non-mène ?

14 septembre

Une émission qui commence par une interview malsaine, forcément malsaine, de la mère de Moussaoui, continue cinq minutes plus tard avec un karaoké de Serge Lama, et se poursuit en beuverie, il n’y a bien que Fogiel qui puisse faire ça (non, c’est faux, quand on regarde la description que je viens faire, on pourrait bien croire à du Ardisson). Le bon côté des choses étant qu’une fois que le champagne coulait à flot l’ambiance était plutôt agréable : preuve que, quand Fogiel et Beigbeder mettent leur nervosité de côté, ils sont meilleurs ; preuve, aussi, que Beigbeder est (jusqu’à preuve du contraire) meilleur invité que présentateur. Allez, puisqu’il a demandé au public de lui donner une seconde chance, je vais essayer de regarder l’émission la semaine prochaine — quoique, quand on voit les extraits du passage de Bowie (diffusé mercredi, si je me souviens bien, pour les fans), ça ne donne vraiment pas envie de réessayer. Enfin… il a dit que les interviews occupaient plus de temps, ça implique qu’il y ait moins de sketches débiles, donc que l’émission soit globalement un peu plus regardable. A part ça, s’ils n’ont pas de problèmes avec le CSA pour cause d’apologie de l’alcool, c’est que les sages (arf, arf) dormaient.

Friday Five

1. What was/is your favorite subject in school? Why?

Probablement l’anglais et l’italien. Ce qui est tout à fait logique, quand on pense que j’ai fait un bac C (maths) — en fait, j’avais trop peur de la littérature et de la philo pour prendre les filières littéraires. Et dire que je serais peut-être écrivain, si j’avais choisi un bac A2 (ou A3 ? je ne sais plus). Ou balayeur. Enfin, un truc en rapport avec l’anglais, quoi. Je serais probablement blogueur sur Internet, en fait. Bon, ben je n’ai rien perdu, à part quelques années, mais ça sert toujours.


2. Who was your favorite teacher? Why?

Euh, non, joker. Je ne me souviens que d’une, ma prof d’italien, pour la simple et bonne raison que j’ai eu la même pendant cinq ans, contrairement aux autres matières. Bah, oui, disons que, puisque c’était la seule dont j’ai retenu le nom (mais ça ne vous regarde pas), et la seule qui me connaissait (vu qu’on était une dizaine d’élèves par classe), elle serait forcément ma préférée. Parce que, sinon, je n’ai jamais été tellement proche d’un professeur ou d’un autre — ah, si ! Ma prof d’anglais, en première ou deuxième année d’école d’ingénieurs, une américaine de Philadelphie, avec tout les attributs de l’américaine-type, à commencer par la permanente qui occupe tout l’espace. L’accent américain, l’humour américain, tout ça, enfin, j’étais jeune et fan des Yankees, à l’époque.


3. What is your favorite memory of school?

J’évite tout ce qui pourrait être souvenirs d’école. Je n’ai pratiquement aucun souvenir de mon enfance, et très peu aussi de l’adolescence. Non, ce n’est pas tant que je refoule (du bec (mais ça c’est à cause des dents)), c’est surtout qu’il ne m’est strictement rien arrivé. Mais alors, du rien dans les grandes largeurs : encore beaucoup plus rien que le rien qui m’arrive ces temps-ci. Ca a l’air incroyable, et pourtant c’est possible. Donc, euh, meilleur souvenir d’école ? Je ne sais pas, les après-midi de printemps où je m’asseyais dans un coin de la cour du lycée pour voir, de loin, les élèves jouer au volley, découvrant leurs nombrils quand ils sautaient au filet ? (Ben quoi, vous n’avez jamais été un lycéen boutonneux ?)


4. What was your favorite recess game?

Beuah. Je me souviens qu’au CE2 je jouais au train en suivant les lignes sur le sol de l’école. Tout seul. Et, sinon… Bah, on va dire le volley, mais en spectateur ?


5. What did you hate most about school?

Rétrospectivement, je dirais le fait de se lever le matin, mais sur le moment je ne crois pas que c’était ça (parce qu’on s’habitue à tout, même aux horaires inhumains). Je ne sais pas, sur la fin, je détestais tout globalement, toute la partie, euh, sociale, je pense.

Moi veut moi veut. Enfin, en même temps, c’est pas une bonne idée, ça va à nouveau me faire pleurer à chaque fois que je verrai le dernier épisode. Enfin, je pleure aussi à l’épisode de Noël, mais là c’est différent, c’est un épisode volontairement triste, contrairement à la fin de la série qui n’en est pas une. Du tout. Au contraire, c’est presque un cliffhanger. Snif. Et dire que, depuis, Bess Armstrong navigue de seconds rôles en mauvais téléfilms. Que Claire Danes s’obstine à tourner les films les moins intéressants qu’on lui propose (quoique, dans sa filmographie sur IMDB, il y a Terminator 3, ça promet). Que Jared Leto n’est plus beau. Que Wilson Cruz a encore plus complètement disparu que les autres. Qu’on ne saura jamais ce qu’ils seraient tous devenus. Snif.

Une astuce pour Mozilla, inspirée de celle proposée par Pascal Chevrel, pour repérer immédiatement les liens Javascript, ceux sur lesquels il ne faut pas control-cliquer ou milieu-cliquer sous peine d’ouvrir un onglet vide (parce que le browser est trop bête pour comprendre que, si le lien est de la forme javascript:, il ne faut pas ouvrir un tab pour ne rien mettre dedans…).

Ouvrez ou créez le fichier userContent.css dans le répertoire chrome de votre installation de Mozilla, et ajoutez ces lignes dedans, telles quelles :
a[onclick],
a[onclick] img,
a[href*=”javascript:”],
a[href*=”javascript:”] img
{ cursor : crosshair !important; }

Redémarrez Mozilla, et testez sur la screencam de ma page d’accueil, ou sur un blog qui ouvre les commentaires dans une popup : c’est magique, le curseur change, et vous savez donc que ça ne donnera rien si vous essayez de créer un tab à partir de ce lien.

