1 février 2004

Pédéblogueurs 2004.02

Le mois de février vous est offert par le Journal d’un paumé.

Contrairement à janvier, ce mois-ci la mise en scène n’a rien à voir avec le mois, ni avec le blogueur (je précise pour ceux qui n’ont pas compris que si janvier était en soldes, ce n’était pas que Manu va emménager dans une vitrine à Amsterdam, mais juste une thématique “janvier”). Vous pourrez voir dans le quatrième bonus track mon idée d’origine : trop ambitieuse, beaucoup trop ambitieuse côté post-production. On fera ça en 2005, quand j’aurai un vrai studio, un fond bleu et un moyen-format numérique. Comme j’ai réalisé dès la prise de vue que ça allait être une galère, on s’est rabattus sur une autre mise en scène… dont vous ne profitez pas totalement, parce que ça ne ressortait pas bien à l’image. Résultat, vous avez une simple photo d’un paumé dans un lit. Mais c’est bien quand même, pour un calendrier, non ?

Avant de commencer ce calendrier, je n’avais jamais fait de photos pour réaliser une idée de départ : j’avais toujours profité des hasards du décor, qu’il soit naturel ou intérieur, et de la lumière, pour photographier le modèle sous le meilleur angle. Là, en ayant une idée de départ précise, il y a beaucoup plus de risques de se planter, c’est compliqué. C’était donc mon premier plantage — pas trop raté quand même, pour un plantage.

En attendant, je crains que cette photo fasse un peu peur aux prochains pédéblogueurs… heureusement, il y en a déjà plusieurs d’inscrits, et je n’accepterai pas de désistement. Surtout, la particularité de février est qu’il s’agit d’un blogueur anonyme : c’est dans l’ordre des choses, si on veut cacher sa tête, il faut montrer plus de peau pour que la photo ait un minimum d’intérêt. Comme tous les autres blogueurs préinscrits ne cachent pas leur visage, il n’y aura probablement pas de mois de la partouze (quel mois ça serait, quelqu’un a une suggestion ? ah, si, je sais : juin, pour la gay pride), vous pouvez être tranquilles.

Bon, et sinon… des commentaires ?

Je trouve Evelyne Bouix totalement méconnaissable : c’est ma mémoire, ou un gros lifting ?

Taken : ça ne valait vraiment pas la peine de se taper les dix épisodes.

2 février

Ca alors, c’est pas fini, les soldes ? Je suis riche, et c’est encore les soldes ? Bon, ok, il n’y a plus rien dans les rayons — et, en plus, mes honoraires n’ont pas encore été crédités sur mon compte — mais… ça dure combien temps ?!

P.S. (C’est ça quand on fait quelque chose en même temps qu’on blogue, on oublie ce qu’on voulait dire.) Heureusement, il ne reste plus grand chose, côté tentations, donc je peux me contenter de l’essentiel : trente neuros pour trois jolis t-shirts, je vais être tout beau ce printemps et cet été. Il était temps, ça commençait à être vraiment la misère. D’ailleurs, je me demande si je n’aurais pas dû en prendre deux ou trois de plus, pour la route. Il faudra que je fasse un tour à H&M demain.

En attendant, ce n’était pas pour ça que j’étais allé faire des courses, mais pour du matériel photo, sauf que ces flemmards sont tous fermés le lundi. Alors on réessaie demain…

3 février

Je hais les gens.

Enfin, surtout les hommes, mais c’est parce que je ne connais pratiquement pas de femmes, alors je ne suis pas confronté quotidiennement au fait qu’elles ne valent pas mieux (ça ne me déplairait pas, d’être hétéro et de croire que les femmes ont du mystère, du charme, sont une contrée inexplorée et toujours à découvrir, toutes ces conneries juste parce qu’elles ne sont pas montées pareil).

Tous.

Insupportables.

Curieusement, je haïrais plus que tout quelqu’un comme moi, mais je me supporte — pas tant par habitude que parce qu’on ne fait pas les mêmes chose avec soi, on n’attend pas les mêmes choses de soi (je n’ai pas besoin d’être possessif avec moi-même, par exemple, et je n’attends jamais que je me rappelle, ni que j’arrive à un rendez-vous avec moi). Mais les autres, non, ils sont tous pires les uns que les autres, plus incohérents, plus égocentriques, plus incompétents, plus malcomprenants, plus… rha ! Au fur et à mesure des années, j’ai doucement, progressivement enrichi la liste des signes du zodiaque que je ne supporte pas. Au début, deux ou trois, les plus caractériels, les moins fiables. Ca a assez vite grimpé à huit ou neuf. C’est resté stable un moment et… là, pouf, d’un coup, on en est à onze virgule quatre-vingt-dix-neuf. En gros, il reste l’exception qui confirme la règle, quoi, celle qui ne compte pas dans les statistiques. Je suis donc vraiment, vraiment fait pour être ermite.

Tout ce qu’il me faut, c’est que ma grotte se trouve près d’un lieu de drague. Et que j’aie une douche, parce que, sinon, ça ne sert à rien… et un miroir, un rasoir, une tondeuse, des vêtements propres et récents et… ah, oui, un lit, pour ceux qui ont besoin de leur confort. Zut. Trop cher, tout ça, pour cadrer avec le concept.

Et je suis trop vieux pour devenir eunuque, non ? Il me semble que, si on coupe maintenant ça ne changera rien aux envies, seulement aux capacités (donc encore plus de frustration — mais peut-être qu’on s’y habitue).

Fuck.

(Le moodlog, c’est beaucoup plus drôle quand c’est à vous-mêmes de le tracer à partir de mes posts, en fait.)

Je devrais peut-être oublier cette idée de fusionner blog, minilog et photolog, et me concentrer plutôt sur la finalisation du redesign.

Pourquoi le driver de mon imprimante ne propose pas de sortir les pages en ordre inverse, pour que je n’aie pas à les reclasser ?

4 février

5 février

6 février

Ah, les soldes et cette illusion grisante de combiner le plaisir de dépenser avec la satisfaction d’économiser, l’arnaque ultime au service de la société de consommation, soutenue officiellement par l’Etat deux fois par an (rien de plus normal, en fait : le Loto aussi, c’est l’Etat).

