Bienvenue ! Vous vous rappelez les blogs ? A une époque, ce site en était un. Maintenant, c’est surtout une archive de mes multiples comptes Twitter.

22 avril 2010

Misanthropie du jour

No Pic No Dial n’est pas Facebook : la suppression du profil n’est pas cachée, elle n’est pas dissuasive (bon, le site commence par proposer de désactiver temporairement le profil au lieu de le supprimer, mais je vois ça comme un service — je pars du principe qu’une des premières motivations pour supprimer son profil est le fait d’avoir trouvé un mec, et c’est plus simple de désactiver son profil que d’avoir à le recréer un mois plus tard, et oups c’est peut-être un peu cynique / désabusé en fait ?), tout ce que vous avez à faire pour quitter le site, c’est cliquer sur le bouton bien visible dans la page de gestion du profil, et taper votre mot de passe pour confirmer.

Pourtant, une fois par semaine, j’en ai un qui vient me poser la question, parce qu’une fois qu’il a décidé de se désinscrire il ne veut plus chercher. Il a réussi à créer son profil tout seul, à le remplir, à mettre ses photos, à discuter, mais, non, maintenant qu’il veut partir, il est hors de question qu’il se serve de son cerveau.

 

(Ma réponse était plus longue et aimable, les premières fois, parce que je pensais que ça devait être ma faute, mais elle est devenue de plus en plus laconique au fil des itérations, et la conversation d’aujourd’hui prouve qu’il n’y a pas besoin de plus : son profil a disparu du site dans les dix secondes.)