30 juin 2003

Ca me fait toujours, chaque jour, le même choc quand O. se connecte sur ICQ. Ding dong, c’est la fin de la journée de boulot des gens qui boulottent et qui gagnent un salaire, ça y est, on est le soir. Alors que je ne suis debout que depuis quatre ou cinq heures. Au passage, j’aime particulièrement le fait que, l’été, le soleil ne vient pas, lui, me rappeler que je me lève un peu trop tard pour profiter de la vie. (Et, d’ailleurs, tout dépend de quelle vie on veut profiter.)

Et non, je n’ai pas pas que des oisifs dans ma contact-list (quoique, disons 75% pour être gentil), mais O. est le seul à avoir des horaires de gens normal et à ne pas être connecté sur ICQ depuis son travail. Ce qui, à bien y réfléchir, fait de lui tout sauf un gens normal, non ?

 

Snif. Les fins de saisons de Six Feet Under, c’est quelque chose. Snif.

 

Et c’est parti pour le post de la semaine où je me ridiculise en public.

Pourquoi, à chaque fois que je vois la pub pour la Toyota Corolla, j’ai l’impression que la chanteuse chante faux ? (Sexy World, d’Armando Sciascia, interprété par Miss Mondo, qui que ce soit.) Pourquoi, quand la pub pour je ne sais plus quelles chaussures de sport (vérification faite, c’était Adidas), j’avais la même impression, alors qu’il s’agissait d’Ella Fitzgerald et que d’après Google elle avait la particularité de chanter très juste ? Est-ce qu’à force de regarder Star Academy j’ai les oreilles vrillées ? Est-ce que les enregistrements d’époque (les deux morceaux semblent dater des années 50 ou 60) ont eu un peu chaud et que les notes ont dévié ? Est-ce que je suis tellement habitué par l’électronique moderne à entendre des notes exactes au hertz près (et sans doute plus précisément que ça, même) que les vieux enregistrements, avec des instruments accordés manuellement à base de diapason forcément imprécis, choquent tout naturellement mon oreille ? Ou est-ce que je ne comprends juste rien à la musique ?

Et est-ce que c’est vraiment le bon moment pour demander pourquoi personne n’a réagi quand j’ai supplié entre les lignes qu’on me traîne à un karaoké ?

 

S’il ne se passe pas quelque chose d’incroyablement positif demain, je vais envisager de ne pas prendre de carte orange pour juillet. Enfin, je vais l’envisager deux secondes. Je devrais, quoi. Je tourne complètement à vide depuis une dizaine de jours, et je ne sais pas trop ce qui va pouvoir me remettre les neurones en place. Peut-être l’hiver. Ou peut-être qu’ils ne l’ont jamais été. Oui, ça pourrait bien être ça.

Pff, comme si ça avait la moindre chance de marcher avec lui. (C’est un autre lui qu’à la fin de l’année dernière, encore heureux, mais c’est pas gagné quand même, vu qu’il est du même signe. Plus d’informations ? Nahhh.)

 

29 juin

Je n’arrive pas à me convaincre qu’on puisse être dimanche, et je ne sais même pas trop pourquoi. Pas parce que je devrais bosser demain, heh. Pas parce que la gay pride était hier, j’ai l’impression que c’était il y a quinze jours (bizarre, je n’ai dormi que de sept heures à midi et demie, et je n’ai pas sommeil du tout — je suppose que je vais tomber comme une bûche à minuit tapante, euh, tapant, euh, taping quoi). Ca doit juste être parce que cette semaine est passée particulièrement vite. C’est l’inconvénient de sortir tous les soirs, j’avais un peu oublié. Après coup, les mois paraissent bien remplis, mais sur le moment ils passent plus vite. Quand je ne faisais strictement rien, c’était l’inverse. Je ne sais pas ce que je préfère. Quoique, si, je sais très bien.

 

Bon, je suis vaguement censé écrire un post interminable à porpos de la Gay Pride d’hier, d’autant plus que je n’ai rien posté de la journée. Mais je n’ai pas grand chose à dire. J’ai pris des photos histoire de ne pas avoir l’impression de perdre mon temps, mais elles ne sont pas très intéressantes, parce que, globalement, il n’y avait pas grand chose à photographier. Ca manquait de fête, ce truc — je suppose que c’est volontaire, pour que ça fasse plus politique, et j’ai même l’impression d’avoir écrit exactement la même chose l’année dernière, mais ça reste vrai. (Peut-être que je n’aurais pas dû arriver en retard et rater les deux premières heures, aussi : ça devient toujours moins fun sur la fin. Idée idiote de commencer à Bastille, j’ai dû rater plein de choses.) Et il n’y avait pas assez de soleil, à cause de l’itinéraire dont on avait hérité cette année. Et je n’ai pas trouvé mon âme soeur ! (Bon, on était 500 000, alors je peux l’excuser de ne pas m’avoir trouvé.)

Peut-être, bientôt, quelques photos issues de la série, mais, bon, il n’y a vraiment pas grand chose à en tirer, alors je ne suis pas sûr que ça ait le moindre intérêt. Ca manquait même d’hommes nus sur les chars (c’est normal, ça manquait globalement de chars festifs, mais ça je l’ai déjà dit) alors, vraiment, il n’y a pas grand chose à en tirer.

Ah, j’oubliais l’après gay pride : le Marais ouvert toute la nuit, la fin de soirée passée avec deux belges dont un blogueur connu et reconnu, grâce à quoi je ne suis pas rentré aussi déprimé que j’aurais dû, habituellement, après une gay pride.

 

28 juin

Mauvaise soirée, et pas la moindre envie d’aller à la Gay Pride demain. Encore moins pour y faire des photos, mais pas tellement plus pour marcher comme un couillon, que ce soit seul ou accompagné. Ca sent le samedi télé à plein nez…

En fait, ça serait un jour parfait pour sauter dans le Seine mais, bon… rester à la maison, c’est tellement plus simple.

Ah, oui, j’oubliais : je hais les hommes. Tous. Je ne vois aucune exception à faire, il faut tous les détruire.

 

27 juin

Le Contre-Journal a aussi fait sa fête de fin d’année et fin de tout à la fête foraine des Tuileries. Je me demande s’ils ont aussi eu droit aux queues interminables et aux crêpes au sucre, les gentils people amis

Ca doit être le bon plan, de passer ses fins d’après-midi aux Tuileries et d’attendre que ça devienne soirée privée. Pour le plaisir de voir, euh, Dieudonné et, euh, Tibéri et, bon, on va oublier.