Je m’étais stoïquement résigné à l’idée d’encaisser mes honoraires trop tard pour profiter des soldes de cet hiver ; quelque part, au niveau de ma raison (vacillante), ça m’arrangeait, puisque ça voulait dire moins de dépenses. Moins de vêtements dans mon armoire, mais plus d’argent sur mon compte. Résultat, les soldes, ça dure un mois et demi, et j’ai passé la semaine à faire chauffer la carte bleue (façon de parler : plafond oblige, j’ai tout payé par chèques).

Bilan d’une semaine de courses : trois t-shirts à manches longues chez Clockhouse ; trois flashes d’occasion et leurs cellules de déclenchement en esclave dans la seule boutique du Boulevard Beaumarchais dont le vendeur ne m’a pas regardé comme un neuneu parce que je cherchais de la bidouille, et que quand on est photographe, on fait ce qu’on a les moyens de faire, on ne bidouille pas un studio avec trois flashes portables, ah non, ça ne se fait pas, quand on est pauvre on ne fait pas de photo et c’est tout et, tiens, c’est une coïncidence bizarre que le gérant de cette boutique soit asiatique façon Surcouf district, pour ceux que ça intéresse il est au 89) ; cinq t-shirts et un pantalon H&M ; deux paires de baskets et un jeans Carrefour ; deux pulls et un pantalon Delaveine (vêtements sympas, je ne connaissais pas, éviter juste les fermetures éclair) ; deux t-shirts et plein d’accessoires que je ne mettrai jamais H&M. Je ne vous mets pas les prix, ça me déprimerait. Je n’ai jamais eu autant de vêtements. Ca fait bizarre. J’ai l’impression d’être un pédé.

Et j’ai encore oublié les cartes vidéo. Mes préoccupations sont tellement loin de l’informatique, en ce moment.

Il n’est pas exclu que je mette en rapport mes nouveaux vêtements et mes nouveaux flashes pour faire quelques photos et montrer ma magnifique gueule sur le blog. Mais il n’est pas exclu non plus que je ne le fasse pas.

P.S. Suis-je bête, j’oubliais la formidable voiture radio-commandée au 1/43 de Majorette. Si vous saviez comme je rêvais d’un truc comme ça, quand j’étais petit. Bien sûr, là, ça arrive un peu tard, je suis trop vieux pour jouer avec. Mais c’est pas grave. Si ? Non.

7 février

Evidemment, c’est juste le jour où j’ai oublié mon calepin chez moi que j’ai une grande idée de court-métrage (eh oui, on y revient, ça doit être cyclique, toutes les fins d’hiver, hop, une idée film). J’ai donc couvert de notes le dos des trois dernières pages de mon chéquier. De toute façon, je n’ai jamais utilisé ces ordres de virements.

Cette fois, il n’y a pas de chansons, pas d’effets spéciaux, seulement trois acteurs et une pièce presque vide. C’est dire si c’est plus réalisable que la version 2003. C’est pas pour autant que ça va être nécessairement réalisé, mais pour une fois c’est une vraie idée de court — et moi qui ne pensais pas être capable d’en avoir une !

From: L\’équipe Tiscali (sic)
Vous êtes né(e) le _DATEANNIV_ (re-sic)
Cher(e) abonné(e), il y a des jours qui sont importants !
Et aujourd’hui plus qu’un autre car c’est votre anniversaire.
A cette occasion, nous vous offrons
10 SMS gratuits !

C’est sympa. Ca ne coûte rien, d’autant plus que je ne m’en servirai pas, mais c’est sympathique, une petite attention comme ça. Je suis inscrit sur plein de choses, pourquoi seuls ces xxxx de Tiscali y pensent ? (Bon, je suis de mauvaise foi : je n’ai pas relevé mon adresse à spams récemment.)

Ceci dit, s’ils prennent la peine de rater la configuration de leur mailing pour insérer la date de mon anniversaire (qu’ils veulent me rappeler pourquoi, au fait ? je suis au courant que je suis né le _DATEANNIV_, merci), ils pourraient aussi récupérer mon sexe depuis leurs fichiers, ils doivent bien l’avoir. Quels pros, tout de même. Je ne comprends vraiment pas qu’en étant chez un provider aussi pro je puisse avoir des problèmes de connexion quotidiens. Je ne comprends pas.

A propos de soldes, je me suis aperçu d’un truc un peu gênant : comme je ne gagne pas souvent d’argent, je convertis toujours en francs, quand je facture ; comme je fais mes courses toutes les semaines, je ne convertis plus en francs quand je paye (bon, déjà que je regarde à peine les prix…). J’encaisse en francs, je dépense en euros. Je me crois toujours sept fois plus riche que je ne suis. En fait, il ne faudrait pas que je vérifie mon compte, parce que je dois avoir fait faillite, cette semaine.

Ca existe vraiment, des hétéros en “open relationship” ?

Je crois que je ne regrette pas l’investissement en flashes. Je n’avais aucune idée que mon appareil photo pouvait faire des images aussi nettes. Et encore, là, j’ai redimensionné pour que ça tienne dans le layout.

Par contre, faire des photos au flash, c’est compliqué. J’ai appris, en faisant mes recherches sur le web, comment fonctionnent les flashes de studio : une “lampe témoin” illumine la scène comme le flash le fera (mais en moins fort, évidemment), ce qui fait qu’il n’y a aucune surprise, aucun tâtonnement. Alors que, là, avec mes flashes portables… heureusement que je fais du numérique, sinon c’était totalement inutilisable.

P.S. Pour ceux qui se poseraient la question, non, ce ne sont pas mes yeux (je n’ai pas les yeux clairs, moi). Je ferai peut-être des autoportraits ce week-end, si j’ai le temps et l’inspiration.

P.S. J’oubliais de remercier Frédéric, dont les tirages papier m’ont fait réaliser qu’un simple numérique (enfin, un simple numérique à mille neuros) pouvait faire des portraits vraiment nets, avec des cils bien visibles et tout et tout. Grande découverte, le portrait au flash.

8 février

Spot the fake smile (via Embruns). 18 sur 20 de juste, qui fait mieux ?