Au passage, on doit pouvoir empêcher les sites de changer le curseur sur les liens (ce que je trouve énervant) en rajoutant ceci avant le bloc précédent :
a, a img { cursor: hand !important; }
(Untested, mais logiquement ça doit être juste. Je répète : il faut le mettre avant le bloc précédent, l’ordre est important.)

Je comprends mieux le fétichisme de M. pour les tahitiens : s’ils ont tous le même grand sourire et les mêmes yeux brillants que celui de Douce France (l’émission pathétique de Christine Bravo, vous savez, celle qui remplace son émission pathétique précédente, sur l’Europe), c’est vrai que ça donne envie.

Déjà que je mange trop, en ce moment, alors si en plus ils sortent des Special K au chocolat…

Dark Angel — Two (2.06)+

Tout va bien, ça reste du niveau des précédents. Même si l’épisode n’a rien d’extraordinaire, on ne s’ennuie pas, il est bien construit, et introduit même des événements à venir (à se demander si Alec Too Cute ne va pas remplacer Max comme personnage principal — en ce qui me concerne, je n’aurais aucune objection, on le sait). L’événement le plus important étant bien sûr qu’Alec (justement) s’est fait engager comme coursier, et qu’on va donc le revoir encore plein plein plein de fois, yippee !

Oh, j’oubliais — en plus, Alec est gentil, il rembourse vraiment Logan, c’est trop mignon, c’est un bon gars, cool !

15 septembre

Note to self, for future reference: l’épisode de Buffy où le groupe K’s Choice fait une (courte) apparition et chante Virgin State Of Mind est le 3.16—Doppelgangland+, celui où Alterna Willow se retrouve à Sunnydale. Ca sera bon à savoir pour l’annoncer à qui ça intéresse le jour où ça repassera encore une fois. (Quoique, je n’ai pas l’impression que ça intéresse vraiment qui, en fait.)

Boston Public commence plutôt bien — on ne va pas se relever la nuit pour regarder le pilote en boucle, mais les personnages et les situations présentés sont intéressants (c’est drôle de retrouver là Fyvush Finkel+, qui jouait déjà un personnage du même style dans Picket Fences). Comme quoi Kelley n’a[vait, en 2000] pas encore tout perdu de son talent : pour les séries majoritairement sérieuses, il est toujours capable d’écrire des choses bien.

Hallelujah!

Après des années de travail acharné, ça y est, enfin, c’est fini, et je sais que le monde entier (enfin, la France entière, parce que les autres, forcément, moins) attendait ça : e-francefac, le réseau de sites communautaires pour étudiants, est ouvert. Vous savez, le truc génial avec des news intéressantes, des forums, des blogs (si, si, il y a même un blog pour chaque étudiant), ben, voilà, c’est ouvert.

Oui, je sais, je ferais un mauvais publicitaire. On fait ce qu’on peut, j’ai pas l’habitude :)

Ah, au fait, j’oubliais : c’est 100% sans pubs, et sans spam. Si, si, sérieux. D’ailleurs, on devrait le marquer quelque part et en très gros, parce que, euh, c’est important.

(Et, sinon, je sais qu’en français on écrit alleluia, mais je trouve que ça fait moins religieux, écrit comme ça.)

16 septembre

24 (1.01—1.02)+

Excellent ! Excellent ! La meilleure nouvelle de la rentrée ! (A part le fait que Canal+ diffuse la série par lots de deux épisodes… enfin, il y a une diffusion VO, ne nous plaignons pas — au passage, ça fait bizarre de découvrir une série en VO, c’est la première fois, je me sens tout chose.)

Donc, je disais… excellent. La réalisation, les acteurs, le découpage, le montage, l’histoire, tout, c’est vraiment parfait. (C’est juste un peu dommage qu’en ayant lu un petit article de rien du tout, une fois, sur le web, je sache déjà qui sera ou non un traître. En même temps, une bonne histoire d’espionnage doit être suffisamment bien écrite pour pouvoir se re/voir en connaissant la fin, et celle-là a l’air vraiment bien écrite.) Même le coup de la fugue de la fille : dans le premier épisode, je me disais que, soit ça n’avait aucun rapport avec l’histoire et c’était du remplissage de mauvais goût, soit on allait découvrir longtemps après qu’il y avait en fait une relation complètement artificielle avec les autres événements, et ce serait pire. Alors que non : le rapport est établi dès le deuxième épisode, et il est en fait parfaitement cohérent.

Bien sûr, il y a des incohérences. Des grosses, voire énormes. Même dès le premier épisode, ce qui fait très négligé. Franchement, que tout repose sur le fait que le méchant appelle l’horloge parlante sur le téléphone du CTU, sans se douter qu’on va surveiller son appel… c’est très minable. Que, dans le second épisode, les tueurs laissent Jack entrer sans le moindre problème pour ne leur tirer dessus qu’à la sortie, c’est bizarre. Qu’on provoque un crash de 747 juste pour récupérer l’identité d’un photographe, c’est… bon, ok, c’est faisable, mais quand même pas hyper réaliste. Et passons sur les détails : Jack qui prend le doigt d’un tueur plutôt que de se contenter du pistolet couvert d’empreintes, Jack qui rampe allègrement sur du verre brisé, Jack qui scanne une carte magnétique sur l’ordinateur embarqué dans son SUV… bon, c’est de l’espionnage pour la télé, quoi, ça ne se veut pas documentaire.

Et, pourtant, malgré tout ça (et bien que, donc, visiblement, mon cerveau ne se soit pas mis en veille pendant l’épisode), ça reste excellent — ça couperait même l’envie de regarder les prochains Alias. Tout est parfait, je l’ai déjà dit : réalisation, montage, split screen… super, génial, j’adore. Vivement la suite (en plus, vous ne trouvez pas que c’est la série qui se prête idéalement à un concept de marathon à l’américaine, diffusion de toute une saison en un seul bloc, avec juste des pauses pipi tous les trois kilomètres ?).