 

La France se prépare son petit DMCA, ça promet.

 

Pff, ils ont même changé Rags dans Spin City, les méchants.

 

Je ne saurai jamais ce que donnent les céréales Lion dans du lait.

 

Wow. Enfin, à titre personnel, je m’en tape un peu, et il y a plus important ailleurs, mais wow quand même. Il semblerait bien que les lois anti-sodomie que certains états américains avaient gardées aient perdu le droit d’exister. Hop, fini à partir du 25 juin, même les texans ont le droit de faire ce qu’ils veulent. C’est cool, même si le Texas n’était pas en tête de la liste des états que j’ai envie de visiter.

Marrant (enfin, marrant…) que la Floride (Miami et tout ça) et la Louisiane (Mardi-Gras et tout ça) aient fait partie des treize derniers états à maintenir ce genre de loi en vigueur.

via trabaca.com

 

K’s Choice (en petits caractères, pourquoi en plus petits caractères que d’autres, c’est quoi ce manque de respect ?) au festival Rock en Seine fin août. Voilà. C’est tout ce que j’ai à dire.

Ah, non, c’est pas tout ce que j’ai à dire, loin de là. J’ai aussi à dire : Ouin.

Sarah and Gert officially announced that k’s Choice, as a band, is taking some time off, as both brother and sister will each be developing their own solo career in the months and years to come.

Ouais, bon, je suis sûr qu’un album solo de Sarah Bettens sera bien aussi, mais ouin quand même.

Bouh.

 

Moi aussi, je veux un bébé labrador noir tout mignon tout joueur tout foufou et tout gentil qui saute sur moi avec ses grosses pattes toutes sales. Il était tellement mignon, et son maître avait l’air indigne (je sais pas vous, mais, moi, si je promenais un bébé chien, je ne le laisserais pas sauter sur les gens dans la rue ou se faire dévorer à moitié par un autre chien, mais bon, peut-être que ça vient de moi, hein). Il faut qu’on m’offre un labrador. Pis une maison pour aller autour, parce que sinon il va être malheureux, le pauvre. Je l’appellerai Pinky, et je lui apprendrai à ne pas venir déranger papa dans la chambre quand il a des invités (oui, des invités, parce que c’est pas la peine d’avoir une maison si c’est pour ne pas profiter de l’espace) et j’irai draguer avec lui sur les quais et on ira dans les auto-tamponneuses et on mangera des spaghettis ensemble et… euh… ok, c’est pas un labrador que je veux, c’est un mari. Mais je veux bien la maison avec quand même, hein.

 

26 juin

Les Griffin disparaissent la semaine prochaine ; à quoi joue Canal+ ?

 

Ouin, c’est les soldes, et j’ai pas un sou. Mais alors, pas un.

 

Les céréales Lion, c’est bon. (Pas encore testé avec du lait, je vous tiendrai au courant.)

 

Surtout, ne commencez jamais à grignoter un paquet de céréales Lion. Jamais, en aucune circonstance.

 

A propos de Google AdSense, il y avait une page que je n’avais pas lue. Et voilà que ça dit que les publicités AdWords ne peuvent pas apparaître sur des pages personnelles. Ca devient de plus en plus confus : un blog avec des dizaines de milliers de lecteurs quotidiens (quoi ? oui, je parle de moi, là, pourquoi ? ou peut-être que je me mets à la place d’autres, ou que je mythonne complètement), est-ce que c’est considéré comme une page personnelle, ou non ? Et, si oui, s’ils excluent les blogs (la FAQ recommande en passant de placer les pubs sur des pages de contenu qui ne changent pas fréquemment, je me sens visé), qui est-ce qu’il va rester qui puisse être intéressé par leur système ?

J’ai un peu de mal à bien comprendre leur business model. D’autant que, pour l’instant, je n’ai vu des pubs Google que sur quelques blogs (très populaires, et centrés sur la technologie). Alors quoi ? Si ça continue, il va falloir que je dégaine mon e-mail pour demander, mais… ouhla, non, trop éprouvant, et puis il fait trop chaud, on va dire.

 

25 juin

S’il n’était pas si tard, je vérifierais si Anne Parillaud rend regardable un film de Catherine Breillat. Mais il est si tard, il est même tellement si tard que le jour se lève, alors il faut que je me précipite dans le lit pour dormir avant qu’on soit demain. (Est-ce que vous comprenez mieux le concept des journées de trente-deux heures, là ? Non ? Tant pis.)

 

Il paraît qu’il est tout aussi dangereux de conduire en parlant avec un kit mains-libres qu’avec un téléphone normal. Le seul problème, c’est que l’étude n’a pas l’air d’avoir testé le cas d’une simple discussion avec un passager, alors que ça devrait probablement donner les mêmes résultats. Et je vois mal un gouvernement passer des lois interdisant de parler à ses passagers en conduisant. En tout cas, pas avant que les voitures ne soient conduites par des robots.

via gizmodo.com

 

Google Adsense est la nouvelle stratégie de Google pour capitaliser à la fois sur sa bonne réputation et sur ses robots. Et c’est bien. Sauf que les instructions ne sont pas claires, à plein de niveaux. La FAQ précise que seuls les sites en anglais peuvent participer, alors que ce script trouve des pubs en français si je donne l’URL de mon site. Ensuite, et plus confus encore, ils disent pouvoir traiter avec des webmasters du monde entier, mais réclament une Tax I.D. pour pouvoir les payer et, avec un nom pareil et aussi précis, je doute que ce soit quelque chose que les étrangers peuvent fournir. Pauvre nous.

En clair : ça a l’air vachement bien, mais j’ai la flemme de me documenter plus sur le sujet, alors je vous laisse le soin de tester de ma part et de me faire un compte-rendu sur le résultat. A vous.

 

J’avais quelque chose à dire. Je crois que ça avait un rapport avec le fait que, pour la première fois depuis pas mal de temps, je suis allé prendre un verre dans le Marais — à la terrasse de l’Open, pas moins. Mais avec trois hétéros parmi la tablée de six, ce qui fait baisser le score. J’avais quelque chose à dire, donc, d’un peu moins inintéressant que tout ça. Vous voyez ? Vous avez raté un post intéressant, parce que j’ai oublié ce que je voulais dire. C’est dommage, hein ?