P.S. Non, je voudrais plutôt savoir qui fait beaucoup moins bien. Parce que je trouve ça tellement simple… bon, ok, ça peut être un peu difficile, mais j’ai passé tout le test à penser que je répondais trop facilement et qu’il y aurait des pièges, alors que, ben, non. Et comme je trouve que ça se voit comme le nez au milieu du visage (c’est le cas de le dire, ou presque, parce que le nez n’est pas franchement la partie la plus expressive), je ne comprends pas qu’on aie un faible score.

J’aime bien, cependant, l’explication donnée à la fin (je paraphrase de mémoire) : on peut échouer à ce test parce que c’est plus facile pour nous de vivre en société en ne se demandant pas si les gens sourient sincèrement. J’aime bien l’idée que j’ai “choisi” de voir plus loin derrière les apparences que mes congénères parce que je refuse les concessions et que je ne veux pas vivre dans l’illusion (oui, je sais, là il y a matière à débat philosophique sur ma vie, et vous croyez tout savoir, mais on y reviendra — pas) (bon, disons que je refuse cette illusion-là, l’illusion de simplicité, et que je préfère en vivre d’autres, c’est comme ça et c’est pas si différent). J’aime bien les sites web qui me flattent.

Je n’ai pas encore fini de mettre à jour les scripts d’administration mais, ça y est, j’ai fait les modifications que je voulais : fusion du blog, minilog et photolog parce qu’en fait il n’y a pas tant de raison de séparer (maintenant que le site est redevenu un vrai blog) ; retour de la version anglaise. Eh oui, j’ai craqué. Ce n’est même plus tellement mon ambition démesurée, c’est surtout que d’écrire en anglais me manquait.

On verra à l’usage. En tout cas, cette fois, même si je ne remplis pas beaucoup la version anglaise, j’éviterai de la supprimer. C’est trop de boulot à remettre, sinon.

P.S. J’ai fini de modifier tous mes scripts. Si quelque chose ne fonctionne pas, n’hésitez pas à me le signaler.

P.S. Par exemple, le fait que les cookies du formulaire de commentaires ne marchent plus. Aucune idée de pourquoi.

Je ne sais pas si c’est de regarder On ne peut pas plaire à tout le monde depuis trois heures, d’avoir fait une séance photo en début d’après-midi, ou juste une fatigue générale (j’ai pris froid), mais je n’arrive absolument pas à croire qu’il puisse être 23h. Si avec ça je ne me couche pas tôt…

9 février

Je ne sais plus où mettre mes vêtements. Plus de place sur le portant, plus de place dans le placard. C’est terrible, je ne sais pas gérer, je n’ai jamais eu autant de fringues. J’ai encore une lessive de blanc à faire et je ne sais pas ou je vais les mettre après. Ou alors, je ne les lave pas, ça règle le problème, ils restent dans le panier à linge sale.

OmniWeb 5 features. A quand l’équivalent sous Windows ?

Dogster. Il faudrait que je me dépêche de faire Catster ?

Canon PowerShot Pro1. Ca a l’air sympa. Mais bon, moi, je veux passer au moyen-format super-haute résolution.

Firebird a encore changé de nom ?! Et ça ne fait que quinze jours que je n’ai plus le temps de lire les news…

10 février

Balaaaaaaaaade.

La pub radio stupide pour les Stereophonics a réussi à me dégoûter de leur chanson. Bravo.

11 février

Irène Frain dans Télé 7 Jours :

On peut jauger un amant à son attitude à table. S’il mange trop vite, ou s’il ne porte pas de considération à son assiette, il risque fort de se révéler un piètre partenaire. S’il se verse à boire sans vous servir, il laisse deviner une nature égoïste. Je me méfie des hommes qui mangent peu, en général, l’appétit reflète la libido. L’homme idéal doit être jouisseur sans être goinfre.

Je suis totalement d’accord, en théorie, mais… est-ce que ça s’applique de la même façon aux mâles homos, qui sont plus susceptibles que les hétéros de faire attention à leur ligne ? Ce ne sont pas tous de mauvais coups, si ? S’il faut éviter les minces, je vais devoir changer mes goûts en matière d’hommes. Peut-être que l’hypnose peut marcher.

Au passage, j’ai suggéré à ma mère de changer de programme télé, parce que c’est devenu une vraie merde depuis deux ans — pas que ça ait jamais volé très haut, mais à une époque c’était tout à fait lisible, avant de prendre du jour au lendemain une ligne éditorial digne de Voici (enfin, je suppose, parce que je ne crois pas avoir jamais lu un Voici… non, vraiment). Alors, si vous avez des recommandations à faire, pour un bon programme hebdomadaire à lire aux toilettes, avec des articles qui ne font pas insulte à notre intelligence, sans être trop intellos (c’est de la lecture pour les WC qu’on cherche, je lis déjà Télérama), genre people pas trop bête, je vous écoute. (Le nouveau magazine qui fait sa pub, avec deux semaines de programmes, est peut-être très bien — quoique j’en doute, d’instinct — mais deux semaines avec les mêmes articles à refeuilleter, non merci.)

Gush, client Jabber et RSS à la fois (via PB). Interface très particulière, très belle mais pas encore très aboutie, et surtout inutilisable tant qu’elle restera muette.

En plus, ça faisait longtemps que je cherchais un client IM qui soit tout dans une seule fenêtre…

En tout cas, je me sens à l’aise dedans pour taper des messages. C’est un peu le plus important. Quand j’aurai mon troisième écran, je pourrai le lancer dessus, et me passer à peu près des sons.

« Gérard Depardieu et Fanny Ardant : ils s’aiment ! » Je vais vomir.

Liste des fréquences FM à Paris (ma chaîne a perdu les réglages à cause d’une coupure de courant).

Vous croyez qu’ils ont lancé une Twingo Kiss Cool juste pour pouvoir faire cette pub ?

12 février

Argh.

Je croyais en avoir fini avec les grosses dépenses. Raté. Je suis allé Gare de Lyon dans l’idée d’acheter deux petites cartes vidéo PCI, pas cher, pour pouvoir allumer mon troisième écran. Et puis… j’ai décidé d’être raisonnable, et de claquer 300 € dans une carte Matrox triple-head. En quoi c’est raisonnable ? C’est qu’une seule carte vidéo AGP est plus rapide que trois cartes bas de gamme dont deux PCI — et aussi parce que ça fait longtemps que je rêve d’utiliser quelque chose de moins mal fichu pour la 2D qu’une nVidia.