Au fait, après lecture de tvtome.com, un petit détail, pour information : si vous trouvez ça bizarre, qu’on ne voie pas plus que ça le 747 exploser, ce n’est pas par hasard… une partie de la scène a été coupée, rapport à vous savez quoi.

Je commence à me demander si mon serveur mail n’avale pas la moitié de mon courrier sortant… Il y a des mails auxquels je m’étonne de ne pas avoir reçu de réponse. (Et pourtant, c’est tellement peu mon genre, de réclamer des mails…)

Bon, puisque c’était la mode de le faire, j’ai refait le test Personality Disorder, pour voir si ça avait changé :
Paranoid: Moderate
Schizoid: High
Schizotypal: Moderate
Antisocial: Low
Borderline: Low
Histrionic: High
Narcissistic: High
Avoidant: High
Dependent: Moderate

Globalement, ça n’a pas énormément changé, sauf que, la dernière fois+, je découvrais que j’avais une personnalité schizotypique, et cette fois c’est remplacé par schizoïde. Il y a du progrès, si je refais une évaluation dans deux mois je serai carrément schizophrène.

En plus, c’est faux, je ne suis pas schizoïde du tout.

17 septembre

Je vous ai déjà dit que je bouffais mes t-shirts ?

C’est marrant, je n’avais jamais vu Pulp Fiction en entier, je bloquais toujours au démarrage. Là, c’est pareil, je ne l’ai pas vu en entier, mais j’ai zappé en cours de route, ce qui fait que cette fois j’ai vu la fin, pour changer, et… ben, il y a des choses bien, dans ce film, finalement ! Je comprends mieux, d’un coup, pourquoi tout le monde en parle. Pas que je vais devenir fan pour la peine, faut pas pousser, ce n’est pas franchement mon style de film, mais effectivement, certains morceaux sont intéressants.

(Bon sang, ça m’énerve quand j’écris mal… c’est terrible comme ça ne se contrôle pas.)

De l’anonymat dans le blog : en ce qui me concerne, j’aimerais souvent être anonyme (il faut savoir qu’avant d’avoir ce blog, où les photos de moi n’ont jamais été très visibles, et où elles sont même totalement cachées maintenant, je connaissais plein plein plein de monde, sous le même nom, sur IRC). Poster sous son vrai nom, même si c’est un pseudo, présente pas mal d’inconvénients : en pratique, la raison pour laquelle j’écris assez peu sur ma vie privée personnelle à moi de mes sentiments, c’est bien parce que je suis identifiable, reconnaissable, et que plein de gens que je connais (et qui sont donc concernés) sont susceptibles de lire mes textes. Et il est clair que, si ce site était anonyme, moi aussi+ je raconterais mes frasques sexuelles en détail (j’ai toujours rêvé d’être pornographe, ça me permettrait de m’entraîner). (Bon, en l’occurrence, même si je racontais, je ne raconterais pas, vu que je n’aurais rien à raconter, mais, bref, passons, et puis j’espère bien corriger ça d’ici la fin de l’année. Le fait que je n’aie rien à raconter, pas que je ne raconte pas — ici, en tout cas.) Comment parler sur son blog de quelqu’un qui m’énerve, sans risquer de le vexer ? Comment parler de quelqu’un dont je suis amoureux sans me ridiculiser, ou, pire, risquer de tout gâcher ? Comment parler de mes problèmes et défauts sans que ça me stresse, deux semaines plus tard, de donner l’adresse de mon site à quelqu’un que je dragouille sur Internet ?

Quelque part, c’est une chance, que mon site existe depuis un moment, qu’on commence vaguement à me connaître, ça me dissuade de fermer garoo.net et rouvrir un blog anonyme ailleurs : on aurait tôt fait de me reconnaître à mes obsessions ou mes tics de langage. Si je décide un jour d’ouvrir un blog anonyme, ce sera forcément en anglais et, donc, ça ne pourra pas contenir tout ce qui est strictement franco-français (publier en anglais les critiques des émissions de Fogiel, ou d’épisodes d’Angel passés partout ailleurs il y a deux ans, ça n’aurait pas beaucoup d’intérêt — et, d’ailleurs, ça serait aussi trop reconnaissable, maintenant). Rha, c’est compliqué. Imaginons que j’ouvre un deuxième blog… qu’est-ce que je ferai des textes qui pourraient être dans les deux à la fois ? Si je les réserve à la version anglaise, garoo.net sera bientôt vide ; si je les réserve à la version française, la version anglaise n’aura plus grand chose à proposer… Je me retrouve toujours dans cette impasse, c’est énervant.

Je crois que je n’ai plus qu’à déménager à Londres, pour régler le dilemme. Surtout que, maintenant que j’ai dit tout ça, si vous tombez sur un blog anglophone parisien, vous allez tout de suite supposer que c’est moi.

Pourquoi il y a des jours où, dix minutes après m’être levé, je m’ennuie déjà ? Oh, je sens que la journée va être longue, très longue…

18 septembre

En voilà une bonne idée (il n’y a pas l’air d’y avoir des permalinks là-bas, donc faudra que vous cherchiez) : le blog dont vous êtes le héros.

Autant le fiction-log je n’étais pas persuadé que ce soit jouable (et, euh, disons que, jusque là, on peut pas dire que les faits me donnent tort), autant écrire une histoire en faisant voter à chaque épisode me paraît non seulement jouable, mais en plus complètement raccord avec tout le concept du blog et compagnie.

Ca va pas être fait tout de suite, parce qu’il faudra que je réfléchisse à comment faire des scripts qui automatisent bien tout (le dépouillement des emails à la main, je ne le sens pas — soit que j’en recevrai plein et que je serai découragé, soit que je n’en recevrai que deux ou trois et je serai… découragé), mais ça me paraît bien faisable.

C’est précisément ce qui me manque pour écrire : les idées. Alors, si ce sont leslecteurs qui décident de l’histoire, et que je me contente de la rédiger, ça me convient parfaitement !