A la place, je vais vous livrer une réflexion qui traîne sur mon bloc-notes, et qui n’a aucun rapport avec rien : j’ai du mal à imaginer qu’il y a une époque, pas si lointaine (bon, ça fait une douzaine d’années, quand même, ça date, quand on y réfléchit bien), où, alors qu’on lisait en classe Candide (ça devait être quelque part au collège, je crois), tout le monde (principalement les garçons, curieusement) s’était écrié d’une seule voix que ce n’est pas possible, de violer un homme. (Parce que Candide, pour ceux qui ne se souviennent pas, c’est un peu gore — si je m’en souvenais un peu mieux, j’oserais comparer à Oz.) J’ai carrément du mal à croire que j’aie pu un jour être innocent à ce point. Ca doit être parce que je n’avais pas encore Internet, à ce moment-là.

 

24 juin

J’ai fait une connerie.

J’ai acheté des carambar aux fruits cette semaine.

 

Panther

C’est pas vrai ?! Bon sang, c’est pas vrai ?! Dans OS X.3, ils ont trouvé le moyen de mettre du brushed steel jusque dans le Finder ?! Les designers de là-bas ont vraiment pété un câble, là, ça devient pathétique, on a dépassé le point de non-retour. Pour résumer en citant Daring Fireball : Metallic Finder Windows: Good god, shoot me.

En plus, la sidebar façon explorateur Windows, franchement, je suis sûr qu’ils pouvaient très bien s’en passer aussi. Est-ce que la fenêtre de finder à trois colonnes, héritée du NeXT, a disparu dans l’histoire ? Si c’est pour qu’OS X ressemble de plus en plus à Windows, merci bien, je vais pouvoir rester sous Windows avec l’intégrale Stardock.

Bonne idée, en revanche, le Secure Empty Trash (qui réécrit sept fois sur les fichiers effacés pour qu’ils soient irrécupérables), qu’il est très intéressant d’intégrer directement dans le système. D’ailleurs, si ça n’existe pas, ça devrait exister, comme extension freeware, dans Windows : suffit de rajouter un élément dans le menu contextuelle de la corbeille, c’est tout simple.

Exposé est une belle utilisation de Quartz, dont Microsoft ferait bien de s’inspirer pour Longhorn (dont le moteur graphique copie le fonctionnement de Quartz, qui revient à généraliser le concept des layered windows de Windows 2000/XP). Puisque toutes les fenêtres sont dans des bitmaps, hop, on peut les mettre à l’échelle et les arranger comme on veut à l’écran temporairement sans que ça ne dérange tout à l’organisation du bureau de l’utilisateur. Excellente idée.

Par contre, j’ai du mal à croire qu’il faille attendre OS X.3 pour avoir un raccourci-clavier qui affiche directement le bureau. Je ne me sers jamais du raccourci de Windows, mais quand même. Enfin, c’est un peu comme les labels (i.e., la colorisation des fichiers) qui réapparaissent dix ans après le passage d’OS 9 à OS X…

via al.blog.typhon.net

 

Phonecam blogging: c’est pas si mal, cette technologie peut avoir un intérêt après tout [src]

 

23 juin

La TV-cam, qui a fonctionné parfaitement pendant des semaines, fait n’importe quoi depuis que j’ai réinstallé Windows XP. Disparitions, plantages, erreurs de caméra… comme j’ai la flemme de retester (encore, et encore, jusqu’à ce que mort s’ensuive) d’autres logiciels que celui qui tourne actuellement (enfin, qui, là, ce soir, ne tourne pas, alors que je ne me souviens pas avoir rebooté depuis ce matin), je crois que la TV-cam ne va pas tarder à disparaître du site. (Combien on parie que la screencam la suivra, à nouveau ?)

 

22 juin

Je vais lancer une souscription : pré-achetez un film porno réalisé et monté (euh…) par garoo, pour un prix modique, pour que je puisse préacheter, euh, je veux dire, payer, les modèles. Livraison en DivX sur CDROM sous… sous une douzaine de mois. C’est tentant, non ?

 

Oh, un reportage sur le Belem sur France 5.

 

J’oubliais de préciser : le pseudo-minilog est commentable, maintenant.

 

Je mangerais bien des Chicken McNuggets, ça fait très longtemps…

 

Pauvre Christopher Reeves, réduit à jouer les doublures lumière de Stephen Hawking dans Smallville

 

Vincent Delerm est cool, drôle, et amoureux de Fanny Ardant. C’est mon double, quoi.

 

Moi aussi je veux aller à une soirée barbecue.

 

Best of Thé ou café, l’excellente émission de France 2 que personne ne doit regarder vu l’horaire, et je ne dirai qu’une chose : chère Catherine Ceylac (que j’aime beaucoup), changez de coiffeur. Pour le reste, ne changez rien (enfin, si, l’horaire, évidemment), mais perdre ou gagner vingt ans d’une émission sur l’autre, c’est un peu dommage.

 

21 juin

Voilà, c’est fait, les commentaires sont à nouveau en ligne, pas pour longtemps, peut-être même juste pour quelques heures, allez savoir. Et je vous préviens tout de suite, cette fois, j’applique la méthode que j’ai citée précédemment, qui consite à virer n’importe quel commentaire, sans préavis et sans justification, juste parce que j’en ai envie. Je fous qui je veux à la porte de chez moi si j’ai envie, non mais.

P.S. C’est à cause de la Fête de la musique, ou gens intelligents et cons se sont mis d’accord pour faire une grève des commentaires ?

 

Où l’on discute (encore) de standards, de leurs défenseurs qui m’attaquent, et de ceux qui s’en foutent et qui me défendent (mais ils sont moins nombreux).

Parce que, bon, ça me gave d’avoir tout ce truc insipide sur ma page d’accueil, alors je le mets dans la version longue du post. C’est déjà triste que je perde mon temps avec eux, je ne vais pas en plus perdre le vôtre.

 

AFFICHER L'ARTICLE

 

Oh, j’oubliais : motivé par la révélation d’hier que tout le monde est moins bien en vrai qu’en photo, j’ai refait des photos de moi hier soir. J’avoue qu’avec le recul je ne suis plus très sûr de voir le rapport entre les deux, mais il était deux heures du matin.

           

Quoi vous dites ? C’est trop petit, on ne voit rien ? Oui, je sais.

 

www.garoo.net — version 1859.1

Voilà.

Avouez que c’est plus joli, comme ça, avec plein de touches de rose et un joli fond de 49,4 Ko ! Là, comme ça, ça me plaît.