Au niveau performance, je ne suis pas déçu, je peux enfin utiliser toutes les fonctions de WindowFX : fenêtres transparentes, animations, tout fonctionne instantanément, je n’avais jamais vu ça. Côté drivers, un peu déçu : je ne sais pas s’il y a une bonne raison technique ou s’ils ont juste pensé que ça conviendrait à tout le monde, mais l’affichage sur trois écrans ne fonctionne que si les trois ont la même résolution (alors qu’en dual-head les résolutions peuvent être indépendantes). Résultat, mes deux écrans 17” en sont réduits à afficher du 1024x768 à cause du petit 14”, alors que je m’étais bien habitué au 1280x1024. Bon, ça me fait quand même plus de pixels qu’avant au total, mais avoir une carte de ce prix pour afficher du 1024x768, franchement, ça ne vaut pas la peine.

Vous savez, bien sûr, ce que ça veut dire ? Je suis bon pour me trouver un nouveau 17”…

13 février

J’ai repensé au milieu d’une discussion près d’un verre à cette idée d’Albedo : « les souvenirs d’enfance sont rarement de vrais souvenirs… c’est pas très gai à entendre mais c’est le cas, ils contiennent pour la plupart une très grosse part de reconstruction. » Et j’ai réalisé que ça expliquait parfaitement quelque chose que j’avais toujours trouvé bizarre : les (très rares) souvenirs que j’ai de ma petite enfance ne sont pas en vue subjective, je les vois de l’extérieur, comme à la télé, ou comme si mon enfance avait été une longue near death experience dont j’aurais mis du temps à sortir. Ce qui n’est pas faux, non plus, mais ce n’est pas la question. C’est donc que ça doit être vrai, que les souvenirs sont faux.

Ce que j’aime bien dans cette théorie, c’est qu’elle justifie joliment le fait que j’aie si peu de souvenirs de cette période : ce ne serait pas que j’ai refoulé toute mon enfance (et pourtant), ni que j’ai un problème de mémoire, mais simplement que je me leurre moins que les autres, que je ne m’encombre pas de souvenirs factices parce que je ne vois que la vérité, que j’y vois clair dans la vie, que je suis lucide et zen, bref, que je vaux mieux que vous.

Et ça, vous savez bien, ça me plaît.

Le 1024x768 me déprime. Vraiment. C’est une catastrophe. J’aurais dû en rester à mon plan de départ.

Il y avait quelque chose, ce soir ? Une fête ? Un suicide collectif pour ne pas affronter une Saint-Valentin de plus ? Personne ne blogue, personne ne commente, c’est mort partout. Il se passe quoi, et pourquoi je n’ai pas été prévenu ? Je déteste quand les gens organisent des fêtes dans mon dos. Ces salauds de gens. Faudrait s’en débarrasser. C’est prévu. Mais je ne veux pas vous en dire plus. Vous risqueriez d’essayer de vous échapper. C’est peine perdue, de toute façon. Vous n’avez plus qu’une chose à vous demander : Quand ? Comment, ce n’est pas important, c’est mon affaire. Ayez confiance. Vous ne souffrirez pas tous.

www.garoo.net — version 1862.1

J’avais envie de faire quelque chose de très spectaculaire, mais je ne suis pas du tout inspiré. J’ai eu vaguement envie de profiter de mon nouveau matériel pour mettre ma tête en gros en haut de page, mais j’ai raté les photos et je me suis rappelé d’un coup que je n’aimais pas ma tête.

D’où changements subtils. Mais ça fait quand même plus propre comme ça. Ca fait moins “je ne sais pas me servir de Photoshop”, surtout, et c’est ce qui compte. Et on revient à Georgia parce que, décidément, il n’y a rien d’autre qui marche pour un blog.

Oh, comme certains ont du mal à trouver quand ça bouge… le lien pour poster un commentaire est avec le permalink, en haut à gauche de l’article.

Cherche écran 17 pouces, prix et garantie raisonnables, livré dans le 94 parce que je me vois mal le trimbaler dans le RER. Histoire de me ruiner un peu.

Ou alors, deux écrans LCD capables de monter en 1280x1024, pour 150 € les deux (seulement deux, il faut que je garde un CRT pour Photoshop). Mais là, j’y crois encore moins.

14 février

Elles ne sont pas humaines, les fesses de Peter Parker. (Le film est réussi, mais un peu niais.) (Enfin, plus niais que réussi, en fait.)

Eep ! (via Embruns) (cliquez vite, j’imagine j’espère que ça ne restera pas passé minuit).

Si je me souvenais de mes rêves, je saurais pourquoi je me réveille déprimé aujourd’hui.

15 février

Semblerait que ma carte vidéo surchauffe. Plantage complet avec reboot automatique au bout de quelques dizaines d’heures, obligé de laisser l’ordinateur éteint pendant le dernier épisode de Sex and the city pour qu’il refroidisse et accepte de démarrer.

Je ne sais pas si le ventilateur est défectueux, si mon ordinateur est trop chaud ou si, euh, je ne sais plus ce que je voulais dire en trois. Mais dans tous les cas ça va être une prise de tête.

Je doute que le service après-vente de Surcouf (oui, je sais, on n’achète pas chez Surcouf, mais j’aime bien les grands magasins) se soit autant modernisé que les caisses.

Angoisse. Déprime.

La bonne nouvelle, c’est que ça ne doit pas venir de la carte graphique, finalement. La mauvaise nouvelle, c’est que je vais devoir changer le ventilateur du processeur. Ou acheter un deuxième gros ventilateur Calor, pourquoi pas ?

16 février

Bent sur Arte

Sniff.

Vu l’horaire, ça devait être la rediffusion de rattrapage, alors vous n’avez plus qu’à acheter le DVD.