Premier épisode bientôt dans les kiosques ?

Grahhh brrrrr ouinnnn mmmfff gniiiii… voilà, j’ai pris rendez-vous chez le dentiste pour demain 16 heures, bouhhh, j’veux pas y aller j’ai peur je vais souffrir et en plus elle va m’engueuler parce que je suis un mauvais garçon.

Ceci dit, l’avantage de se faire recommander un dentiste, c’est que je sais qui je vais pouvoir frapper si elle me fait mal. J’veux paaaaaaaas y alleeeeeeeeer. Quoi, moi, immature ? Vous plaisantez ? Ca fait trois jours que je lave tout mon linge sale, et là je viens de prendre rendez-vous chez le dentiste pour une dent qui ne me fait même pas me tordre de douleur ! Non, je vous assure, au contraire, je suis en ce moment dans une période super constructive. Si, si.

En plus, si elle m’arrache la dent comme je pense qu’elle va devoir, je vais carburer au Slim Fast toute la semaine et perdre un ou deux kilos, la vie n’est pas belle ? (Non, en l’occurrence, on ne peut pas encore dire qu’elle soit belle, mais disons qu’en ce moment elle n’est pas trop moche.)

Alias (1.05—1.06)

Bon, je ne sais pas, je crois que cette série ne justifie pas de faire des posts bien détaillés, épisode par épisode… Série d’action, bien ficelée et tout, toujours autant de rebondissements (toujours autant d’invraisemblances aussi, mais quelque part ça fait partie intégrante du genre), rien à redire. Sauf que, comme je m’y attendais, la série apparaît d’un seul coup bien fade, après avoir vu les deux premiers épisodes de 24… Dommage pour Alias que les deux séries soient diffusées sur la même période.

The X-Files — 4-D (9.05)+

Bon… ok, c’était regardable. L’idée était intéressante, l’épisode n’était pas aussi long et insupportable que les précédents, et l’histoire donnait l’occasion de jolies scènes entre Reyes et Doggett. Too much Star Trek. Indeed. Des mondes parallèles, Doggett qui profite de la porte ouverte par le tueur… Wow. Indeed. Mais la fin ?! Non seulement ça ne tient pas la route du point de vue de la théorie (d’une part, une fois que le Doggett d’origine est remplacé, tuer le deuxième n’a aucune raison de le faire revenir ; ensuite, pourquoi est-ce que Reyes se retrouve renvoyée dans le passé ?! c’est n’importe quoi…) mais, surtout, je n’arrive pas à imaginer une seule seconde Reyes tuer Doggett, comme ça, aussi vite, que ce soit pour vérifier sa théorie ou pour soulager ses souffrances. Si un jour je me retrouve face à quelqu’un qui est paralysé ou dans le coma, moi aussi je le débranche, pour voir si ça m’en ramène un autre, en meilleur état ?

19 septembre

Ouin, j’veux pas y aller, je suis prêt à payer quelqu’un pour y aller à ma place, allez, vite, vous avez cinq minutes pour vous décider !

Bien… 34 € et deux heures de transport pour me faire poser un pansement, ça vaut le coup, ah, moi, je la sens bien, cette affaire, tiens. Bon, c’est sûr, elle est sympa ; mais ce n’est pas sur un pansement que je vais pouvoir juger si elle est bien ou pas. Et puis, avec tout ça, il va falloir que je vende un rein pour financer les opérations…

Arg, tout ce que je mange a ce goût bizarre de pansement dentaire (je me demande en quoi c’est fait, ce truc, d’ailleurs)… quel gâchis de manger dans ces conditions !

Ally McBeal (5.07—5.08)

Ca s’arrange un peu, mais toujours pas au point que je sois motivé pour écrire tout un texte dessus… Des bons moments, presque émouvants, quelques-uns drôles (deux, pour être précis), et, voilà, ça peut se regarder. La multiplication des guest stars, en revanche, devient ridicule tellement elle est exagérée. Mariah Carey, maintenant… réduite à trente secondes de dialogue : quel intérêt ?

21 septembre

FridayTomorrow

(a.k.a. FridayPsychopathe)


1/ Supportez-vous les magnétoscopes qui affichent la durée de film écoulé, plutôt qu’un incompréhensible code à quatre chiffres qui laisse l’espoir que la fin est encore loin ?

J’ai le problème avec mon agenda HTML, qui affiche le programme télé en cours, reste en permanence dans mon champ de vision, et me permet donc de (m’oblige donc à) savoir à tout moment où j’en suis du film ou de la série que je regarde, et combien de temps il reste. Mais, bon, je le vis assez bien, quand même.


2/ Transformez vous les objets ou lieux de votre quotidien en oracles ? Par exemple, vous dites vous que si vous traversez en posant le pied uniquement sur les bandes blanches, votre crédit sera accepté ?

Non.


3/ Etes-vous capable de déplacer un dîner parce que vous voulez regarder en direct votre série préférée, laquelle a pourtant été filmée il y a des lustres ?

Hmm… oui, mais pas pour le fait de la regarder en direct (même si le fait de communier avec tous ceux qui regardent en même temps est intéressant, pour des séries vraiment cultes — sauf qu’avec le câble/satellite ça devient plus compliqué). Plutôt parce que je n’ai pas confiance dans la programmation du magnétoscope. (Personnalité schizotypique et tout, je ne fais confiance qu’à moi-même.)


4/ Avez-vous déjà éprouvé une certaine pitié pour un objet inanimé, comme un ticket de métro qui semble geindre alors que vous vous approchez de la poubelle, le remerciant de ses services en le vouant à la destruction ?

Euhhh… oui non peut-être probablement pas mais ça m’est sûrement arrivé un jour. Enfin, sans affubler chaque objet d’une âme, disons que je peux être sensible à l’existence, euh, métaphysique, d’un objet. Peut-être pas d’un ticket de métro, quand même. Mais une voiture, par exemple, oui, sans problème. Et pourtant, ce n’est pas un objet tellement plus extraordinaire qu’un ticket de métro (oui, bon, c’est un poil plus technique, mais vous voyez l’idée).