En fait, je ne suis pas capable de refaire à la fois la structure et le design : avant-hier, je me suis occupé de changer toute la conception du blog, en rajoutant les encarts en bref quotidiens et en implémentant mes journées de 32 heures (pas si trivial) ; hier, j’ai réussi à faire un design joli autour de ça. Joli, long à charger, et plein de tables imbriquées : tout garoo dans un layout !

 

Unfit

J’ai passé une bonne soirée (encore ? encore !). Et, maintenant, je suis déprimé et de mauvaise humeur. Ca m’arrive un peu trop souvent, ça, je trouve. Alors, pour la suite du post, je vais essayer de me remettre dans l’esprit et de faire comme si j’avais rédigé ce texte il y a six heures.

Tout d’abord, merci à XIII de m’avoir refilé une entrée gratuite pour la soirée de lancement de la semaine gay pride aux Tuileries, soirée gratuite, attractions gratuites, bouffe gratuite (enfin, avec des restrictions, j’y reviendrai), suite à la disparition inopinée de la personne qui devait, à l’origine, m’en avoir une.

Voilà, ça c’est fait. Qu’est-ce que je voulais dire, sinon ? Que je réfléchis trop. Je devrais me concentrer sur les bons souvenirs, positiver comme les verseaux sont censés savoir faire (paraît-il), et au lieu de ça, ben… Je l’ai toujours dit et réclamé : lobotomie !

Enfin, bref. Saviez-vous que la moitié attractions de la mini fête foraine des Tuileries sont dans un état déplorable ? Je sais bien que les fun houses (j’ai la flemme de chercher comment dire ça en français) ne doivent plus tellement faire recette en 2003, mais ce n’est quand même pas une raion pour laisser la moitié des, euh, machins, en panne. Je trouve que ça fait un peu tache, pour une fête foraine permanente en plein coeur de Paris.

Sinon… Sinon… Je ne suis pas influençable, j’ai juste besoin qu’on me pousse un peu à faire les choses que j’ai envie de faire mais que je n’ose pas. (Le premier qui me ressort ça à propos de travail ou autres insanités, il se prend une baffe. Ca n’a rien à voir, et je vous emmerde. Oui, ça faisait longtemps, hein.) Pourquoi je dis ça ? Parce que j’ai eu mal au coeur pendant trois quarts d’heure après être monté dans une attraction que j’aurais fui à toutes jambes il y a quelques années. (Ca s’appelle le Boomerang, et ça file vraiment mal au coeur — je veux dire, pas qu’à moi.) J’avais juste besoin d’une excuse, que quelqu’un dans le groupe insiste pour monter dessus. Soirées en boîte, acrobaties foraines… il ne manque plus qu’une chose à mon tableau de chasse : le karaoké. Je sens que, le jour où ça va arriver, ça va être l’apogée de ma carrière de gens vivant. Promis, il est fort possible que je ne vous tienne pas du tout au courant si ça arrive un jour.

Quoi d’autre… C’est que j’y ai passé quatre heures (minuit, d’ailleurs, c’est tôt, pour fermer, ça aurait dû commencer plus tôt ou finir plus tard), alors il faut rentabiliser et pondre un long post inintéressant sur le sujet. Euh, j’ai dit inintéressant ? Oui, oui, c’est bien ce que je voulais dire. (Et j’avoue que c’est bien confortable, de se dire que les commentaires sont désactivés en ce moment, et que quoique j’écrive je ne retrouverai pas de conneries plus grosses que les miennes dans la popup demain après-midi en me réveillant.)

Ah, oui, ça me revient (en fait, ça ne me revient pas tout seul, j’ai des notes, mais elles sont autant en bordel que ma tête, à quatre heures du matin). J’aimerais beaucoup savoir comment se passe le dédommagement des forains. Parce que, pour toutes les attractions, c’est un forfait simple à calculer. Mais pour la nourriture et les boissons ? Est-ce que c’est la faiblesse de leur rémunération qui les oblige à faire traîner pour ne servir que quatre crêpes par heure (et encore, pâte légère, et sans autre accompagnement que deux pincées de sucre), ou est-ce qu’au contraire ils font un bénéfice gigantesque en demandant aux organisateurs de les rembourser au prix fort ?

Dernier point de ce post définitivement fouillis : l’avantage d’une soirée qui rassemble tout le marais sur une unité de temps, de lieu et d’action, c’est qu’on voit quelques têtes connues, mais surtout des dizaines de visages déjà vus en photo sur DialH. Et là, juste une chose à en dire : quand je vois à quel point 99% des mecs sont beaucoup moins bien en vrai, j’ai beaucoup moins de scrupules à arranger vaguement (très vaguement, je pourrais faire beaucoup plus fort, visiblement) mes photos. En clair, il n’y en a qu’un que j’ai trouvé aussi bien en vrai, sur, disons, une trentaine de visages reconnus. Ah, non, deux : Kamel, de Star Academy est pas mal, en vrai. (Pour toutes les filles qui se mettraient à pleurer en lisant ceci : bon, il était à une soirée gay pride, et alors ? Ca ne veut rien dire, rien dire du tout, il n’y a pas de conclusion à en tirer, et je n’en tire aucune, loin de moi cette idée, et puis, en même temps, je m’en fiche. C’est juste qu’il était là. C’est un people, dans une soirée publique, j’ai bien le droit de dire qu’il était là, non ? Et puis, est-ce que je vous ai dit que je vous emmerdais, récemment ? Ah, oui, c’est vrai, ça me revient.)

Voilà. Soirée, donc. En bref : une nocturne dans une fête foraine (l’avantage, la nuit, c’est qu’on ne voit pas la ville autour, donc on peut avoir l’impression d’être en plein milieu de la Foire du Trône), tout gratuit et réservé aux gays, c’est le top du romantisme, et on peut difficilement trouver mieux pour… passer la soirée seul. (Avec des internautes. Mais ça ne compte pas, ça ne rentre pas dans la case romantisme.)

Comme quoi, j’ai réussi à le faire, mon post interminable, finalement. Est-ce que vous êtes arrivés à le lire en entier ?

 

20 juin

Là, tout de suite, j’aurais tendance à dire que c’est mal barré, pour la fête aux Tuileries, et j’ai comme l’impression que je vais passer la soirée chez moi, devant ma télé, à maugréer parce que je n’ai pas eu d’invitation.

 

Et dire que j’ai fait tout ce redesign moche juste pour intégrer le minilog ici.