« I love… stones. »

Il faut que je fasse ma propre Paris Hilton sex tape (oh, salut Google !) pour devenir célèbre dans la presse people sans rien faire, moi aussi, vu que tous mes autres plans semblent tomber à l’eau (en ce moment, je lis des blogs d’écrivains qui expliquent que c’est pratiquement impossible de gagner sa vie en faisant ce métier, ce n’est pas très encourageant). Avec moins de Hilton et plus de Garoo, c’est ça l’idée. Qui me prête un camescope Nightshot, et qui veut participer ?

Un peu de pâte thermique à 5 € et c’est réglé : le processeur reste en-dessous de 50° C. On verra cette nuit quand je regarderai la suite de Aliens si ça tient, mais il n’y a pas de raison. (Il va me falloir du courage, les quinze premières minutes que j’ai pu regarder avant que ça plante m’ont bien rappelé à quel point je hais ce film.)

En prime, j’ai rebranché la Matrox et récupéré un 17” pour les vacances, donc je tourne enfin en 3840x1024 — et je dois dire que c’est confortable.

Ca serait juste parfait si l’écran de gauche n’était pas flou, ou au moins si c’était celui qui ne m’appartient pas. J’adorerais vraiment acheter deux écrans LCD et garder le CRT central pour Photoshop. Mais ça impliquerait de retravailler — et même si ça arrivait, j’aurais beaucoup de mal à mettre autant d’argent juste dans deux moniteurs.

Oh… avec tout ça, j’ai oublié de poster au sujet de l’épisode 7.13 de Buffy.

Je ne me souviens plus si je me suis aperçu tout seul que Giles ne touchait personne, ou si je l’ai lu en me documentant sur un épisode sur le web ; tout ce que je sais, c’est que c’est de la grosse arnaque qu’il ne soit pas mort, et pas le genre d’arnaque agréable pour les spectateurs — vraiment minable, comme façon de faire progresser l’intrigue.

J’avais autre chose à dire, il me semble, sur l’épisode, mais je ne me souviens plus quoi, et j’ai perdu mes notes parce que c’était une mauvaise idée de les mettre dans un formulaire sur ActiveDesktop. Il faut que je repasse sous Treepad.

C’est marrant, on en arrive aux inédits (enfin, à ceux que je n’avais pas vu) et je recommence à ne pas aimer. Peut-être que c’est une saison qu’il faut regarder deux fois. Peut-être que si je revoyais la saison 6 elle me plairait. Non, je plaisante.

En tout cas, je commence à mieux comprendre certain(e) fan(e) que je connais et qui a détesté cette saison — je m’inquiète, je n’ai vraiment aucune envie que la saison se termine bêtement.

17 février

Maintenant que j’ai de la place pour des conneries comme ça sur mon bureau (via Embruns), faut que je trouve des choses à y mettre (mais sous Windows, forcément).

Tous les moniteurs HP font “schouic” à chaque fois qu’on ouvre ou ferme une fenêtre, ou il va m’exploser à la figure ?

18 février

Je ne sais pas quel est l’intérêt. Enfin, oui, c’est bleu, ça, j’ai vu. Mais ça n’a pas de goût.

« Après la pub, nous retrouverons Jonat(h?)an, qui voudrait dépasser son idole, Jonatan Cerrada. »

19 février

Alien : Résurrection, Edition spéciale en DVD

Attention, spoilers sur l’édition spéciale dans les images de cet article. Enfin, rien de grave, il y a juste une petite surprise.

[lire la suite]

Et c’est reparti… merci les DVD et les livres, je me suis redécalé et je me réveille à 16h. Maintenant, il est plus de 22h et je commence tout juste à envisager la possibilité d’avoir peut-être un peu envie de sortir. Trop tard, donc.

20 février

Et si je me mettais à la photographie de poupées ? Il y a des choses à faire.

Lundi, j’ai fini par trouver un magasin de jouets avec des boîtes de Lego (et Mega Bloks) pas trop chères — j’en cherchais depuis un moment, dans l’idée de faire un webcomic façon roman-photo. J’ai tourné un long moment autour du rayon avant de réaliser pourquoi ça ne fonctionnerait pas : il n’y avait aucune boîte contenant des meubles. Quand j’étais jeune, il n’y avait pas toutes les franchises Harry Potter, Spider-Man ou Star Wars, mais il y avait des meubles, ne serait-ce que des chaises. (Il me semble.) Si je faisais un webcomic avec des Barbie, non seulement il y aurait tous les meubles qu’on peut vouloir, mais en plus les photos seraient plus jolies, non ? Oui, je sais, Barbie, ça fait naze, alors que Lego, ça fait branché. Et puis ça doit coûter une fortune, une maison de poupée Barbie. Mon soap-opera attendra.

Il faut que je teste un très grand magasin de jouets. (Si la moitié des Toys’r Us de Paris n’avaient pas fermé, ça serait plus pratique.) Voir s’il y a plus de choix. En plus, les personnages Mega Bloks ont l’air intéressants, un peu plus vivants que ceux de Lego. (Et ils ont même des dragons !)

A quoi ça ressemble, trois écrans de 1280x1024 ?

Cliquez sur l’image pour agrandir et pour plus de détails.

[lire la suite]

21 février

SUVs and the illusion of safety (via BM).

« If there is a car that has no cupholder, it is not safe. »

C’est darwinien — à condition que les autres voitures arrivent à éviter les SUV — et peut-être que ça aura débarrassé les Etats-Unis de leurs cons d’ici dix ans.

BlogDSK : est-ce que quelqu’un leur a fait remarquer que c’est atrocement moche (il y a peu de blogs destinés à avoir plus de trois lecteurs qui soient aussi laids), qu’en plus c’est illisible dans une petite fenêtre (vive le CSS entre les mains de mauvais développeurs), que la moitié du template n’est pas traduit en français (trois phrases à traduire, merde !), que s’il y a plusieurs personnes qui écrivent dans un blog pseudo-personnel ça serait bien que la signature des posts saute un peu aux yeux et, enfin, que le contenu est nul ? C’est pas pour dire, mais ça, côté blog, et même indépendamment du layout, c’est autre chose.

J’ai récupéré un grille-pain. C’est cool, non ? Vous ne réalisez pas bien : je vais pouvoir manger chaud passé minuit, quand il est trop tard pour faire du bruit à la cuisine. Bien sûr, c’est un poil plus limité qu’un micro-ondes, mais c’est plus petit et moins cher (gratuit, même, puisqu’il traînait, désoeuvré, dans la cuisine) et c’est déjà pas mal, de pouvoir se faire des toasts de pain complet et sûrement plein d’autres choses que j’imaginerai au fur et à mesure. C’est le bonheur.