5/ Est-ce que l’une de ces trois personnes vous met mal à l’aise au point que vous ne pouvez pas supporter ne serait-ce que sa photo : Charlie Chaplin — Bourvil — Fernand Raynaud ?

?!


6/ Quelle figure géométrique définirait le mieux votre enfance ?

Je ne sais pas, là, comme ça, je dirais la spirale, mais va pas falloir me demander pourquoi.


7/ Effaceur Reynolds à torsades, ou Super Pirate ?

Super Pirate, c’est le truc bleu clair, non ? Alors Reynolds à torsades. Quoique, je me demande si le Super Pirate n’effaçait pas mieux, because pointe moins fine, mais toujours est-il que j’utilisais surtout des effaceurs Reynolds. (A l’imparfait, bien sûr, puisqu’il est entendu que je n’écris plus sur papier. En tout cas, je n’écris pas suffisamment pour avoir besoin d’effacer.)


8/ Quand vous mentez, de quel côté tournez-vous la tête ?

Jamais fait attention désolé. Mais si on tourne la tête pour mentir, déjà, c’est mal barré, ça ne fait pas très honnête.


9/ Pouvez-vous vous aller vous coucher s’il est tard, que votre ordinateur est en panne, et que vous n’avez pas résolu le problème ?

Oui, parce que je sais que je ne suis plus efficace à ce moment-là, et que la nuit porte conseil.


10/ De quel côté avez-vous tourné la tête en répondant à la question 8 ?

A gauche. Ah, oui, c’est vrai qu’il y a un côté réflexion et un côté créativité, et que si les yeux (pas la tête) (enfin, peut-être la tête aussi, mais à la base c’est les yeux) tournent d’un côté ou de l’autre on peut en déduire que la personne ment ou non. Admettons — en tout cas, je ne me souviens plus de quel côté représente quoi, donc ça ne me servira pas à grand chose.

Oh boy, le weekend promet d’être long, on va atteindre des records, je vous le dis. Et pour vous aussi, il va être long, parce que je sens que je vais être tellement improductif que je ne vais pas poster grand chose ici… En tout cas, il est surtout peu probable que je poste quoi que ce soit d’intéressant.

Dark Angel — Some Assembly Required (2.07)+

Eh bien… voilà, c’était donc Terminator, cette semaine. Pourquoi pas ? Ce qui est dommage, dans l’histoire, c’est la construction de l’épisode : annoncer dès le début qu’il va confondre réel et imaginaire, c’était maladroit, il était évident dans les minutes qui suivaient qu’à la fin de l’épisode ça se retournerait contre Logan. Bref… Sinon… C’est marrant, en une semaine, j’avais oublié qu’Alec était aussi beau (ouais, c’est profond, comme commentaire, mais l’épisode ne cassait pas des briques, non plus). Et puis, au moins, la fin de l’épisode est bien pensée : comment se débarrasser d’un amnésique en cinq minutes, bien vu.

A part ça, j’en ai marre de bloguer sur les séries, c’est nul, comme sujet, pas intéressant, pas constructif, j’ai rien d’autre à dire de toute façon et, globalement, ouin.

23 septembre

24 (1.03—1.04)

On avait bien besoin de ça, tiens : deux tueuses lesbiennes, un tapin voleur (mignon, certes, mais bon…) (et qui finit par avoir bon coeur, certes, mais bon…), c’était donc l’épisode spécial gay pride ? Merci, mais, dans ces conditions, on s’en passait bien. Bref, toujours très bon, tout ça… Je continue à penser que la partie enlèvement de la fille fait un peu trop remplissage, et le coup de l’affaire de famille du candidat est encore pire ; mais la série reste toujours passionnante, on ne décroche pas… Et quelle réalisation…

A part ça, Madame Lechat, qui a décidé que mon lit était son lit et que ma chambre lui appartenait, est en train de défoncer la porte de ma chambre à coups de griffe pour entrer, s’étant aperçue que les miaulements ne lui apporteraient rien.

C’est que je suis susceptible, moi : elle miaule à la porte, se précipite sur mon lit quand j’ouvre, et me griffe si j’ai le malheur de la caresser plus de trente secondes, histoire que je sache bien que ce n’est pas pour moi qu’elle veut entrer… alors, hop, fini le chat dans la chambre, interdit de lit.

Impressionnant, MovableType. Je crois que je vais conseiller à tous les futurs nouveaux blogueurs (enfin, je crois que tous ceux que je pouvais amener à ce monde cruel et injuste des blogs sont là, ça y est, on est complets) de prendre un hébergement OVH (60 Mo pas cher mon fils) et d’installer MT dessus.

Bien sûr, ça supposera que j’écrire un article documentant l’installation… Je ne sais pas qui a rédigé la doc de MovableType, mais, euh… le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on ne peut pas en vouloir à Gabu de s’être découragée. Le pire, c’est que l’installation elle-même n’est pas tellement compliquée (une demi-douzaine de lignes à modifier dans un fichier de config, et une demi-douzaine d’extensions à dézipper et copier là où il faut), mais bon sang qu’est-ce que c’est mal expliqué ! Je vous arrête tout de suite, ce n’est pas mal expliqué dans le sens ouhla, j’y comprends rien, faut que je relise dix fois pour savoir ce qu’ils veulent, alors si moi je ne me comprends pas, comment vont faire les autres ? C’est dans le sens putain que c’est confus, il y aurait cinquante façons plus compréhensibles de tourner ce paragraphe, comment ils se sont débrouillés pour être aussi peu clairs, ils veulent empêcher les lusers d’installer MT, ou quoi ?

En clair : je n’ai eu aucune difficulté, j’ai suivi les instructions et MovableType était installé en une demi-heure (à vue de nez, je n’ai pas chronométré). Mais seul un vrai informaticien peut avoir le courage (pas la compétence) de lire la doc d’installation. Dommage, pour un outil sensé faciliter la vie des non-informaticiens, non ?