 

Qui peut encore regarder le téléfilm érotique de M6 en 2003 ?

 

J’ai raté mon anniversaire à cause de ce redesign. Hier (ou avant-hier, je ne sais plus, et la précision a peu d’importance dans mon monde), j’étais à 1993 posts, ou quelque chose comme ça, j’ai la flemme de vérifier mes logs ICQ. Aujourd’hui, là, maintenant, avant de poster ce texte que je suis en train de taper et que vous êtes en train de lire grâce à la magie de la relativité du temps, je suis à 2098. Forcément : le but du redesign du site, c’était de fusionner le minilog avec le blog, ce qui implique que tout ce qui était le minilog est maintenant dans la base principale. Puisque c’était le principe. Et, du coup, j’ai raté mon postiversaire. Alors qu’un postiversaire comme celui-là, ça n’arrive que, quoi, tous les huit mois ? (Calcul rapide et hasardeux que je ne détaillerai pas.) (En même temps, il est facile à retrouver, mais en fait je suis tellement fatigué que je ne suis pas sûr de ma division par deux, alors je préfère ne pas trop m’avancer.) En plus, le prochain va tomber en pleine période des fêtes et de mon anniversaire, alors que ça aurait pu être sympa de faire une grande fête (virtuelle, forcément virtuelle) en juin, juste avant… Ah, non, c’est bon, il y a la fête de la musique et la gay pride dans les dix jours qui viennent, ça rattrapera. Tiens, demain, je vais aller aux Tuilerires (enfin, si j’ai une invitation, sinon je vais couiner toute la soirée devant les grilles pour me faire remarquer) avec un chapeau pointu et un machin qui fait turlututu.

Non, le turlututu, aux Tuileries, vaut mieux éviter.

Et puis, de toute façon, je bluffais.

 

Quand je vois ce que Nicola Sirkis est devenu (ou plutôt, ce qu’il n’est pas devenu, à savoir : vieux), je me dis que le complexe de Peter Pan en général, et le mien en particulier, a de beaux jours devant lui. Je sais bien que ce n’est qu’un exemple parmi de nombreux autres, mais il se trouve qu’il me touche particulièrement pour plusieurs raisons distinctes. Toujours est-il qu’à son âge moi aussi je serai couvert de blanc de clown et je cacherai mes rides avec mes cheveux pour bouger dans la télé.

 

www.garoo.net — version 1859.0

Alors, voilà, redesign. C’est pas super joli, c’est même limite pas beau, je ne sais pas ce qui m’a pris, mais j’avais envie de changer la structure du site, faire une espèce de calendrier, un truc machin pas très joli et pas très intéressant mais qui intègre le minilog de façon plus naturelle.

Et encore, vous avez échappé à l’idée que j’avais eue pour la page d’accueil.

Et quand je veux, je poste des choses intéressantes. Là, je veux peu.

 

19 juin

RSS to IMAP : The perfect versatile aggregator

 

18 juin

Digestion chaotique de la livre de pain de mie que je me suis boulimiée hier soir, coupe de cheveux ratée limite façon incorporation, je me demande ce que sera le point culminant de ma journée. Ah, non, je le sais déjà : je vais m’apercevoir que j’ai raté l’enregistrement des épisodes d’hier de Six Feet Under. Déjà, là, j’ai failli rater Les Griffin. Je vous ai dit que la troisième (et dernière) saison inédite des Griffin passait tous les soirs sur Canal+ ? Parce que ce serait dommage de la rater !

 

Japanese truckmods : Si on pouvait conduire ces choses sur les routes françaises, j’en voudrais un.

 

17 juin

Faut que je bosse. Faut que je bosse. Faut que je bosse. Faut que je bosse. Faut que je bosse. Faut que je bosse. Faut que je bosse. Faut que je bosse. Faut que je bosse. Faut que je bosse. Mais pour qui ?

Qui n’en veut d’un petit site à mille, deux mille ou trois mille euros ? (Non, le prix n’est pas au choix, il est à la tête du client il dépend du site.)

 

16 juin

Buffy — 7.03—7.06

Wow, quatre épisodes d’un coup ! Sans indigestion, mais sans entrain particulier non plus. On est loin, très loin de la nullité de la saison 6 ; là, on serait plutôt au niveau de la médiocrité de la saison 4. Clair que, si ce n’était pas la dernière saison, ça pourrait parfaitement attendre le passage sur M6.

Un peu plus de détails ? Oh, pas grand chose à dire, surtout que j’ai eu la flemme de rédiger ce post juste après avoir vu les épisodes, qu’on est donc le lendemain, et que ça va me pousser à faire encore plus le tri sur ce que j’ai à dire.

 

AFFICHER L'ARTICLE

 

15 juin

Sweating out my boredom

Je n’aurais jamais cru que je puisse passer une aussi bonne soirée au Scorp. Pas, comme la fois précédente, une soirée surprenamment pas mauvaise, mais simplement une bonne soirée. Deux heures à se remplir de jus d’orange (ça aide : pour les fois où j’irai sans être invité par des alcooliques, il faudra que je prévoie de me bourrer de liquides — ahem — avant d’y aller), deux heures à danser, et une demi-heure à faire des mamours (bien sûr, ça aurait pu être un peu mieux si cette dernière partie avait été plus développée, mais pour un début c’est déjà bien), et je ne dirai rien de plus parce qu’il faut être un écrivain très talentueux pour rendre par écrit les sensations ressenties à danser sur de la (pas très bonne) techno, et je ne le suis pas (écrivain très talentueux). Ce n’est même pas un appel aux compliments, puisque l’option commentaires n’est pas disponible sur le blog en ce moment. Je dirai donc, à nouveau, merci au Paumé de m’avoir invité.

Dire qu’à une époque pas lointaine du tout, si un mec m’avait dit qu’il avait dix ans de moins que moi, les policiers m’auraient attendu à la sortie.

Ah, et il faut que je me souvienne : la prochaine fois, le pantalon en toile, on va éviter. Bon, ce n’est que du sel, mais ça fait quand même moyennement classe quand on sort de boîte accompagné à six heures du matin.

 

14 juin

Glory

Tee-hee. Ca y est, les grands médias m’ont remarqué, à moi la gloire. Bon, enfin. Ca y est, il y a un article qui parle de moi dans e-male. Vous ne vous rendez pas compte depuis combien de temps j’attends ça !