22 février

Buffy — 7.14–7.15

J’aime bien l’idée d’avoir amené un fils de tueuse dans l’histoire. Ce qui est dommage, c’est que sa mère soit tombée sous les crocs de Spike, comme par hasard. Je suppose qu’au milieu d’un meilleur épisode, d’une meilleure saison, ça aurait pu mieux passer. Là, bof. Spike avait besoin de mettre le cuir volé à New York pour aller se battre ? C’est bien de penser à la continuité, c’est joli, mais c’est totalement idiot.

Je ne sais pas quoi penser de l’idée que la Tueuse n’ait pas été créée par Dieu, le Destin ou le Bien mais juste par trois patriarches machistes qui ne voulaient pas faire le travail eux-mêmes. Idée bizarre, on s’éloigne un peu du côté “mission suprême” du job, c’est plus anecdotique. Sans compter que la Première Tueuse avait l’air bien plus ancienne que ces trois mages et qu’elle n’avait pas tellement l’air d’avoir des patrons humains. Ni un langage articulé, d’ailleurs.

Et le big boss de fin de saison ? L’armée de Saruman. Je suis déçu, j’espérais que l’Uruk-Hai (euh, pardon, le Turok-Han) du début ne faisait que passer. Je sais bien que c’est difficile de faire quelque chose de nouveau après une déesse et une sorcière surpuissante, mais pour le coup ils ne se sont vraiment pas foulés. Il va falloir un miracle pour que la fin de saison ne soit pas décevante.

23 février

On Writing, de Stephen King

Le hasard fait bien les choses : je me suis décidé à lire ce livre (il m’a fallu du temps pour m’y mettre, c’est difficile de faire quelque chose qui me tient éloigné de l’ordinateur) alors que M6 est en plein dans les rediffusions de téléfilms d’après Stephen King.

Ce qui m’a rappelé que je ne suis pas plus que ça fan de son oeuvre. Et fait découvrir que je ne le suis pas non plus de son style d’écriture.

Le livre reste, tout de même, intéressant. Je suis en phase terminale d’ennui, là, donc je ne détaillerai pas, mais il y avait des choses à apprendre, en particulier dans le domaine de l’efficacité. Pas d’accord avec tout, pour autant. Mais j’attendrai d’avoir publié quelques livres et vendu autant de scénarios avant de la ramener.

Merci à W. pour le livre ! La wishlist ne donne pas des résultats spectaculaires mais au moins elle n’est pas totalement inutile. (J’avoue que je suis un peu vexé de n’avoir reçu des cadeaux que de personnes que je connaissais avant le blog. Ingrats de lecteurs anonymes !)

24 février

Alien : Quadrilogy en 9 DVD

Puisque je parle de ma wishlist et que je suis, comme je disais, en train de mourir d’ennui (je viens de faire le tour des blogs que je ne lis qu’une fois par mois et je suis encore loin d’avoir sommeil), c’est le moment de dire que j’ai regardé — enfin, parcouru — le neuvième DVD de bonus du coffret. Lequel ne semble avoir strictement aucun intérêt, puisque la grosse multi-interview reprend exactement, point par point, les mêmes sujets que les quatre DVD de bonus accompagnant chaque film (la seule différence étant que celle-ci est au format widescreen, c’est joli, et je me demande comment ils ont film… ah ben, non, c’est vrai, les caméras vidéo 16/9, ça existe). J’imagine qu’un petit pourcentage des acheteurs pourraient avoir la flemme de regarder les bonus de chaque film, et se jeter directement sur le neuvième disque, mais… non, je n’imagine pas vraiment, en fait, ça n’a aucun sens. Quant à la session de questions-réponses de Ridley Scott devant ce que je suppose être des étudiants en cinéma, pas mieux : je ne l’ai pas non plus regardée en entier, mais ça n’avait pas l’air plus intéressant.

Quoi qu’il en soit, bien que je trouve le neuvième DVD insultant, je suis content que les tout premiers DVD que je possède soient ce coffret. (L’étape suivante, c’est l’intégrale de Buffy, saison par saison.) Je ne sais pas si les packagings individuels contenaient les mêmes bonus et les mêmes versions longues que ce coffret ; si vous les possédez déjà il faudra vous renseigner, mais sinon c’est un coffret à acheter les yeux fermés (mais à regarder les yeux ouverts, mouahaha, la blague que personne n’avait jamais faite avant). Malgré son nom.

La genèse de ce nom restera sans aucun doute un des grands mystères du XXIe siècle. Est-ce qu’un analphabète, chez Fox, s’est dit « le pluriel de tri-, ça doit être quadri-, comme dans… ahem, quadricolor » ? Est-ce que, si Google trouve des résultats quand on cherche ce mot indépendamment d’Alien, c’est parce qu’il y a quelques autres milliers d’analphabètes ? Ou est-ce que c’est un néologisme qui apporte une vraie nuance mais n’est pas encore dans les dictionnaire ?

Oui, je sais, c’est plus probablement les deux premières possibilités. Mais quelle idée ils ont eue, aussi, les grecs et les latins, d’utiliser la même racine pour dire “trois” dans les deux langues ? On s’y perd !

Les toasts de pain complet, c’est pas génial. Les toasts de pain aux sept céréales, c’est plutôt bon. Mais c’est pas ça qui va me faire maigrir. Je devrais peut-être me mettre à la méthode Atkins, finalement — après tout, être un mutant cancéreux dans dix ans, je m’en fiche, je vivrai sous un pont de toute façon.

Letters (indice : ça se joue au clavier) (via On Standby). 213. Je ne vois pas comment on peut arriver à 109372 sans tricher, ça va trop vite.

C’est bien la peine d’utiliser un rasoir électrique si c’est pour me couper les lèvres une fois sur deux. N’achetez pas de rasoir Philips.

Tiens, maintenant que j’ai un lecteur DVD qui marche et que je me fiche de la suite de 24, et si je prenais une carte UGC illimité ?

Ah, non. Déménagement en province. J’oubliais.

