Hi! Do you remember blogs? Well, this used to be one. Now it just serves as an archive for my multiple Twitter accounts.

13 March 2002

A cause d’un garçon…

Déjà, le titre… Bon. A l’origine je pensais écrire plein de trucs, sympas, sur ce téléfilm. Même si, après que France 2 a programmé avec succès Juste une question d’amour (qui doit se vendre comme des petits pains en DVD sur les sites gays), on ne pouvait plus tellement parler de courage lorsque M6 diffusait un téléfilm gay, ça restait quand même une bonne nouvelle.

Mais mes bonnes dispositions n’auront duré que 120 minutes. Sur 140. Ouais, c’est vraiment con de gâcher tout ça vingt minutes avant la fin… A croire que le réalisateur, pour s’excuser d’avoir fait supporter à son public cette terrible chose qu’est l’homosexualité d’un adolescent, veut se faire pardonner en donnant aux hétéros ce qu’ils veulent.

Dans le lot, je ne sais pas ce qui est pire… Le passage dans le Marais, avec tous les clichés possibles et inimaginables, la scène de coming out du professeur de français, ou la crise du grand frère exclu et aigri de voir le petit plus soutenu que lui… Et j’aurais tendance à dire que c’était bien ça le pire passage. Parce que des homos qui détestent le Marais, on peut facilement en trouver et, si ça ne rend pas la diffusion de ces clchés idiots plus excusable, ça la rend compréhensible. Alors que la scène du frère, euh, vraiment… pas du tout compris où ils voulaient en venir. Pas moyen de voir ce que cette scène est censée exprimer, si ce n’est pas “oh ben c’est vrai que c’est injuste, la tapette est favorisée par rapport au boxeur.” Encore heureux qu’il y avait un happy end après, parce qu’on était vraiment à deux doigts de ne considérer les homos que comme des bêtes de sexe (non, je vous assure, ce ne serait pas une vision juste).

Il restera donc que, contrairement au téléfilm de France 2, celui-ci ne deviendra probablement pas un classique gay en vidéo. Et, plus positif, qu’on a un nouvel acteur acceptant les rôles gay, sur lequel fantasmer. Moins lisse et parfait que Cyrille Thouvenin, mais Julien Baumgartner* a quand même des atouts, et en particulier un sourire craquant (j’adore la petite fossette dans la joue quand il sourit) (si vous avez la même, vous avez gagné le droit de m’écrire).

Alors, là, par exemple, c’est le genre d’observation fondamentale qui serait sûrement passée à la trappe dans l’ancienne formule du journal… du coup, je me demande si le changement était une bonne chose.

Archives

2001 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2002 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2003 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2004 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2005 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2006 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2007 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2008 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2009 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2010 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2011 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2012 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2013 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2014 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2015 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2016 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2017 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

2018 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12