Alors voilà, amis lecteurs d’e-male (si vous êtes mignons, écrivez-moi, je suis célibataire en ce moment, et je le serai encore certainement sur l’ensemble des quinze jours de parution de l’article), je vous souhaite la bienvenue. C’est dans ce genre de circonstance que je me dis que l’accueil des nouveaux arrivants pourrait être amélioré ; ça fait un moment que j’ai des idées dans ce domaine, mais je n’arrive pas à m’y mettre. Donc, bienvenue à tous, même à ceux qui ne lisent pas e-male. Mais pour ceux qui débarqueraient suite à cet article, ben, vous êtes encore plus les bienvenus puisque, comme je disais, je suis célibataire. Ok, je raconte n’importe quoi, et ce n’est pas parce qu’il est un heure du matin, mais parce que c’est le principe de ce blog.

C’est dommage que l’article précise : Ici les visiteurs peuvent aussi réagir à ses propos, ce qui donne une bonne dynamique. Pas de chance ! Il y avait encore des commentaires il y a quelques jours, mais là ils sont supprimés. Ils reviendront peut-être, mais, là, tout de suite, c’est peu probable. Vous savez, la particularité quand on se met à publier sur Internet, c’est que ça attire les cons (on appelle ça des trolls pour faire plus diplomate, mais en fait le mot est trop léger), et que c’est ensuite très difficile de s’en débarrasser. Il ne reste plus que la politique de la terre brûlée.

Donc, voilà. Qu’est ce que je disais ? Ben, merci au responsable de la page internet d’e-male ! (Même si de gros logos gayattitude.com seraient beaucoup plus jolis et plus intéressants, en bas de page, que les logos gayvox. Mais c’est un goût personnel. Et je suis peut-être un peu subjectif.) Je le salue d’autant plus que cet article, contrairement à beaucoup d’autres sur le sujet, ne dit pas du tout de conneries sur le principe du blog. Promis, je ne dis pas ça seulement parce qu’il trouve mon blog bien écrit.

P.S. Ah, oui, je voulais dire, aussi, que vous n’arrivez pas au meilleur moment. Il y a des hauts et des bas et, là, je ne sais pas si c’est à cause du beau temps, mais je poste moins, et moins intéressant. Mais revenez quand même ! Si, si, revenez, n’arrêtez pas de revenir !

 

AFFICHER L'ARTICLE

 

13 juin

Je veux une autre vie.
Je veux un autre monde.
Je veux…
Je ne vois pas ce que je pourrais vouloir qui puisse résoudre mes problèmes.

 

12 juin

And comments I consider merely unpleasant (not "abusive," "merely unpleasant" is enough) will be blasted into the ether with extraordinary swiftness, so kindly keep it upbeat, please.
(Pas de traduction, j’ai la flemme ce soir.)

Ah ben voilà, j’aurais dû prendre ça, comme ligne directrice. Si je rouvre les commentaires, je ferai comme ça, tiens. Je n’aurai plus qu’à recruter quelqu’un pour filtrer les commentaires avant que je les lise, et ça sera encore mieux.

 

11 juin

Astérisques piqués à A. L.

 

10 juin

— C’est marrant, dans 100% Question, des fois ils ont l’air de gibier pris dans les phares d’une voiture, et des fois y’en a des mignons.

— Souvent, y’en a de très mignons.

— Arf, souvent, souvent, je dirais pas, non.

— A chaque fois que je regarde je me fais la réflexion moi. Ils sont souvent très cute.

— Tu as plus de chance que moi, alors. Ou tu es encore plus en manque, mais je ne suis pas sûr que ce soit humainement possible.

Ca fait bizarre de penser que je passe la plupart de mes après-midi sur France 5 depuis plusieurs semaines, typiquement de 13h30 à 18h30 (avec la tv-cam, je ne peux pas tricher). Moi. Devant France 5. Manquerait plus que je me mette à regarder Arte (mais, là, y’a un peu de marge, quand même).

 

Tant qu’on y est dans les problèmes d’anglais, de français et de franglais : j’ai irrésistiblement envie d’étriper à mains nues le marketeur qui a trouvé l’idée de créer la série limitée Ford Centenium pour le centième (devrais-je dire centilième ?) anniversaire de la marque. Quitte à trouver un nom con, ils ne pouvaient pas au moins l’orthographier correctement ?

P.S. Et c’est pas fini : l’isy-pil des boîtes Saupiquet, dans le genre couillon, ça se défend plutôt pas mal non plus. Mais où est-ce qu’ils vont chercher leurs marketeurs ?

P.S. Il y a aussi d’autres raisons de ne pas acheter une Ford Centenium.

 

Aaaarg. Ca fait trois fois que je vois la VO de Great Expectations version South Park, et trois fois que Malcolm McDowell se présente en disant I’m a British person. Terrible, non ? Non, ça, c’est ce qui est drôle. Ce qui me donne envie de hurler, c’est le sous-titre : Je suis une britannique personne (sic, donc). Je sais que ce n’est pas donné à tous les adaptateurs de comprendre en quoi c’est drôle qu’un acteur anglais passablement connu se présente en disant Je suis un britannique, mais est-ce vraiment une raison pour traduire n’importe comment ?

Je suis bilingue et je tape vite, ça n’intéresse personne ? Ca serait plus intéressant pour moi que de faire un site web, surtout que je ne sais plus comment trouver des clients (et on me dit régulièrement que c’est une mauvaise période pour les graphistes indépendants, en plus, alors ce n’est même pas vraiment la peine d’essayer de commencer à penser à voir comment je pourrais chercher un semblant de contrat). Et j’ai besoin d’argent, là. Un livre à traduire ? Un film à sous-titrer ? Appelez Garoo au 1-800-TRANSLATE !

 

9 juin

Mais où trouvent-ils les chats qui sont photographiés sur les sachets Whiskas ? Je veux l’adresse de leur élevage, moi. Même si je n’aurais pas les moyens d’y acheter un chat. Quoique, en échange d’un site web ?

Cette fois, la section cadeaux de leur site est ouverte, mais les fonds d’écran sont des stock photos (très belles quand même, faut dire, et disponibles jusqu’en 1600x200, le tout sans même le moindre logo ou adresse web, c’est à saluer), il n’y a pas les photos des chats Whiskas. Zut. Mais à quoi ils pensent, ces webmasters ?