— Ah ? C’est tous les vendredi ? Mais alors, c’est quoi la différence entre Euro Millions et le Loto ?

— Oh ben non, c’est pas comparable… Euro Millions, on joue avec les espagnols et les anglais, alors, non, c’est pas comparable.

Hum. Non. C’est sûr. C’est pas comparable, ça n’a même rien de commun, je ne sais pas ce qui m’a pris. Merci Madame la libraire. (Tellement pas comparable que le bulletin a exactement le même format qu’un bulletin de Loto — à leur place, j’aurais essayé de faire quelque chose d’un peu différent, pour marquer le coup.)

J’ai tout de même appris quelque chose : contrairement à ce que je pensais, ce n’est pas juste le nouveau nom du Super Loto et ça ne s’appelle pas comme ça parce qu’on peut gagner des millions d’euros, mais parce que c’est européen.

Je ne vois pas bien l’intérêt. Il y a plus de joueurs, mais les gains ne seront pas plus élevés (enfin, si, vu que chaque grille coûte plus cher) puisqu’il y aura aussi plus de gagnants. Et, du point de vue des organisateurs, ça ne devrait pas être tellement mieux : ça ne maximise pas spécialement les bénéfices (à la base, ce sont eux qui les fixent en décidant du taux de reversement, c’est totalement arbitraire) et ça réduit les chances que le gros lot ne soit pas gagné.

Enfin, si, il y en a un, d’intérêt, tout simple. Ca fait un tirage de loto de plus dans la semaine. Mais, à long terme, c’est plutôt un gros risque pour la Française des Jeux : Euro Millions va forcément piquer un peu de clientèle au Loto, donc les gains du Loto vont être de moins en moins impressionnant, les super cagnottes de moins en moins motivantes, et les gens joueront encore moins au Loto, et… A vouloir piquer plus de fric aux joueurs, ils risquent de se cannibaliser eux-mêmes et de tout casser dans leur business-plan. Dommage.

Bon sang, ce qu’il fait froid dehors. On se croirait en hiver.

Ce ne sont pas mes yeux ni mes goûts qui ont vieilli, mais bien Christian Slater.

25 février

Mince. Sarah Lelouch, la candide l’ingénue l’idiote de Comme au cinéma, l’émission est bien la fille du cinéaste éponyme. J’espèrais que ce soit juste une coïncidence — sa présence était d’autant plus inexpliquable, mais au moins l’honneur était sauf. La, c’est du népotisme par alliance au plus pire de la naipotisme.

www.garoo.net — version 1863.0

Ca me ressemble plus que le layout précédent. C’est moins pâle. C’est plus sombre. Mais, au moins, il y a du contraste. C’est triste. C’est moche. Pff.

Il a fallu que j’aille récupérer des éléments de deux vieux designs (de 2002 et 2003) pour avoir quelque chose de potable, et le résultat est moche.

Bon, au moins, c’est gris sombre.

Argh.

AAAAAAAAAARGHHHHHHHHH !

Elmore Leonard’s ten rules for writers (via BB). J’ai l’impression que c’est typiquement anglo-saxon, voire américain, cette obsession de la concision (“être invisible”, qu’il dit). Je n’ai pas assez de culture littéraire pour l’affirmer, mais ça paraît logique : en France, être écrivain, ce n’est pas raconter des histoires au grand public, c’est avoir une façon d’écrire dont les autres écrivains peuvent tomber amoureux. Comme pour le cinéma.

Où je me place, là-dedans ? J’en ai déjà parlé récemment (je crois) : j’ai découvert en bloguant — et en comparant ma prose aux autres blogs — que je suis beaucoup plus concis que je ne pensais. Et, avec l’expérience de deux ans d’écriture (j’ai ouvert ce blog pour m’entraîner, et ça a effectivement marché) je le suis encore plus maintenant qu’au début. Mais j’aime bien m’entendre écrire, quand même, un peu, et j’imagine assez mal m’effacer totalement derrière l’histoire et les personnages. J’ai envie qu’on me voie. Sinon, je ne bloguerais pas, je n’envisagerais pas d’écrire, etc. Je suppose que (si je finis un manuscrit un jour, ou ne serait-ce que si j’en commence un) je serai au niveau intermédiaire. C’est bien, je trouve, ça fonctionne. Ca donne l’apparence d’un compromis, et les gens adorent les compromis.

Mais je n’arriverai jamais à me passer d’adverbes.

www.garoo.net — version 1863.1

« When in doubt, shift-reload. »

Parce que la version précédente était un peu idiote, en fait. Un petit changement et, voilà, c’est beaucoup mieux. (Et au passage il y a une grosse table de moins dans mon HTML. Mais, ça, je m’en fiche.)

Je n’ai plus qu’à remettre une sidebar pour avoir un vrai layout de blog, avec un bandeau en haut et deux colonnes, comme tout le monde. Mais avec des tables.

Le « Merci à Loïc Le Meur » (via Mediatic) à toutes les sauces, ça commence à devenir énervant. (A quand Le Pen ?) Je vais envoyer des lettres aux peoples (artistiques) (et de gauche) pour les inciter à ouvrir leurs blogs à leur tour, parce que moi aussi je veux des « Merci à Garoo » partout sur le web !

Les toasts, c’est pire qu’une drogue.
Même pire que le Nutella, parce que moins écoeurant.

Au moment où j’ai refusé de bosser avec eux, le projet avait l’air beaucoup moins viable.

26 février

www.garoo.net — version 1863.2

Voilà. Une sidebar. Que je vais peut-être virer dans une heure, allez savoir.

En prime, une nouvelle modification du script nicetitle, pour indiquer le cas échéant dans quelle langue est la page liée. Ca va jamais me faire qu’un nouveau truc à taper dans mes tags à chaque fois que je fais un lien.

P.S. Youpi, ça bugge sous Mozilla, une fois sur deux le contenu se retrouve collé à gauche au lieu d’être centré (heureusement, ça ne pose un problème qu’en haute résolution). Un jour, je vais vraiment finir par faire ce site en Flash…

P.S. Ca m’énerve, bye bye la sidebar qui ne sert à rien de toute façon. Ca faisait plus dense, plus contenu, mais il faut être lucide, ce n’est qu’un blog. Une grand colonne de texte et rien d’autre.

