1 juin 2019

L’adaptation de Good Omens par Neil Gaiman serait peut-être tolérable si Bryan Fuller n’avait pas fait un American Gods mille fois plus intéressant l’année dernière.