27 mars 2003

Ah, oui. L’entrelacement. J’oubliais l’entrelacement. Mais alors, Coline Serreau filme avec des DV à 1000 € au lieu de prendre du matériel professionnel ? Et elle ne s’est pas préoccupée des principes élémentaires pour faire en sorte que l’image DV ressemble un peu à du film ?

Alors, voilà le résultat de mes recherches sur le web : je veux cette caméra (pour rester chez Canon, puisque je les aime bien), avec le complément indispensable pour faire de jolis films, ce petit truc qui muscle le dos (dommage, je ne suis pas bricoleur).

Au passage, en me renseignant sur la DV, je découvre ce que veut dire anamorphique quand il s’agit d’un format de tournage, et je suis effrayé. On utilise vraiment ça ? Je veux dire, souvent ? Professionnellement ? On écrase les films horizontalement, et on les désécrase à la projection ? J’avais déjà remarqué les lentilles anamorphiques sur des images de making-of, mais je me disais que… ça devait être un effet d’optique. Je n’aurais jamais cru que ça pouvait être à base de lentille déformante, le cinemascope. Ca me choque, cette idée d’écraser l’image au lieu d’agrandir la pellicule mais j’imagine que, si on l’utilise, c’est que ça fonctionne bien. Je suis encore trop jeune pour refaire le monde, de toute façon, alors je ne vais pas pouvoir révolutionner le matériel de tournage tout de suite. Pour l’instant, je veux ma DV.