Je me lancerais bien dans les stock photos de chats (ça marche toujours), mais notre LeChat n’est pas tellement du genre à poser. Enfin, sur le coin de mon lit, oui, mais ça ne fait pas un très joli décor. Bon, et puis, vu le succès du Garoothon, de toute façon…

P.S. Saviez-vous que Whiskas, comme Frolic, Pedigree et Kitekat, est une marque Mars Incorporated ? Ca donne envie de manger des Mars, des M&M’s, des Maltesers, des Milkyway, des Snickers et des Twix. Mais pas des Kit Kat qui, contrairement au Kitekat, n’apparaissent pas dans la liste des trademarks Mars. C’est bizarre. Ou peut-être qu’ils mélangent, et que c’est en fait le même produit, au E sur le conditionnement près.

P.S. On me signale que Kit Kat est fabriqué par Nestlé. Il va donc falloir se rabattre sur l’hypothèse B : Mars Incorporated a lancé Kitekat pour emmerder Nestlé. (J’utilise plein de gros mots, en ce moment. Ca doit être parce qu’au fond de moi je n’ai pas envie de poster, alors je vous le fais payer à ma façon, en postant des articles totalement inintéressants et pleins de gros mots.) Et ce n’est pas la peine d’aller chercher qui a créé sa marque en premier, parce que, fondamentalement, si c’est faux, je m’en fiche, je préfère ma version. Même que je préférais la version précédente. Kit Kat Chunky, comme les chunks dans les boites de Kitekat !

P.S. Et le site américain de Whiskas ne répond pas, donc je ne pourrai pas voir si chez eux il y a des photos des chats des pubs. Ni si ce sont des chats français ou américains.

 

Depuis que j’ai réinstallé Windows (sur mon disque dur 80 Go tout neuf, je ne sais plus si j’en ai parlé, j’ai de quoi faire des heures de montage DV maintenant, il me manque juste un sujet), quand j’utilise Ctrl-Gauche ou Ctrl-Droite pour me déplacer de mot en mot dans une fenêtre de dialogue de Miranda, il considère les lettres accentuées comme des séparateurs de mots. Comme deux séparateurs de mots. Donc, si j’écris, par exemple, euh, prémédité (exemple réel), je dois appuyer six fois sur Ctrl-Gauche pour me retrouver au début du mot. Je sais que tout le monde s’en fout, parce que pratiquement personne n’utilise ce genre de raccourci-clavier, mais j’aimerais quand même bien savoir pourquoi, d’un coup, sur un Windows neuf, et alors que j’utilise mon installation Miranda précédente (donc, pas de changements de plugins ou de configuration), ça se met à faire n’importe quoi. Je suppose qu’il va falloir que je réinstalle Miranda au cas où il mettrait quelque chose dans la base de registres, mais je trouve ça un poil bizarre, comme comportement.

 

Qui a créé cette légende selon laquelle on deviendrait plus sage et plus raisonnable en vieillissant ? Parce que c’est faux. C’est limite le contraire, même. Ah, oui, ça me revient : ça a été inventé par les parents, pour avoir toujours raison vis-à-vis de leurs enfants. Du coup, je ne peux pas me permettre d’affirmer de façon péremptoire que c’est faux (bien que je le pense), parce que je ne suis pas parent, que je suis pédé, et que je souffre du complexe de Peter Pan. Mais moins que la moyenne du milieu gay, quand même, je tiens à le préciser. Il n’y a qu’à voir, je ne mens pas sur mon âge quand je suis sur DialH. Enfin, pas encore. Ca ne va pas durer, mais ne le répétez pas.

Et avec tout ça, j’ai explosé la fermeture éclair de mon pantalon tout neuf de cet hiver des soldes. Ce n’est pourtant pas le moment de gaspiller, avec le peu de vêtements mettables et le peu d’argent dépensable que j’ai en ce moment. Alors, maintenant, j’ai maintenant une fermeture éclair explosée, mais bloquée avec du fil noir cousu main que je sais pas coudre. So decadent.

Et je poste ça uniquement parce que je trouve mon blog trop vide en ce moment.

 

8 juin

Il fait trop chaud pour bloguer, ou quelque chose comme ça.

 

7 juin

Salary Timer : (remember one dollar pretty much equals one euro) [src]

 

Vergès veut transformer Canal+ en TF1 : Quelle surprise, vu qu’il a un peu été engagé pour ça

 

Je suis amoureux, et ceux qui n’ont pas regardé On ne peut pas plaire à tout le monde ce soir ne peuvent pas comprendre. Quoique, l’avoir vu en concert il y a un an et demi, ça aide aussi. C’est incroyable ce qu’il a changé depuis ses premiers passages télé : faut croire que ça l’a bien décoincé, le succès (même limité). Dommage qu’il soit (aux dernières nouvelles, j’ai la flemme de vérifier) scorpion. Enfin, pas dommage, parce que ça me fait ça en moins comme frustration ; il vaudrait mieux que je me concentre sur les mecs que je ne peux pas avoir qui sont sur DialH, ça en fait déjà suffisamment plusieurs.

 

6 juin

La rediffusion mercredi du documentaire de Canal+ sur les différents modes d’animation m’a donné une idée : à défaut d’avoir une idée formidable de court-métrage, je devrais faire des animations Flash en rotoscopie à partir de prises de vue DV, tiens. Ca m’occuperait. Il y a moins d’enjeu, vu que ce sont juste quelques heures ou jours de travail pour une publication sur mon site, alors je dois pouvoir trouver des choses à faire. Ou pas. Il faut que j’y pense encore un peu. Je ne devrais pas l’écrire dans mon blog, je vais oublier, j’oublie toujours une fois que c’est posté.

 

Le factoïde du jour, c’est que les empilements instables de briques sont instables. Et que tomber d’une pile de briques instables sur des briques répandues au sol par la chute d’une pile de briques instables, ça fait mal. Mon majeur droit a doublé de volume dans la nuit, mais à part ça, ça va, tant que j’arrive encore à taper. Il y a quelque chose à faire pour faire désenfler les entorses mineures, ou il faut juste attendre ?

Enfin, quand je dis qu’à part ça, ça va, c’est une façon de parler. J’ai aussi complètement explosé mon régime chez Flunch — c’est bon, mais copieux, et j’aurais particulièrement dû éviter le coup de grâce sous forme de millefeuille industriel. Je suis bon pour faire un jeûne de trois jours juste pour rattraper ça. Ceci dit, il faut voir le bon côté des choses : il y a un mois ou deux, je me serais juste senti un peu ballonné après tout ça ; hier soir, avant de prendre le train que je n’ai pas pris pour cause de grève, j’ai cru que j’allais mourir d’étouffement. C’est dommage. Que je n’aie pas pris le train, parce que j’aurais bien aimé, ça fait une éternité que je n’en ai pas eu l’occasion. C’est dommage, aussi, que je n’aie pas pris mon appareil photo, parce qu’il y avait quelques images à faire.