J’ai vraiment très envie de passer à MovableType. C’est dommage que les offres d’OVH soient incohérentes… pour dix euros par an, on a 60 Mo, mais c’est insuffisant pour moi (rapport au portfolio, etc.) ; l’offre supérieure, pour quatre fois plus cher, propose… 30 Mo d’espace web. A quoi ça pourrait me servir de payer pour 30 Mo d’espace supplémentaire FTP, et 30 autres d’espace Real (quelle horreur !) alors que j’ai juste envie d’héberger un site web ?

Sondage time : si je crée une page d’accueil, sur laquelle je déporte le moodlog, le programme télé et autres gadgets, combien d’entre vous bookmarkeront directement la page blog et ne liront jamais la page d’accueil ?

24 septembre

Ca fait plusieurs heures que j’ai énormément de mal à me retenir d’ouvrir brutalement la porte et de balancer une baffe à cette conne qui n’arrête pas de gueuler dans le couloir. C’est ma chambre, j’ai bien le droit d’être tranquille, non ? Saleté de chat ingrat…

Il faut que je me rende à l’évidence, j’ai toujours un problème d’organisation. Ranger mes notes, mes fichiers, tout ça, de façon à les retrouver efficacement, c’est certainement le concept le plus compliqué en matière d’informatique.

J’ai tout essayé… Créer plein de fichiers texte pour mettre mes notes dedans : je ne les relisais jamais. Créer un gros fichier texte pour tout mettre en vrac (enfin, en vrac organisé) : je suis comme les utilisateurs blaireaux, je n’utilise jamais le bouton Page Down. Créer plein de sous-répertoires sur mon bureau, avec des fichiers dedans, des images, tout ce qui est en attente : même problème qu’avec la myriade de fichiers texte, tous ces petits textes / images / liens / programmes qui promettent d’être tellement intéressants dorment tranquillement dans leurs tiroirs, jusqu’au jour où je dépoussière et ils sont devenus obsolètes. En ce moment, toutes mes notes sont dans des pages web, éditables directement depuis Mozilla (en gros, un wiki, en beaucoup moins élaboré), mais c’est toujours pareil, tout le contenu reste en retrait, et les choses les plus immédiates se retrouvent toujours sur mon bloc-notes papier, alors qu’elles seraient tellement mieux sur l’ordinateur.

Je suis donc toujours à la recherche de l’organiseur miracle. Et gratuit, bien sûr, en plus. Et fiable, aussi, parce que je n’aime pas confier mes données personnelles à un programme qui va en fair de la chair à saucisses (ça exclut donc les freewares bancals, qui n’inspirent pas confiance, de même que les programmes Microsoft). Il faudrait que tout soit accessible simplement et directement et immédiatement, dans une interface propre et bien conçue, et que l’ensemble ne plante jamais… Et que ce soit gratuit, donc.

Là, pour le coup, je ne me dis même pas que je devrais le coder moi-même… Autant je sais très bien faire des petits gadgets improductifs, genre une horloge transparente, autant quand il s’agit de faire de la bureautique, de manipuler des données, je suis paumé… Ca ne m’a jamais intéressé, ou ça m’a toujours intimidé, je ne sais pas.

Ah, il semblerait que TreePad soit devenu plus utilisable, depuis la dernière fois que je l’ai essayé.

25 septembre

Euh, du coup, je m’interroge (nous avons les moyens de nous faire parl… bon, bref) : est-ce que ça un intérêt pour ne serait-ce qu’une personne, que je continue à prendre le temps de taper ma sélection télé ? Hein ? Juste une ? Non, parce que, ça n’a peut-être pas l’air, comme ça, mais c’est du boulot, c’est pas insurmontable, mais ça ne se fait pas tout seul non plus…

Alias (1.07—1.08)

C’est toujours bien filmé, toujours intéressant, toujours bien, mais, tout de même, de moins en moins cohérent… Passons sur le coup de l’achimiste qui a découvert l’immortalité — il y a des gros trous dans les scénarios, tout de même, c’est de l’abus. Et puis… une fille qui chouine si facilement, franchement, pour un agent secret surentraîné, ça fait tache, non ?

Bien, cette fois, vraiment, j’abandonne les articles sur X-Files, j’en parlerai la prochaine fois que ce sera intéressant (enfin, ça, ça n’arrivera jamais, donc disons plutôt la prochaine fois que j’aurai quelque chose à en dire). Au passage, une chose me fascine : quel matériel ils utilisent, pour pouvoir filmer aussi bien, aussi nettement, une scène éclairée par une lampe de poche ? Je ne vois pas de trucage, on dirait vraiment que la lampe est la seule source de lumière… c’est des caméras magiques à dix miyons d’euros l’exemplaire ?

26 septembre

Ayé, le fictionlog est lancé !

Le concept, donc, est simple : je vais essayer d’écrire des trucs (là, je trouve que ça démarre plutôt mal, mais, bon, il ne faut pas désespérer), lancer des pistes à la fin de chaque texte, et ce sera à vous de choisir la suite. Je sais déjà que vous allez critiquer le fait que les tendances ne soient pas affichées (Rien n’est joué ! Votez vite au 0-800-GAROO pour votre candidat préféré !), mais c’est volontaire : dans les cas où il y a du suspense (on sait jamais, c’est possible), vous ne pourrez pas savoir ce qui va se passer avant que la suite soit publiée, ça me paraît mieux.

Donc, vous savez quoi faire, il faut aller le lire et voter. Comme pour le système de notation des posts du blog, un seul vote est enregistré par adresse IP, et si vous revotez avec la même adresse votre ancien choix est remplacé par le nouveau, c’est super moderne et évolué.