WindowFX window scaling. Je tombe sur ça à la minute précise où j’envisageais de reprendre Object Desktop.

27 février

Les américains savent s’amuser, une fois par an. (Je croyais que le maire de la Nouvelle-Orléans avait dit qu’il était hors de question que ça se reproduise ?)

12 Reasons Same-Sex Marriage will Ruin Society (via je sais plus où, j’ai fermé le tab).

J’avais hésité à créer une catégorie “gay”, parce que je pensais que je ne mettrais rien dedans, mais finalement…

Bon, allez, j’ai craqué puisque tout le monde le fait, cette semaine.

Je sais que j’avais déjà fait ce test, mais pas moyen de retrouver le résultat, je n’avais pas dû le bloguer. (Ce qui est étrange. J’ai peut-être mal cherché.) Voyons… je pense que ça me va assez, comme résultat. En plus, les résultats sont relativement modérés (à part le côté introverti, mais ce n’est pas une énorme surprise), ce qui est toujours rassurant.

Enfin… « High capacity for caring. Emotional face to the world. » C’est peut-être un peu exagéré, quand même. Non ? Je sais que je ne suis pas autiste, mais à ce point ?

« Questor » ?

Et tant que j’y suis :

Diagramme accompagné de pages entières de texte qu’il est bien trop tard pour que je lise. Je retiens juste que ma personnalité consciente et ma personnalité inconsciente sont identiques : ça veut dire quelque chose, non ?

(J’aurais au moins dû enregistrer la page pour la lire demain. Trop tard.)

P.S. Sur ce test, j’obtiens INTP (T à 53%). Pas loin, et le test donne l’impression d’être imprécis.

P.S. Au passage : NT Rationals Explained to Normal People et MBTI Personality Types : « Only [NT] Rationals uniquely understand the [NF] Idealist’s non-concrete thinking style, and this often leads to special bonds between people of these two temperaments. »

Et, via Embruns : INFP Profile / INTP Profile. Avec, en bas de page, un résumé de ce que vous devez être pour devenir le compagnon, le pote, etc., d’un INFP ou d’un INTP. Encore mieux que l’astrologie.

P.S. Deux jours plus tard, via un commentaire sur Embruns, une autre version du test donne également le résultat INFP (à 89, 44, 56 et 56 %). Ca se tient, donc.

28 février

Si je coupe les radiateurs, je dors douze heures par jour et je me réveille trop tard pour sortir ou faire quoi que ce soit. Si je laisse les radiateurs, je dors sept heures, je me réveille suffisamment tôt mais pas très éveillé et je passe la journée à me demander comment faire pour meubler 17 heures. (Si vous voyez une explosion dans les stats de votre blog, c’est moi qui m’ennuie.) Ah, c’est compliqué…

Bien sûr, il y aurait l’option de faire quelque chose de ces 17 heures. Mais ça… je le dis juste, en passant, pour que vous ne puissiez pas vous croire malin en me le disant dans les commentaires. Parce que ce n’est pas vraiment envisageable. Et puis, comme j’ai dit, je me réveille tôt (j’ai même vu la fin de La vie en clair, ce matin) mais fatigué. Oh, il n’y a qu’à attendre le printemps. Tout ira mieux. Ouais. Voilà.

La fermeture éclair de mon pull préféré est cassée. Si ce n’est pas une preuve que ma vie part en couille…

29 février

Buffy — 7.16–7.17

J’en ai marre que les personnages ne fassent pas ce qu’ils disent. Surtout quand ils annoncent à quelqu’un qu’ils vont le tuer. Surtout quand c’est dans deux épisodes de suite. C’est n’importe quoi.

Ca aurait été intéressant si Buffy avait vraiment tué Andrew, ou lui avait au moins planté le poignard dans le ventre, plutôt que cette nunucherie de larmes. C’est bien gentil de dire, dans l’épisode suivant, que cette fois elle sacrifierait Dawn pour sauver le monde, mais on n’y croit pas ; pour l’instant, elle a toujours les mains propres. Si, comme Whedon le disait à l’époque où la série allait quelque part, la série est à propos du passage à l’âge adulte, alors il serait temps que Buffy tue un innocent, à son tour — histoire de contredire Giles, qui discourait sur l’incapacité de la pure Buffy à faire ce genre de chose, pendant qu’il étouffait Ben.

Ca aurait été intéressant si Spike avait vraiment tué Robin des Bois. Ca aurait même rattrapé le scénario idiot, façon Anne Rice (enfin, c’est pas que les histoires d’Anne Rice soient idiotes, je n’en sais rien, mais que c’est incompatible avec le monde de Buffy), qui finit par se souvenir que la mère n’était plus elle-même mais un démon, mais trouve tout de même logique que le vampire William, lui, veuille rester dans les jupons de sa mère. Comme je disais : n’importe quoi. William n’est pas devenu Spike (souvenez-vous, le Spike sadique et sans pitié, et un peu bête parfois, mais qui avait mangé plein de tueuses quand même) parce qu’il a tué sa mère, il est devenu Spike parce qu’il a été vampirisé et que son corps froid et musclé était habité par un chanceux démon !

Le mois de mars est prêt à être uploadé. Cette fois encore, ça n’a pas été simple : c’est la première fois depuis que j’ai mes flashes que je fais de la photo de nu, en pied, avec un décor et une mise en scène précise. Et réussir à éclairer correctement le visage, le corps et la scène en même temps avec trois flashes, c’est… épuisant. Toutes mes félicitations au modèle pour sa patience, pendant que je déplaçais encore et encore les lumières autour de lui.

Pour voir de quoi je parle, il va falloir repasser dans vingt-quatre heures.

Rha, je dois bien connaître quelqu’un qui a une voiture, quand même. A une époque, j’en connaissais plein. La moitié sont partis en province, je suis en froid avec l’autre moitié. Grmf.

Bon sang, ce que mon blog est inintéressant. Vous devez avoir des vies encore pires que la mienne, pour venir me lire.

Archives

2001 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2002 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2003 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2004 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2005 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2006 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2007 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2008 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2009 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2010 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2011 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2012 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2013 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2014 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12