 

4 juin

Non seulement A.I. est beaucoup moins bien la deuxième fois qu’on le regarde, mais en plus je préférais largement, très largement la voix française de Teddy. Je précise donc ce que je disais : je veux un Teddy francophone absolument.

 

3 juin

Par suite d’encombrements, votre appel ne peut aboutir. Pour toute réclamation, veuillez vous adresser à l’opérateur que vous avez choisi.

Fallait que ça arrive. Forcément. Je suis sûr que, si je passais à l’ADSL (ça ne va pas être pour tout de suite, faudrait que j’aie un poil plus d’argent devant moi, pour commencer), mon provider se mettrait à ne plus marcher dès que je commencerais à y prendre goût. Enfin, c’est la loi de Murphy, et tout le monde la connaît déjà. Voilà, donc, ça y est, Cario (ou plutôt le provider chez qui ils sous-louent) est saturé, et je dois renouveler mes appels trois ou quatre fois pour arriver à me connecter (ce qui fait donc une vingtaine de tentatives par jour, puisque depuis quelques semaines je suis déconnecté régulièrement) et j’ai ce sentiment désagréable et sournois que ça ne va pas aller en s’arrangeant. Ah la la, au moins, avant que l’informatique existe, on n’avait pas tous ces problèmes. Dire que je pourrais élèver tranquillement des chèvres dans le Larzac, si seulement je n’avais jamais entendu parler d’Internet.

 

J’ai installé un plug-in pour Miranda qui permet d’attribuer des sons personnalisés aux messages reçus des différents correspondants, et je suis maintenant en butte à une question existentielle : qu’est-ce que je vais pouvoir trouver comme sons pour chacun ? (Je dirais bien chacun et chacune, mais il n’y a pas la moindre chacune dans ma contact list. C’est la vie.) Et j’ai finalement eu une idée : je demande à tous ceux qui sont dans ma contact list de m’envoyer (par ICQ ou mail, mais vous savez que je n’aime pas les trop gros fichiers attachés, n’est-ce pas ?) un fichier .wav dans lequel ils font uh-oh façon son par défaut d’ICQ, avec leur bouche. Voilà. Le tout sera remixé en Dolby surround et édité sur CD et DVD disponibles dans toutes les bonnes fnac. Euh, non. Le tout sera peut-être utilisé pendant quelques heures comme sons dans Miranda, le temps que je me lasse.

 

£1.75 million : Fuck, I should have worked more with 3D grafx [src]

 

2 juin

Pourquoi les Triangolini ne sont-ils plus équilatéraux ? Ca fait bizarre, ils ont l’air mal formés.

 

Merde… c’est la première fois depuis que mon compte est à la Poste qu’un prélèvement est refusé — non seulement ça coûte 50 F que je n’avais déjà pas, mais en plus je n’ai pas de rentrée d’argent prévue dans l’immédiat. Ni dans le non-immédiat. Ni sur les cinquante prochaines années, en fait. Je devrais plutôt fermer mon compte et aller dormir sous un pont, surtout qu’il fait beau en ce moment. Ou alors, vendre tout mon matériel informatique sur ebay, résilier tout sauf Canal+, et ne plus passer mon temps que scotché devant la télé jusqu’à ce que mort cérébrale s’ensuive. Quoique, il doit y avoir des solutions plus rapides. Comme se coucher sur les rails du TGV pour protester contre les OGM et la pneumonie atypique, ou faire un site web pour de l’argent. Mais j’ai l’impression que j’aurais moins de difficulté à escalader les grillages autour des lignes haute vitesse qu’à trouver des clients.

Quoi qu’il en soit, il faut que je fasse l’un ou l’autre avant jeudi, pour avoir une bonne raison de ne pas passer 36 heures en province à faire des travaux dans une maison en ruines. Il faut que je pense à jouer au Loto pour mercredi.

 

Irréversible (bis)

C’est un peu énervant, après avoir détaillé hier les principales raisons pour lesquelles j’avais détesté le film, d’être maintenant en train de me demander s’il n’était pas plutôt réussi. Mes objections tiennent toujours, mais c’est le genre de film qui tire plus son intérêt du souvenir qu’il laisse que du moment qu’on passe à le regarder… Le genre de film qu’il est hors de question de regarder une deuxième fois, et dont seuls comptent, donc, les flashes qu’il peut laisser gravés dans la mémoire.

Je n’ai plus qu’à vous donner rendez-vous dans un Irréversible (ter) où j’essaierai d’analyser pourquoi ça me dérange autant d’envisager de dire du bien de ce film…

Hmf. Saleté de film à retardement.

 

Les commentaires retournent là où ils devraient toujours être : dans une popup, parce qu’ils ne font pas partie du site (c’est mon blog, ils n’ont pas à être mis en valeur). J’ai également ajouté une variable de configuration qui me permet d’activer ou désactiver les commentaires en quelques secondes selon mon humeur, alors ne soyez pas surpris s’ils disparaissent ou réaparaissent d’un jour à l’autre.

 

Irréversible

Je suppose que je peux être heureux d’avoir vu ce film à la télé, caché derrière mon ordinateur, plutôt que sur grand écran, dérangé par les spectateurs qui sortent. On va faire court : j’ai survécu au film, et je ne vois pas l’intérêt.

 

AFFICHER L'ARTICLE

 

1 juin

Les réalisateurs de la nouvelle pub 206 ont sûrement autre chose à faire que de lire mon site (quoique, au prix où ils doivent être payés, ils peuvent bien passer leur temps sur Internet entre deux spots), mais je voudrais quand même les féliciter. Voilà. Félicitations. C’est trop mignon.

 

Fêtons tous ensemble le retour du moodlog ! Je ne sais pas pour combien de temps il est là, mais il devrait au minimum passer la nuit (quoique, de nos jours, on ne peut jamais être sûrs de rien).

Et c’est à peu près tout ce qu’il y a à dire sur ma soirée.

 

Archives

2001   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2002   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2003   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2004   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2005   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2006   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2007   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2008   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2009   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2010   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2011   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2012   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2013   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2014   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12