A part ça, j’ai un peu honte du premier texte, mais il paraît que la première phrase d’un roman est toujours la plus difficile à trouver, c’est normal… là, comme je ne sais pas ce que ça va raconter, forcément, la première phrase, c’est difficile à réussir. Mais on peut espérer que ça s’arrange par la suite. Sachant que tout espoir peut être et sera déçu, c’est comme ça que ça fonctionne, la vie (me, bitter?).

Ah, j’oubliais une précision : si personne ne vote, je ne vais pas m’embêter à continuer l’histoire. Fatalement. Donc, à chaque fois que vous lisez un épisode, votez pour la suite, tant qu’à faire. Hein ? Mais non, je donne pas d’ordres, pff, faut arrêter la susceptibilité, et rangez ce poing américain, merci.

(Je ne devrais pas regarder Oz. Surtout que je commence à trouver ça bien — c’est juste le premier épisode, qui était bancal.)

Génial, c’est absolument génial, je n’ai plus la télé, l’antenne a sauté. Je sens que ça va aller en s’arrangeant, tout ça, il y a encore plein de trucs qui peuvent me tomber dessus gentiment, je vais vraiment passer une des semaines les plus mauvaises depuis longtemps… C’est trop inzuste.

Vous pouvez arrêter la collecte de fonds pour m’offrir le satellite, c’est bon, la télé remarche. Je voyais bien le coup où mes parents allaient partir en weekend en me laissant sans télé, mais, non, miracle, c’est réglé, juste à temps pour voir les moins mignons se faire éliminer de Popstars, et endurer deux épisodes d’Ally.

Non, j’ai l’air de me plaindre d’avoir la télé, là, mais, en fait, c’est juste parce que je ne suis jamais content, c’est normal.

Ils ont bien fait de prendre un jury plus humain pour cette deuxième saison de Popstars : l’émission devient vraiment émouvante, à les voir, eux-mêmes, pleurer de devoir virer un quart des candidats. Sinon… qu’est-ce que le footeux fait toujours à poil ?

27 septembre

Ally McBeal (5.09—5.10)

Pff, c’est malin, à une dizaine d’épisodes de l’arrêt de la série, et ils commencent à retrouver la qualité des débuts… Bon, on n’est pas encore au top, mais il y a des choses drôles, des moments émouvants, non, comme la semaine dernière, ça pourrait aussi être des épisodes moyens des premières saisons (à part le sous-emploi chronique des personnages secondaires du cabinet, mais ça je crois que c’est désespéré). J’ai ri, j’ai eu la larme à l’oeil, en regardant Ally, vous vous rendez compte, depuis le temps que ce n’était pas arrivé !

Momentary lapses of dilution :

Il y a tellement de texte maintenant [dans mon blog] que j’ai écrit des choses que je ne me souviens pas avoir écrites. Quelqu’un pourrait s’introduire dans mon site, ajouter des posts entiers, et il y aurait une chance que j’accepte tout simplement avoir écrit ces posts bidons moi-même, de faux méta-souvenirs.

C’est effrayant. Je me souviendrais, bien sûr, si j’avais passé la nuit en prison, dormi avec Claudia Schiffer […] ou présenté ma propre émission de télé, donc des faux posts évidents ne marcheraient pas, mais quelqu’un qui me connaîtrait un peu pourrait inventer quelque chose en rapport avec ma vie, et je ne remarquerais probablement pas.

(La traduction n’est pas très jolie, mais faut dire que l’anglais d’origine n’est pas tellement joli non plus.)

C’est vrai que ça a un côté effrayant… Ce n’est pas intrinsèquement propre au blog, mais au principe du journal intime — sauf que c’est compliqué, d’ajouter des articles dans le passé d’un journal intime (c’est généralement un cahier, à pages fixes, et il faudrait en plus imiter l’écriture) alors qu’il suffit d’avoir un mot de passe pour aller trifouiller dans les souvenirs de quelqu’un. Est-ce que le fait d’écrire sa vie au jour le jour nous dispense de tout retenir ? Je ne pourrais pas comparer, j’ai toujours eu une mémoire très sélective ; mais vous, les gens normaux, est-ce que vous voyez une différence, dans le fonctionnement de votre mémoire, entre l’avant- et l’après-blog ?

Heureusement, je n’ai pas l’intention de relire un jour mes textes. Donc, même si quelqu’un s’amusait à falsifier mon histoire, il y aurait peu de chances que je lise les faux posts. Mais, tout de même, c’est un concept troublant, et nouveau pour moi. Confier sa mémoire à un outil, à la fois plus fiable et plus facilement falsifiable… quelle drôle d’idée.

Une petite illusion d’optique hallucinante. Regardez l’image, puis lisez ceci : les cases marquées A et B sont exactement du même gris. C’est incroyable, mais vrai : j’ai vérifié à la pipette sous Photoshop, et je n’y croyais tellement pas que j’ai déplacé des morceaux d’images pour vérifier, et c’est authentique. Un coup à se crever les yeux de rage, pour les punir d’être aussi peu fiables (enfin, c’est plus le cerveau qui est en cause que les yeux, mais le cerveau est protégé par le crâne, ce lâche).

Bien, je note donc qu’Auchan, à pied, quand il fait froid et nuit, c’est loin. Mais, bon, pour des chaussures à 20 € et que je n’ai même pas acheté autre chose que ce que j’avais prévu (je me serais bien jeté sur le rayon appareils photo numériques… mais je crois que ma carte aurait refusé le débit), c’est une bonne chose.

29 septembre

Je suis gentil, pour ne pas vous faire peur sur la page d’accueil, j’en ai pris une où je ne regardais pas l’objectif.

Et je n’ai pas de moustache, j’ai juste la peau tellement peu bronzée qu’on voit la racine des poils à travers… il faudrait que je fasse une épilation définitive pour qu’on n’ait pas l’impression que je suis moustachu.

Ou des UV. C’est prévu. Un jour.

Il y a eu pas mal de critiques sur le fait que, maintenant que l’Europe existe, Christine Bravo abandonne Union Libre pour exalter le particularisme français. Sur le principe, les critiques sont justifiées, mais je crois qu’au final c’est plutôt une bonne chose. Le principal (et énorme) défaut d’Union Libre était de réduire les autres pays à des clichés, défaut que reprend, évidemment, Douce France, parce qu’on ne change pas un concept qui gagne. Sauf que, cette fois, c’est moins grave : les régions françaises (pour la plupart) sont assez bien intégrées, l’unité française est établie depuis un petit moment maintenant, donc ce n’est pas dramatique de réduire les provinciaux à leurs clichés locaux… alors que, côté Europe, il y avait énormément de choses à faire en direction de l’intégration, et l’émission puvait donc être carrément contre-productive. Là, c’est vraiment juste un divertissement (inintéressant et qui tape sur les nerfs, bien sûr, mais ça c’est une autre question — et puis, au moins, cette fois, il y a deux tapettoïdes mignons). (Dites, Alice Evans, elle est complètement cruche, ou bien ?)

C’était pourtant tellement évident !

A peu près tous les browsers permettent d’imposer une feuille de style aux sites que vous visitez. Ce qui est rarement utilisable, en fait, parce que ça défigure tout le web. Mais, mais, mais… il y a une façon très très simple de permettre à tous vos visiteurs de modifier l’affichage de vos pages exactement comme ils le souhaitent : Tout ce dont vous avez besoin est d’ajouter un attribut ID=”votresite com” à votre tag BODY sur toutes les pages de votre site.

Ensuite, il suffit au visiteur d’écrire dans la feuille de style de son browser quelque chose comme BODY#www garoo net, BODY#www garoo net p, BODY#www garoo net li { font-size: 30px; } et la taille du texte sur garoo.net est modifiée, hop, pas plus compliqué que ça (oui, bien sûr, ça suppose de connaître les CSS, forcément).

Magique, non ?

Merde… Il est sept heures du matin, et je n’ai pas tellement sommeil… Ca n’annonce de rien de bon… Déjà qu’avec l’automne les jours raccourcissent (woah, vous avez vu comme je fais des observations profondes sur l’évolution du monde ? je m’épate moi-même), mais si en plus mon rythme bascule complètement… Oh mais il va passer un super hiver le garoo…

Je suis même à deux doigts de retourner sur IRC. C’est dire.

Pourquoi est-ce qu’on ne fait pas de clients mail qui stockeraient tout le courrier dans une grande base de données ? Ca serait plus simple et plus efficaces que les différents systèmes de fichiers mailbox, non ?

30 septembre

24 (1.05—1.06)

Euh… donc… là, Jack le malin qui ne suit pas les règles fait sortir un prisonnier du commissariat (et rien moins qu’un tueur de policier)… y’a pas plus simple, hein, même pour un agent du CTU… et, dix minutes plus tard, il est retrouvé par son supérieur (ou quelque chose comme ça, je n’ai pas tout bien compris qui il était, celui-là) et… il le laisse partir ? Excusez-moi ? Ca fonctionne bizarrement, les services secrets américains, non ?

A part ça, c’est juste un peu dommage que la grosse surprise des deux épisodes de ce soir ait été spoilée dans les newsgroups. Mais bon, ça reste bien, et puis, comme j’écris particulièrement mal ce soir, je vais m’arrêter là pour l’instant.

Ce que j’aime bien, quand je poste à ces heures-ci, c’est que je peux éditer un post une demi-heure après l’avoir publié, sans avoir à me demander si la majeure partie de mes lecteurs n’ont pas déjà lu la version en ligne. Mais bon, c’est bien le seul avantage. Il n’y a personne nulle part, les sites ne bougent pas (surtout qu’on est encore dimanche aux USA), c’est mort.

Sympathique, le nouveau plateau de + clair. J’aimerais assez savoir si le scintillement permanent du collier de Christine Bravo vient des caméras, ou du fait que l’éclairage se trouve face à elles — ou du fait qu’elle a les moyens de se payer un collier en vrais diamants, peut-être. Parce que je veux la même chose, je veux me faire implanter des zircons sur les pommettes et briller de mille feux quand je passe à la télé. Si Christine Bravo arrive à briller, je dois pouvoir aussi, non ? Remarquez, ça ne va pas à tout le monde, cette nouvelle image : autant la Bravo n’a jamais été aussi séduisante au niveau du cou, autant Gaël Leforestier a rarement été eu une image aussi peu flatteuse. Et comme je suis plutôt dans la catégorie mecs à dentition contrariée que vieille diamantée, je devrais peut-être laisser tomber l’idée de devenir une star pour me faire interviewer par Daphné. Allez, c’est décidé, je refuserai formellement de passer dans + clair tant qu’ils n’auront pas (re)changé le décor !

Et ça faisait longtemps qu’Online (mon hébergeur, quoi, celui qui est responsable quand le site ne répond pas) n’avait pas merdé un bon coup. Ce qui est rassurant, c’est que ce n’est pas du côté des bases de données (la preuve, je peux poster bien que le site soit indisponible) mais du PHP, ce qui veut dire que ça devrait se régler plus vite. Ou pas. On peut rêver, quoi. Et puis, en même temps, quelque part, j’aime bien l’idée que je tape du texte et que vous ne pouvez pas le lire. Niark, niark, niark. (Ouais, je sais, l’intérêt est limité, et alors ? Hein ? De quoi je me mêle ?)

J’arrive pas à croire la quantité de texte qui arrive à sortir de mes doigts sans que j’aie vraiment besoin de me servir de mon cerveau. Hop, les conneries inintéressantes sortent toutes seules, sans qu’on ait besoin d’aller les chercher, je suis actuellement plus en mode coma qu’autre chose, mais pourtant j’écris, je pourrais remplir encore des pages et des pages d’inanités, juste pour m’occuper et éviter de réfléchir pendant ce temps, mais j’ai pitié de vous, avouez que je suis gentil, hein, non ? Non ? Si…

Archives

2001 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2002 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2003 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2004 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2005 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2006 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2007 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2008 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2009 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2010 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2011 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2012 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2013 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2014 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12